En juin 2013, Carlo Ancelotti quittait le Paris Saint-Germain près d’un an et demi après son arrivée dans le PSG version QSI. Ce mercredi, il va retrouver son ancienne formation et quelques-uns de ses anciens joueurs avec le Bayern Munich pour une rencontre de Ligue des Champions. Le technicien italien a pu évoquer le PSG dans un long entretien accordé au Figaro. S’il regrette totalement la fin de son histoire avec la bande à Ibrahimovic et consorts, il garde de bons souvenirs et découvre un très grand club.

« Je vais retrouver un Paris Saint-Germain qui a beaucoup changé depuis mon départ en 2013. Le club s’est amélioré, a plus d’expérience après beaucoup d’investissements. Maintenant, c’est un grand club. Je suis heureux de retrouver le Parc des Princes, ses supporters et des joueurs comme Thiago Silva, Rabiot, Motta, Verratti, Pastore. On avait une belle relation, ils me manquent. Je garde aussi contact avec le président », a commencé par expliquer l’ancien entraîneur du Real Madrid notamment.

« Si le PSG a respecté la règle, je n’ai pas de problème »

D’un côté, le coach bavarois observe la progression de ses anciens joueurs et a pu commenter simplement la situation du PSG vis-à-vis du fair-play financier : « dans le football, il y a une part de politique, qui doit contrôler chaque chose. Moi je pense une chose simple, si tu respectes la règle, tu n’as pas de problème. Je ne suis pas un politique, encore moins un juge, mais si le PSG a respecté la règle, je n’ai pas de problème ».

Enfin, la question sur un possible retour un jour en France et dans le club de la Porte d’Auteuil lui a évidemment été posée. Surtout que son départ a laissé quelques regrets aux supporters. « Dans le foot, tout est possible, mais aujourd’hui je suis à Munich, content d’y être. Quand le Bayern sera fatigué de moi, on se serrera la main et on se dira au revoir. Seulement à ce moment, je penserai à mon futur. Pas maintenant », a-t-il conclu. En attendant, Ancelotti retrouvera le Parc ce mercredi et rien ne dit qu’il n’en ressortira pas, à nouveau, vainqueur.