Conference League, Pologne : l'irrésistible ascension du RKS Raków Częstochowa

Le RKS Raków Częstochowa, petit club qui a gravi les échelons à la vitesse de l'éclair en Pologne et où évolue le neveu du nouvel entraîneur de l'OM, a rendez-vous avec son histoire à l'heure d'affronter le FK Astana au 2ème tour préliminaire de la Ligue Europa Conférence, ce jeudi (21h).

Les joueurs du RKS Raków Częstochowa célèbrent leur victoire en Coupe de Pologne
Les joueurs du RKS Raków Częstochowa célèbrent leur victoire en Coupe de Pologne ©Maxppp

Une progression fulgurante. Le RKS Raków Częstochowa, c'est l'histoire d'un petit club qui n'en finit plus de monter et de surprendre en Pologne. À tel point qu'il entend bien désormais se faire une place sur la scène européenne, à l'heure où le match aller d'une double confrontation face au FK Astana (2ème tour préliminaire de la Ligue Europa Conférence) se profile ce jeudi (21h). Rien ne laissait pourtant forcément présager un tel succès pour cette petite équipe issue d'un quartier d'une ville située à 200 km de la capitale (Varsovie) et surtout réputée, parmi les fidèles catholiques, pour son sanctuaire Jasna Góra.

La suite après cette publicité

Pour situer l'exploit réalisé par le RKS Raków et comprendre un peu plus l'histoire de cette écurie fondée en 1921 qui n'avait atteint qu'une finale de Coupe de Pologne en 1967, il est important de rappeler que le club végétait encore en 3ème division il y a cinq ans. À l'issue de la saison 2016-2017, les Czerwoni i Niebiescy (les Rouge et Bleu) obtiennent leur montée en D2 polonaise. Un championnat qu'ils remportent dès la deuxième saison, en 2018-2019, après avoir terminé à la 7ème place un an avant.

Raków a déjà presque atteint tous les sommets en Pologne

Direction l'Ekstraklasa donc, et la découverte de l'élite nationale. Pour son grand baptême, Raków joue certes le maintien mais s'en sort sans véritablement trembler lors des play-offs. Puis vient la saison 2020-2021, celle du déclic faisant assurément passer le club dans une nouvelle dimension puisqu'en plus de terminer dauphin du Legia Varsovie, seulement 5 points derrière, la formation de l'est s'adjuge la première Coupe de Pologne de son histoire. Une performance permettant au RKS Raków, vainqueur de la Supercoupe de Pologne 2021 dans la foulée face au Legia, de découvrir l'Europe.

Mais après avoir éliminé les Lituaniens du FK Sūduva (0-0 ; 0-0, 4-3 aux TAB) au 2ème tour préliminaire de la Ligue Europa Conférence, puis les Russes du Rubin Kazan (0-0 ; 1-0), les Polonais ont échoué aux portes des poules, en barrages face à La Gantoise (1-0 ; 0-3). Pas de quoi décourager les hommes de Marek Papszun (47 ans), l'entraîneur en place depuis le mois d'avril 2016 et artisan majeur des progrès spectaculaires de son équipe. Rebelote en 2021-22, avec une deuxième place en Ekstraklasa, cette fois derrière le Lech Poznań mais toujours avec 5 unités de retard.

Une excellente gestion

Tout cela résulte d'un travail de longue haleine et demeure le fruit d'une gestion intelligente et cohérente en amont. « Le club est construit de manière très professionnelle et compacte, analyse Piotr Koźmiński, journaliste pour Wirtualna Polska. Il a un bon propriétaire, Michał Świerczewski (il a racheté le club en 2015, NDLR), un homme d'affaires sérieux dont la société (x-kom, NDLR) est toujours en croissance sur le marché polonais. De plus, Świerczewski est un homme intelligent qui sait comment agir dans le football. Il n'interfère pas, par exemple, dans les décisions des entraîneurs. Il laisse les gens travailler. La vision du club est claire, tout le monde tire dans le même sens », poursuit notre confrère polonais.

Si la tournure des événements en a surpris plus d'un en Pologne, Raków s'est aujourd'hui installé comme un candidat sérieux au titre de champion, devenant aussi capable de rivaliser financièrement avec les plus gros poissons du championnat. « J'ai entendu de nombreuses personnes à l'étranger dire que Raków est considéré comme la nouvelle puissance du football polonais, c'est intéressant, souligne Piotr Koźmiński. Je parle par exemple des frais de transfert et des salaires. Ils n'ont aucun problème à payer 1 M€ pour un joueur ou à offrir un salaire d'environ 400 000 €/an s'ils veulent le joueur. Ils sont déjà capables de rivaliser avec Legia et Lech sur le plan financier. »

Un mercato décisif pour la C4 ?

Si, comme l'an dernier, les Częstochowianie se sont adjugés la Supercoupe de Pologne aux dépens du Lech (2-0, le 9 juillet dernier), avant de remporter leur premier match de championnat face au Warta Poznań (1-0), ils espèrent aller au bout des phases qualificatives pour goûter aux joutes européennes en C4. Cela passe par un mercato estival 2022 de qualité, mêlant bons coups et conservation des meilleurs éléments. Raków a déjà recruté Fabian Piasecki (Śląsk Wrocław) pour compenser le départ libre de Jakub Arak, et se faisant aussi prêter l'ailier international Espoirs polonais Daniel Szelagowski. L'enjeu majeur était de conserver Ivi López, élu joueur de la saison 21-22 en Ekstraklasa et menace offensive la plus redoutable (21 buts et 12 offrandes en 44 matchs la saison écoulée). C'est chose faite puisque l'Espagnol à prolongé, mardi, son contrat jusqu'en 2026.

Derrière, l'avenir du meilleur gardien de la D1 polonaise, le Bosnien Vladan Kovačević, sera aussi déterminant. La formation où évolue le neveu du coach de l'OM, Fran Tudor, s'est, dans le même temps, fait prêter le portier international Espoirs polonais Xavier Dziekonski, alors que l'international grec (6 capes) Stratos Svarnas, prêté par l'AEK Athènes, est venu pallier le départ libre de Dominik Wydra. Une stratégie confirmant au passage que la jeunesse prend le pouvoir et portant la moyenne d'âge de l'effectif à 24,3 ans. Les pensionnaires du Miejski Stadion Piłkarski Raków, classé comme stade de catégorie 3 par l'UEFA et au sein duquel raisonnera donc pour la première fois l'hymne européen, sont désormais pleinement tournés vers leur prochain objectif : bien s'exporter et continuer à en surprendre plus d'un, mais sur la scène européenne cette fois-ci.

Plus d'infos

Commentaires