Dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des champions, le Real Madrid accueillait Manchester City au Bernabeu. Pour cette affiche, Zinedine Zidane alignait un 4-4-2 losange avec le duo Vinicius Junior, Benzema en attaque. Gareth Bale et Toni Kroos démarraient la rencontre sur le banc. De son côté, Pep Guardiola optait pour un 4-2-3-1 avec le seul Gabriel Jesus en pointe. Raheem Sterling et Sergio Aguero débutaient sur le banc. L’entame de match s’avérait fermée, les deux équipes n’osaient pas trop se livrer.

Il fallait attendre la vingtième minute pour entrevoir la première opportunité du match. Bien lancé par De Bruyne dans la profondeur, Jesus s’infiltrait dans la surface et voyait sa frappe enroulée repoussée par Courtois. Peu avant la demi-heure de jeu, le Real Madrid pensait ouvrir le score. Sur la droite, Ferland Mendy centrait pour Benzema dont la tête était repoussée miraculeusement par Ederson (29e). Juste avant la pause, le champion d’Angleterre manquait l’ouverture du score. Sur un corner frappé par De Bruyne mal négocié par Courtois, le ballon revenait sur Jesus dont la frappe était sauvée sur sa ligne par Valverde (45+2).

Le Real Madrid sombre en fin de match

Au retour des vestiaires, Manchester City se procurait une occasion franche en contre. Sur un ballon perdu par Casemiro au milieu, Rodri alertait De Bruyne qui lançait Mahrez. La frappe enroulée de l’international algérien passait à côté (50e). City prenait les commandes du jeu et mettait la pression sur les buts de Courtois. Bien trouvé dans la profondeur par Otamendi, Mahrez réalisait un excellent contrôle avant de voir sa frappe repoussée par Courtois (57e). Mais contre le cours du jeu, les Merengues ouvraient le score. Suite à un ballon perdu par Otamendi, Vinicius filait vers la surface et résistait à Walker. L’ailier brésilien distillait un caviar pour Isco qui ajustait Ederson (1-0, 60e). Galvanisé par leur ouverture du score, les hommes de Zinedine Zidane essayaient de réaliser le break.

Sur la gauche, Mendy centrait pour Isco qui remisait pour Ramos dont la frappe était déviée en corner (72e). Au plus fort de la domination madrilène, City parvenait à égaliser. Sur la gauche, De Bruyne réalisait un festival et centrait pour Jesus dont la tête trompait Courtois (1-1, 78e). Les Citizens obtenaient un penalty suite à une passe de De Bruyne pour Sterling qui se faisait découper par Carvajal dans la surface (82e). L’international belge ne tremblait pas et prenait Courtois à contre-pied (1-2, 83e). Le match se corsait pour le Real Madrid qui perdait Ramos coupable d’une faute juste avant la surface sur Jesus qui partait seul au but (86e). En fin de match, Sterling (90+1) ou encore Mahrez (90+2) ont donné les ultimes frissons aux supporters du Bernabeu. Grâce à ce joli succès, Manchester City prenait une belle option sur la qualification pour les quarts de finale.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : De Bruyne (8) : le Diable Rouge s’est positionné dans l’axe de l’attaque ces Citizens. Sorte de point d’ancrage pour ses partenaires, il a essayé d’orienter le jeu de son équipe. Sa passe pour Jesus aurait pu être décisive (20e). Dans un rôle un peu inédit, sa qualité dans la transmission a souvent fait la différence. Comme sur son service pour Mahrez (50e). L’international belge a assumé ses responsabilités en privilégiant toujours la solution collective. Il réalise un récital sur la gauche avant de distiller un excellent centre pour Jesus sur l’égalisation (1-1, 78e). Passeur sur le penalty obtenu par Sterling, il ne tremble pas et transforme la sentence (1-2, 83e).

Real Madrid

- Courtois (5,5) : le portier belge, à qui on promettait l’enfer ce mercredi et qui s’est fait dézinguer par Marcin Bulka dans la presse, a fait une première mi-temps plus que sérieuse. Il effectue un superbe sauvetage en un contre un face à Jesus (21e) et il est bien aidé par sa défense sur un corner (45e +2). Il nous offre deux belles parades contre Mahrez en début de seconde période (56e et 57e). Il ne peut rien sur le but de Jesus (78e). Il est pris à contre-pied sur le penalty de Kevin de Bruyne (83e).

- Carvajal (3) : c’est peut-être l’homme qui a été le plus en difficulté en première période dans l’équipe de Zidane. Il a eu beaucoup de mal offensivement et défensivement il a été au supplice face à la vitesse de Gabriel Jesus et de Bernardo. Du mieux en seconde période, notamment sur plan offensif où il a fait très mal à Gundogan sur un crochet (71e). Mais finalement, c’est lui qui fauche Raheem Sterling dans la surface...(82e).

- Varane (4) : le défenseur français s’est montré, à l’instar de Ramos, très concentré en première période. Il s’est surtout attelé à un bien relancé le ballon en première période quand les siens tentaient de contrer. Toujours aussi serein en deuxième période, il est resté sobre et efficace même s’il a connu quelques petits problèmes de relance par moment et qu’il se fait manger sur le rouge concédé par Ramos.

- Ramos (3,5) : le capitaine de la Casa Blanca s’est montré tranchant dans ses interventions défensives et il a surtout tenté à quelques reprises en première période d’apporter un peu plus de danger dans la surface adverse. Il a failli marquer contre son camp (45e +2). Il aurait pu marquer si sa reprise n’était pas contrée par Fernandinho (73e). Il semble un peu poussé dans le dos par Jesus sur l’égalisation de City (78e). Il écope d’un carton rouge pour une faute en position de dernier défenseur sur Gabriel Jesus (46e).

- Mendy (5) : beaucoup plus à l’aise que son pendant côté droit, Ferland Mendy a proposé quelques montées intéressantes notamment grâce à sa vitesse. Ses contrôles de balle et sa conduite du cuir sont parfois un peu déstabilisants. Il délivre un amour de centre pour la tête de Benzema (30e).

- Valverde (6,5) : malgré son inexpérience (comparée à celle de ses compères de l’entrejeu), il a été le véritable patron du milieu de terrain. Son activité incessante a été absolument indispensable aux siens pendant tout le premier acte de cette rencontre. Il dégage un ballon brûlant devant sa ligne (45e +2). Toujours aussi accrocheur en seconde période, il a quand même baissé un peu de pied.

- Casemiro (6) : il est l’homme de l’ombre de cette équipe. On ne le voit pas beaucoup, mais il court énormément pour compenser les espaces et ratisse énormément. En fin de première période, il sauve un ballon contré par Sergio Ramos sur sa ligne de but.

- Modric (5) : peut-être celui qui a été le moins en vue de son équipe, comme s’il se cachait un petit peu. Il a remporté un duel sur les deux qu’il a joués et a surtout réussi ses longues transmissions (3 sur 3). Mais il a eu peu d’impact. Bien mieux en début de seconde période, c’est lui qui récupère le cuir dans les pieds d’Otamendi sur l’ouverture du score. Remplacé par Lucas Vazquez (84e).

- Vinicius Junior (6,5) : il est celui qui a proposé le plus de choses offensivement et qui s’est montré le plus dangereux. Sa vitesse a fait des ravages du côté de Kyle Walker. Il aurait pu offrir une passe décisive à Benzema si Laporte ne veillait pas (13e). Il prend de vitesse Kyle Walker avant d’offrir un caviar à Isco pour l’ouverture du score (60e). Remplacé par Gareth Bale (75e), qui a tout de suite vu sa frappe contrée (76e).

- Benzema (5) : il s’est beaucoup baladé sur le front de l’attaque madrilène, mais pas sur que la stratégie choisie par Zidane (le contre) lui serve réellement. Il s’est vraiment montré dangereux à une reprise en première période, pour sa centième en Ligue des Champions avec le Real Madrid, sur une tête que sauve miraculeusement Ederson (30e). En seconde période, il a continué à se montrer en pressant ses adversaires.

- Isco (6) : le meneur de jeu espagnol jouait sur aile ce soir, la droite. S’il a perdu six ballons, il a remporté tous ses duels (4 sur 4). Il n’a en revanche pas été exceptionnel offensivement ne proposant aucune frappe de balle en première période. Bien mieux en deuxième période, c’est lui qui ouvre le score sur une offrande de Vincius (60e). Il aurait pu offrir une passe décisive à Ramos (73e). Remplacé par Luka Jovic (84e).

Manchester City

- Ederson (5,5) : le portier brésilien sauve les siens avec une superbe parade sur la tête de Benzema (29e). Le gardien auriverde ne peut absolument rien faire sur l’ouverture du score d’Isco (60e).

- Walker (5) : l’international anglais titularisé dans le couloir droit de la défense, s’est montré discipliné et solide dans ses interventions. Le défenseur britannique a profité de sa bonne lecture de jeu pour couper les velléités offensives du Real. Son début de second acte fut beaucoup plus compliqué, Vinicius lui causant beaucoup de tracas.

- Otamendi (4) : le défenseur central argentin n’a pas trop été mis en difficulté dans le premier acte. Il n’a pas pris de risque dans son jeu privilégiant l’efficacité. Sa transversale pour Mahrez aurait pu être décisive (57e). Trois minutes plus tard, il tergiverse sur l’action qui amène le but d’Isco (1-0, 60e).

- Laporte (non-noté) : le défenseur central français a connu des difficultés en début de match. L’intéressé est dominé dans le domaine aérien sur la tête de Benzema (29e). Il doit quitter prématurément les siens sur blessure. Remplacé à la 33e par Fernandinho (5) qui a apporté sa qualité dans la relance, et a essayé d’apporter de la sérénité à sa défense. Au plus fort de la domination madrilène, il n’a pas rendu les armes et n’a rien lâché.

- Mendy (5,5) : toujours aussi généreux dans l’effort, le champion du monde s’est distingué par sa puissance physique et son explosivité. Le latéral gauche français a reçu le soutien de Jesus pour le soulager dans son couloir. Averti à la 29e pour une faute bête sur Modric. L’ancien Monégasque n’a pas hésité à prendre son couloir pour apporter offensivement. Son entame de seconde période fut plus délicate, surtout après l’ouverture du score des Merengues. Le scénario du match favorable lui permet de passer une fin de match plus tranquille.

- Rodri (5,5) : le milieu espagnol a essayé d’insuffler le bon tempo mais a souvent privilégié des transmissions latérales ou vers l’arrière en première période. L’international ibérique est apparu plus à l’aise dans le jeu au retour des vestiaires. L’intéressé met Otamendi dans l’embarras avec une passe mal assurée, ce qui provoque le but madrilène (1-0, 60e). Le scénario du match lui a également permis de se libérer et d’effectuer plus de passes pour casser la ligne.

- Gundogan (5,5) : le milieu allemand a éprouvé quelques difficultés à exister dans l’entrejeu. Gêné par le milieu madrilène très dense, il n’a pas su trouver les solutions pour se mettre en valeur. Plus à son avantage à partir de la fin du premier acte où il a récupéré quelques ballons et plus participé au jeu. L’ouverture du score madrilène a compliqué les choses le concernant, avant que l’international allemand ne reprenne le fil de son match.

- Mahrez (6) : l’international algérien exilé sur le flanc droit, n’a pas eu beaucoup de réussite dans ses initiatives dans le premier acte. Le dernier vainqueur de la CAN avec les Fennecs voit sa frappe enroulée passer à côté suite à un bon service de De Bruyne (50e). Beaucoup plus inspiré au retour des vestiaires notamment dans ses prises de risque. Bien lancé par Otamendi, sa frappe est repoussée par Courtois (57e). Très actif, l’ancien joueur de Leicester a semé la zizanie dans la défense madrilène.

- De Bruyne (8) : voir ci-dessus.

- Bernardo Silva (5) : très libre sur le front de l’attaque des Citizens, le joueur portugais a tenté de lancer les offensives de son équipe avec plus ou moins de réussite. L’ancien Monégasque a été contraint d’évoluer bas dans le premier acte. L’international lusitanien a essayé de proposer des solutions mais n’a pas pesé sur le jeu de son équipe. Remplacé à la 74e par Sterling qui obtient le penalty pour City en se faisant découper par Carvajal (82e).

- Gabriel Jesus (7,5) : son positionnement a surpris tout le monde. Positionné couloir gauche, l’international brésilien a avalé les kilomètres pour prêter main forte à Benjamin Mendy. Bien servi par De Bruyne, sa frappe est repoussée par Courtois (20e). Généreux dans l’effort, le joueur auriverde voit sa frappe sauvée sur sa ligne par Valverde (45+2). Récompensé de ses efforts par un but de la tête sur un centre de De Bruyne (1-1, 78e). Intenable, il se fait faucher par Ramos juste avant la surface, ce qui provoque son expulsion (86e).