Depuis le sacre des Bleus en Russie, Adil Rami (34 ans) vit un véritable cauchemar sur le plan sportif. Licencié par l’Olympique de Marseille pour faute grave, le champion du monde pensait bien faire taire ses détracteurs avec une nouvelle aventure à Fenerbahçe. Débarqué au sein du club turc l’été dernier, l’ancien Lillois se projetait déjà sur une aventure couronnée de succès. Malheureusement pour le principal protagoniste, sa situation sportive a rapidement basculé. La faute à une boulette en championnat qui lui a coûté sa place dès la pause face à Ankaragücü.

Un choix fort effectué par l’entraîneur du Fener Ersun Yanal. Après avoir disputé cinq rencontres toutes compétitions officielles avec la formation turque, Rami se trouve mis à l’écart. Un chemin de croix qui n’altère pourtant pas le moral de l’ancien Marseillais. Dans une interview accordée au Parisien, le natif de Bastia évoque sans filtre, sa descente aux enfers. « C’était l’endroit parfait pour prendre une revanche sur 2019. Mais je n’ai joué que cinq matchs… Ma situation actuelle n’est pas facile à vivre mais je l’accepte parce que j’ai confiance en moi. J’ai le sourire. Je continue de beaucoup travailler. Je crois en ma bonne étoile. Tôt ou tard, il va y avoir un retournement de situation. Je ne suis pas d’accord avec le choix du coach mais je le respecte, » confie ainsi Adil Rami.

Adil Rami ne ferme pas la porte à un retour en Ligue 1

Ce dernier décrypte avec sa singularité habituelle ses difficultés dans son nouveau club qui l’ont conduit à devenir indésirable aux yeux de son coach. « Je suis arrivé tard dans le groupe. L’équipe tournait bien et j’ai connu des petits pépins physiques. Dès mon premier match, je rate une relance. Je prends un coup de massue car pour la première fois de ma carrière, le coach me sort à la mi-temps. Ensuite, je n’ai plus eu de nouvelles… Encore une fois, je respecte le choix du coach. Il m’a fait comprendre que je n’étais pas encore prêt. J’ai accepté mais j’avais surtout besoin d’enchaîner les matchs. La clé est là, pour moi, » révèle ainsi le défenseur français. Réputé pour son mental d’acier, Adil Rami refuse de rendre les armes, et préfère se focaliser sur le mercato d’hiver. En effet, le champion du monde 2018 reste un compétiteur assoiffé de revanche. Un nouveau défi ne lui déplairait pas, bien au contraire.

Histoire de stopper les railleries qui l’accompagnent depuis quelque temps maintenant, mais pas seulement. « Avec mon entourage, on écoute. On reçoit beaucoup d’appels du Golfe, par exemple. Pourquoi pas la France pour une revanche ? Cela me plairait de montrer que je suis encore là, dans mon pays. Rien n’est impossible, je continue à rêver alors pourquoi pas viser l’Euro 2020… Je n’ai pas l’ambition de jouer en Ligue 2. Je suis un vrai leader, je peux apporter à une défense. J’entends les critiques et j’ai envie de les faire mentir, » commente ainsi le champion de France avec le LOSC. Si le principal protagoniste ne ferme pas la porte à un retour en Ligue 1, la MLS reste une destination crédible pour un nouveau départ. A 34 ans, Adil Rami veut chasser ses vieux démons, et s’offrir une fin de carrière dorée...