Un nouveau Serge Aurier. À 27 ans, l’Ivoirien a entamé sa métamorphose cette saison depuis l’arrivée de José Mourinho, lui qui est passé par des moments difficiles à Tottenham. Le 27 octobre dernier, il s’était fait remarquer pour une faute stupide sur Sadio Mané, lors de la défaite à Liverpool (2-1). L’ancien capitaine de Manchester United Roy Keane avait alors sorti la sulfateuse sur le plateau de Sky Sports : « Les deux latéraux de Tottenham Aurier et Rose ont été horribles. Ils ont vraiment été très faibles. Je les appelle Dumb and Dumber. En studio, on savait cinq secondes avant la faute d’Aurier ce qui allait se passer. Ce latéral est une catastrophe. » Ses deux premières saisons avec les Spurs n’ont pas été brillantes, lui, qui n’a effectué que 17 apparitions toutes compétitions confondues l’an passé.

Souvent cantonné à un rôle de remplaçant depuis son arrivée, l’ancien Parisien n’a jamais accepté la hiérarchie et voulait quitter le club l’été dernier. « Je cherchais une porte de sortie, donc je ne pouvais pas jouer au début. Quand tu es sur le départ, tu ne peux pas jouer parce qu’une blessure peut tout faire tomber à l’eau. C’était normal que je ne joue pas. Après, c’est la décision du coach. Comme je l’ai dit, la saison est longue, on va essayer de mieux jouer. Cette envie de partir, elle est normale je pense. Je suis un joueur important de ma sélection. Je n’ai plus 20 ans et j’ai besoin de jouer, d’être heureux », avait-il expliqué au journal ivoirien Bal des productions en octobre dernier. Malgré des discussions avec le directeur sportif du PSG Leonardo et un intérêt du Milan AC, le latéral de 26 ans avait dû se résigner à Londres.

Aurier revient en force

Un mal pour un bien pour Serge Aurier qui a pu se vider la tête et essayer de repartir de l’avant après une année éprouvante aussi bien en tant que footballeur qu’homme. Tel un phœnix, le puissant latéral renaît de ses cendres depuis la nomination du Special One. Le bilan est remarquable : un but et trois passes décisives pour l’ancien parisien. Il n’a pas alors manqué d’encenser le portugais à la BBC. « Nous sommes heureux, c’est un grand manager, il gagne partout ». Selon nos informations, le défenseur international ivoirien s’est entretenu dès l’arrivée de Mourinho de son rôle à venir dans la capitale anglaise. Un échange, en français, qui aura duré plusieurs dizaines de minutes. Le technicien lui a alors expliqué qu’il faisait partie des meilleurs latéraux de Premier League mais qu’en étant plus concentré sur et en dehors du terrain, il serait l’un des meilleurs défenseurs du Monde.

Une discussion appréciable qui aura eu le don de faire sourire le principal intéressé. L’ancien coach de Chelsea répliqua alors avec l’une des fameuses punchlines dont il a le secret : « Je ne suis pas en train de rire. Si tu penses que tu pourras te moquer de moi sur les réseaux sociaux comme tu as pu le faire avec ton ancien entraîneur, tu te trompes. » Laurent Blanc (entraîneur du PSG entre 2013 et 2016) appréciera ! Faire dans la provoc, c’est d’abord de la phrase choc mais aussi un peu d’humour. Et cela fonctionne pour un joueur qu’il voulait déjà recruter lors de son passage à Manchester United (2016-2018).

Le phœnix renaît de ses cendres

Le 6 novembre dernier, Mauricio Pochettino, pas encore débarqué, parlait d’un « choix tactique » pour expliquer l’absence d’Aurier dans le groupe de Tottenham pour le match contre l’Étoile rouge de Belgrade (4-0). Trois semaines plus tard, le défenseur de 26 ans venait de livrer une prestation très convaincante contre l’Olympiakos. Mené par les Grecs (0-2) il a été l’un des acteurs majeurs de la victoire de Spurs (4-2). Se retrouvant impliqué dans trois des quatre buts londoniens : passeur décisif chanceux pour Alli, réactif pour jouer rapidement une touche sur l’égalisation de Kane et auteur d’une superbe demi-volée pour mettre les Spurs devant au tableau d’affichage. La récompense d’une grosse activité sur le côté droit, sur lequel il a pu prendre des libertés en jouant très haut, tout en restant propre dans ses transmissions (88% de passes réussies).

Une performance saluée par l’une des légendes de Manchester United Rio Ferdinand, autrefois très critique vis à vis de l’éléphant, qui a changé son discours le concernant. « Quand un nouveau manager arrive, il y a parfois un joueur qui en profite. Pour l’instant, c’est lui. C’était quelqu’un dont on parlait comme un échec. Il s’est surpassé » , a fait remarquer le consultant pour BT Sport. Sous contrat jusqu’en 2022 (ainsi qu’une année en option), Serge Aurier est désormais ouvert à une prolongation de contrat avec Tottenham. Malgré l’intérêt d’écuries allemandes, le natif de Ouaragahio (Côte d’Ivoire) ne compte pas partir cet hiver et souhaite faire un bilan en fin de saison avec les dirigeants londoniens. Très bien intégré au sein du club, son choix prioritaire est désormais de s’imposer dans la ville de Londres.