Tout le Royaume trépignait d’impatience à l’idée de voir la première confrontation entre José Mourinho et les médias britanniques. Intronisé mercredi matin sur le banc de Tottenham, le Special One est apparu détendu, comme régénéré par ses onze mois loin des terrains. Comme à son habitude, le technicien portugais a su manier avec aisance sa communication. Comme quand il a fallu caresser ses joueurs dans le sens du poil, ou quand l’intéressé a essayé de prouver que son break forcé a provoqué un certain changement dans sa vision du management. Si une légère pointe d’égocentrisme a pu émerger pendant sa conférence de presse d’intronisation, l’ancien manager de Manchester United a souhaité fédérer autour de sa venue et montrer une certaine bienveillance comme pour mieux déminer le terrain.

« D’un point de vue émotionnel, je suis détendu, motivé et prêt. Et je pense que les joueurs l’ont ressenti ces deux jours. Je suis prêt et je suis là pour les soutenir. Dans la vie, on traverse des périodes comme celle-ci, où il ne s’agit pas de moi, mais de mes joueurs et de mon club, » confesse ainsi Mourinho. Un discours qui a quelque peu déconcerté l’assistance. Le coach lusitanien se serait-il métamorphosé en moins d’un an ? Il faut croire que ce relatif éloignement des pelouses a apporté une certaine sérénité au principal protagoniste qui a pu enfin prendre du recul sur sa carrière. « Je suis assez humble pour essayer d’analyser ma carrière. Pas seulement l’année dernière, mais les problèmes et les solutions. Je ne vais pas faire les mêmes erreurs. Je vais faire de nouvelles erreurs, » confie ainsi Mourinho.

José Mourinho ne veut pas tout révolutionner à Tottenham

C’est donc un Special One apaisé qui a distillé quelques indices sur ce qu’il souhaite insuffler à Tottenham dans les prochains jours. Car l’imminence du match face à West Ham ne lui laisse que trop peu de temps pour inculquer à ses nouveaux joueurs ses préceptes de jeu. « Je ne peux pas penser que je puisse venir et qu’en deux ou quatre jours je puisse changer les choses. Je savais que potentiellement, je pouvais arriver dans un club et diriger mon premier match un ou deux jours après mon intronisation, » révèle ainsi le nouveau manager des Spurs. Mais ce dernier compte bien apporter sa patte le plus rapidement possible.

« J’ai besoin de faire confiance à la base et la base est ce qui a été fait avant. Les joueurs étaient entre les mains d’un bon coach et d’un bon staff technique. Bien sûr, nous avons des principes de jeu et un style de leadership qui vont changer, c’est évident, mais je ne peux pas venir ici et penser qu’il s’agit de mon empreinte personnelle. J’ai dit aux joueurs que je suis venu ici à cause d’eux. J’ai essayé d’en acheter pour différents clubs et, pour certains, je n’ai même pas essayé parce que vous savez combien c’était difficile. Bien sûr, je vais essayer d’ajouter des détails, et parfois les détails peuvent faire la différence. Progressivement nous pouvons arriver à une empreinte personnelle. Le style de jeu doit s’adapter à la culture du club et aux joueurs d’ici, » décrypte ainsi l’ancien coach de Chelsea et du Real Madrid. Place désormais au terrain, et ce, dès samedi face à West Ham.