Avant cette rencontre, quatre équipes pouvaient voir leur destin basculer. Sur le podium au coup d’envoi, l’Atalanta était poursuivie par trois équipes : l’Inter, l’AC Milan et la Roma. La première banderille était pour le club de Bergame, la frappe de Remo Freuler se contentait de lécher le poteau du gardien de Sassuolo, son adversaire du jour (4e). Mais la première équipe à trouver la faille était finalement l’AC Milan. Sur son côté droit, Franck Kessié servait Hakan Çalhanoğlu qui ne se faisait pas prier pour ouvrir le score sur la pelouse de la SPAL (0-1, 18e). Un but qui valait cher, d’autant plus que quelques secondes plus tard, Sassuolo marquait par l’intermédiaire de Domenico Berardi (0-1, 19e) et envoyait provisoirement l’Atalanta à la cinquième place, loin du podium. Troisième à ce moment de la soirée, les Rossoneri doublaient très vite la mise grâce à leur Ivoirien, passeur un peu plus tôt (0-2, 23e) mais voyait les locaux réduire la marque peu de temps après (1-2, 27e). Plutôt calme jusque-là, la veillée des supporters de l’Inter tournait mal. Accrochés sur leur pelouse par Empoli, les Intéristes voyaient alors l’Atalanta repasser devant, puisque Duvan Zapata égalisait face à Sassuolo (1-1, 35e). Dans le même temps, la Roma également trouvait la faille face à Parme sur une frappe contrée de Lorenzo Pellegrini (1-0, 35e). Pendant ce temps-là, l’Inter, privée de Ligue des Champions si les résultats en restaient là, se heurtait à un immense Bartłomiej Drągowski, véritable rempart dans sa cage.

Malgré huit tentatives cadrées en première période, un record en Serie A cette saison, les hommes de Luciano Spalletti rentraient aux vestiaires en véritables perdants du soir. En effet, à la pause, c’est l’éternel rival de l’Inter qui venait compléter le podium aux côtés de la Juventus et du Napoli, tandis que l’Atalanta, avantagée par un goal-average particulier favorable, prenait la dernière place qualificative à la Ligue des Champions. Une situation qui poussait le technicien au changement, lui qui faisait entrer Keita Baldé au retour sur le terrain. Un changement presque payant, le joueur prêté par l’AS Monaco étant tout proche de percer la défense d’Empoli sur son premier ballon. Finalement, le Sénégalais justifiait son entrée sur sa seconde situation, délivrant le stade Giuseppe-Meazza d’une frappe croisée (1-0, 50e). Un petit bijou qui envoyait l’Inter sur le podium et reléguait l’Atalanta en Europa League. Mais la soirée n’étant pas encore assez folle. Sassuolo égalisait face à l’AC Milan grâce à Mohamed Salim Fares (2-2, 53e) tandis que, dans la même minute, Papu Gomez envoyait Bergame au paradis (2-1, 53e). En l’espace d’une dizaine de minutes, l’AC Milan tombait du podium et disait adieu à la Ligue des Champions.

L’Atalanta au paradis, Empoli en Serie B

Alors que l’Inter pouvait doubler la mise sur un penalty bien généreux, Mauro Icardi manquait son penalty, rendant la soirée un peu plus folle. Un raté qui permettait à Milan de continuer à y croire, d’autant plus que Franck Kessié voyait double un peu plus tard (2-3, 65e). La course à la LdC tournait alors à un duel milanais, puisque du côté du Stadio Atleti Azzurri d’Italia, l’Atalanta assurait définitivement la première qualification en Champions League de son histoire en prenant le large par l’intermédiaire de Mario Pašalić (3-1, 65e). Un bonheur à Bergame, très loin de l’état d’esprit ambiant à Milan, lorsque Hamed Traore égalisait (1-1, 76e). Proche du 2-0 un peu plus tôt, les Nerrazzuri voyait le rival lui chiper sa quatrième place. Mais cet espoir pour l’AC Milan ne faisait pas long feu, Radja Nainggolan décidant de remettre les pendules à l’heure (2-1, 81e). Loin des préoccupations milanaises, Daniele De Rossi profitait de la fin de match pour tirer sa révérence sous une pluie battante, comme si les Dieux romains pleuraient la dernière de leur milieu de terrain. Cela était ensuite un peu plus le cas lorsque Gervinho décidait de venir gâcher la fête de son ancien club (1-1, 86e), mais Diego Perotti décidait de ne pas laisser partir son capitaine sur un match nul (2-1, 89e).

Finalement, aucun score n’évoluait plus. Tous vainqueurs, l’Atalanta, l’Inter et l’AC Milan conservent la place qui était la leur au coup d’envoi. Les deux premiers iront en Ligue des Champions, le dernier se contentera de l’Europa League, tandis que la Louve passera par les tours préliminaires... Mais tout le monde ne rêvait pas d’Europe ce soir. Une autre course animait en effet le multiplex, celle pour le maintien. Quatre clubs étaient sous la menace d’une relégation en Serie B : le Genoa, dix-huitième, et ses trois prédécesseurs : Empoli, l’Udinese et la Fiorentina. Battu par l’Inter, et malheureux après le match nul entre la Fiorentina et le Genoa, Empoli est du coup relégué en Serie B.

Les résultats de la 38e journée :

AS Rome 2–1 Parme : Pellegrini (35e) et Perotti (89e) pour l’AS Rome ; Gervinho (86e) pour Parme

Atalanta 3–1 Sassuolo : Zapata (25e), Gomez (53e) et Pasalic (65e) pour l’Atalanta ; Berardi (19e) pour Sassuolo

Cagliari 1–2 Udinese : Pavoletti (17e) pour Cagliari ; Hallfredsson (58e) et De Maio (70e) pour l’Udinese

Fiorentina 0–0 Genoa

Inter 2–1 Empoli : Baldé (51e) et Nainggolan (81e) pour l’Inter ; Traoré (76e) pour Empoli

SPAL 2–3 AC Milan : Vicari (28e) et Fares (53e) pour la SPAL ; Calhanoglu (18e) et Kessie (23e et 66e) pour l’AC Milan

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10