Une belle histoire d’amour. Entre Fabian Ruiz et Naples, tout a commencé par un coup de foudre comme l’avait avoué le joueur à Onda Cero. « Davide Ancelotti a souvent rendu visite à sa petite amie, une fille de Séville qu’il avait rencontré à Madrid. Donc quand il venait, il avait l’habitude d’aller aux matches du Betis et de Séville. C’est là qu’il m’a vu jouer ». Et le fils de Carlo Ancelotti est tout de suite tombé amoureux du milieu de terrain espagnol. Comment ne pas l’être ? Élégant et intelligent, Fabian Ruiz est doté d’une technique au-dessus de la moyenne, d’une superbe vision de jeu ou encore d’une belle agilité balle au pied. Après une superbe saison sous les ordres de Quique Setién au Real Betis Balompié, ce pur produit du club andalou a donc rejoint Naples à l’été 2018. Et comme quand on aime, on ne compte pas, les Partenopei ont déboursé 30 millions d’euros pour sceller leur union jusqu’en 2023.

Une idylle qui se passe sans accroc pour le moment. Véritable révélation lors de sa première année sous le maillot du Napoli (7 buts, 42 apparitions toutes compétitions confondues), le milieu né en 1996 a enchanté son club. La magie s’est prolongée en sélection nationale. Sélectionné avec la Roja lors du rassemblement du mois de juin 2019, il a honoré ses premières capes face aux Iles Féroé (7 juin, 17 minutes jouées) et à la Suède (10 juin, 90 minutes jouées), où il avait délivré une passe décisive pour sa première titularisation. Quelques jours plus tard, il participait à l’Euro U21 en Italie et à Saint-Marin. Pièce maîtresse de son équipe, il n’a cessé d’éclabousser ce tournoi de son immense talent jusqu’à la finale où il a notamment ouvert le score d’une sublime frappe de 20 mètres. Auteur de 2 buts en 4 matches durant cette compétition et exceptionnel à tous les niveaux, Fabian Ruiz a été élu meilleur joueur de ce championnat d’Europe Espoirs.« Je suis ravi d’avoir remporté le prix mais gagner le tournoi était plus important », avait toutefois avoué le principal intéressé.

Fabian Ruiz au cœur d’une bataille de géants

Le temps de prendre quelques jours de vacances, l’Espagnol de 23 ans a repris la saison avec le Napoli. Une deuxième année où le jeune homme est forcément plus attendu, lui qui doit confirmer les espoirs placés en lui et les bonnes choses qu’il a pu montrer ces derniers mois. Apparu à huit reprises cette saison (1 but), il est un titulaire en force aux yeux de Carlo Ancelotti. La relation entre les deux hommes est d’ailleurs cruciale pour Ruiz. « Ancelotti est important pour moi, je l’ai toujours dit. Quand je suis arrivé ici, il m’a donné beaucoup de confiance, je suis heureux. Maintenant, je dois travailler pour faire tout ce qu’il me demande et donner le meilleur de moi-même sur le terrain ». Dans la lumière, Fabian Ruiz attise logiquement les convoitises, comme d’autres joueurs napolitains avant lui. Ainsi, en plus de la Juventus, le Real Madrid et le FC Barcelone, qui le suivaient déjà lorsqu’il évoluait au Betis, ne le lâchent pas d’une semelle. Les Merengues l’ont supervisé à plusieurs reprises. Même chose pour les Blaugranas. Eric Abidal était présent le 22 septembre à Lecce pour l’observer.

Ce qui avait d’ailleurs fait réagir Carlo Ancelotti, bien décidé à ne pas laisser filer son crush. « Le directeur sportif de Barcelone, Abidal, était dans les tribunes ? Fabian est bien ici, » avait-il lâché après la rencontre. Car si les plus grands clubs craquent pour Fabian Ruiz, le Napoli ne compte pas se laisser faire. Les cas Allan et Kalidou Koulibaly le prouvent. Face aux avances des géants espagnols, les Partenopei ont décidé de contre-attaquer. Ce vendredi, le Corriere dello Sport a fait un long point sur le milieu. "Mission Fabian Ruiz : prolongation rapide et maxi clause. Barcelone et Madrid jouent le clasico du mercato pour lui. Mais De Laurentiis veut le blinder". Une prolongation est donc à l’étude pour le footballeur, qui a toujours dit qu’il se sentait bien à Naples. Un club qui compterait, selon le média transalpin, inclure une clause de 120 millions d’euros pour clubs étrangers histoire d’assurer ses arrières. Les courtisans de Fabian Ruiz sont prévenus !