L'opération Ballon d'Or 2021 tourne à plein régime pour Karim Benzema

En quelques jours, Karim Benzema est devenu l'un des outsiders majeurs dans la course au Ballon d'Or France Football. Grâce à ses performances avec le Real Madrid et l'équipe de France évidemment. Mais aussi à une grosse campagne de soutien.

Karim Benzema après son but en Ligue des Champions contre le FC Sheriff Tiraspol
Karim Benzema après son but en Ligue des Champions contre le FC Sheriff Tiraspol ©Maxppp
La suite après cette publicité

Le 29 novembre, à l'issue d'une soirée de gala organisée au Théâtre du Châtelet à Paris, on connaîtra l'identité du Ballon d'Or France Football 2021. Depuis plusieurs mois, un favori semblait se dégager au vu de son palmarès incroyable sur l'année civile et de son influence sur le jeu de Chelsea et l'Italie : Jorginho. Seulement, le milieu de terrain, élu joueur UEFA de l'année, n'a pas derrière lui la même machine médiatique que d'autres stars du ballon rond.

Ainsi, dès la victoire de l'Argentine en Copa América cet été, le premier titre de Lionel Messi avec sa sélection, la Pulga, aujourd'hui au Paris SG après une Copa del Rey et un titre de meilleur buteur de Liga (30 pions) glanés avec le FC Barcelone, est clairement revenu sur le devant de la scène. Sa récente interview à France Football a notamment relancé l'idée d'un 7e trophée annoncé en forme d'hommage et d'apothéose pour le natif de Rosario.

Le Real Madrid lance les hostilités

Robert Lewandowski, à coups de buts et de trophées soulevés avec le Bayern Munich, a lui aussi connu une récente exposition médiatique majeure, après la remise de son Soulier d'Or européen notamment. Cristiano Ronaldo a eu droit à un peu de lobbying de la part de son agent Jorge Mendes et Sir Alex Ferguson, dévoués à sa cause, pour souligner notamment son superbe retour à Manchester United cet été. Désormais, c'est au tour de Karim Benzema d'être sous le feu des projecteurs.

Son but contre l'Espagne en finale de la Ligue des Nations n'est pas passé inaperçu. Ce premier titre avec les Bleus, le seul de son année civile sur le plan personnel, a rappelé à tous qu'il était un candidat plus que crédible. Depuis, la campagne pro-KB9, lancée par le Real Madrid (10 lauréats ont joué pour les pensionnaires du Santiago Bernabéu) notamment, bat son plein. Les déclarations se succèdent. D'anciens vainqueurs passés par la Casa Blanca, comme Ronaldo, Zinedine Zidane ou Fabio Cannavaro, ont pris fait et cause publiquement pour l'international tricolore (92 sélections, 33 réalisations). Des mots qui pèsent forcément sur l'électorat, leur résonnance étant évidemment mondiale.

Dans l'Hexagone aussi, alors que s'ouvre prochainement le procès de la sextape, fameuse affaire qui lui avait valu cinq ans d'absence en sélection, les voix s'élèvent pour défendre la candidature du natif de Bron. On pense évidemment à Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, militant de la première heure sur Twitter et dans les médias. Jocelyn Gourvennec, coach de Lille, lui a emboîté le pas tout comme Antoine Koumbouaré à Nantes, Bruno Genesio à Rennes, Gérald Baticle à Angers ou encore Christophe Galtier du côté de Nice.

Presque toute la France derrière lui

Seuls le coach de l'AS Monaco Niko Kovac, qui pense aussi à Lewy, son ancien joueur au Bayern, et Mauricio Pochettino, qui possède au sein de l'effectif du Paris SG plusieurs nommés (Neymar, Kylian Mbappé, Gianluigi Donnarumma et évidemment Messi), devraient échapper à cette vague de soutiens. Mais la France a bien pris parti pour l'ancien Lyonnais, et ce, alors que N'Golo Kanté, autre Bleu en lice, a tout autant d'arguments à faire valoir, notamment en termes de palmarès (Ligue des Champions, Supercoupe de l'UEFA).

Dernier épisode de cette campagne, dans une interview à Canal +, qui sera diffusée ce mardi, l'attaquant - auteur de 23 buts toutes compétitions confondues sur l'année 2021, club et sélection compris - se pose clairement en candidat. «Aujourd'hui, voilà, je ne suis pas très loin», a-t-il notamment lâché, évoquant un rêve de gosse. S'il confirme sa formidable influence sur le jeu, l'attaque et les résultats du Real Madrid d'ici le 24, date de clôture des votes, Karim Benzema a des raisons d'y croire. Et finalement, ce n'est déjà pas si mal !

Plus d'infos

Commentaires