ASSE - PSG : les notes du match

Le PSG, sans forcément briller, s'est imposé sur le score de 3-1 sur la pelouse de l'ASSE. Avec un doublé de Marquinhos notamment.

Marquinhos avec le PSG
Marquinhos avec le PSG ©Maxppp
La suite après cette publicité

Vingt-cinq points séparaient le Paris Saint-Germain, leader, de Saint-Etienne, dix-neuvièmes, au coup d'envoi de cette affiche comptant pour la quinzième journée de Ligue 1. Au stade Geoffroy-Guichard, les Parisiens, battus par Manchester City (1-2), mercredi dernier, en Ligue des Champions, espéraient malgré tout poursuivre leur marche en avant en L1 et ainsi asseoir, un peu plus, leur suprématie au niveau national. En face, les Verts, auteurs d'un début de saison cauchemardesque, restaient sur deux matches nuls et deux victoires et avaient l'occasion de faire perdurer cette série d'invincibilité dans cette mission maintien. Pour cette rencontre, Claude Puel optait donc pour un 4-2-3-1 où le prolifique Khazri était présent sur le front de l'attaque stéphanoise. De son côté, Mauricio Pochettino alignait un 4-2-3-1 avec la grande première de Ramos en défense centrale et les quatre fantastiques alignés devant. Dès l'entame de la rencontre, les Parisiens se montraient tranchants. Sur un ballon perdu par Camara, Neymar concluait un joli mouvement collectif initié par Di Maria et Messi mais l'arbitre annulait finalement le but du Brésilien pour une position de hors-jeu (5e).

Et si les hommes de Mauricio Pochettino se montraient à nouveau dangereux sur une frappe de Mbappé repoussée par Green, c'est bien l'ASSE, à la surprise générale, qui ouvrait le score par l'intermédiaire de Bouanga, opportuniste, suite à une frappe de son coéquipier Kolodziejczak (1-0, 24e). Mené, le PSG poussait pour revenir dans cette rencontre, qui allait basculer juste avant la pause. Coupable d'un tacle dangereux sur Mbappé, Kolodziejczak voyait rouge (45e). Sur le coup franc suivant, Messi trouvait la tête de Marquinhos qui égalisait au meilleur moment (1-1, 45+2e). En infériorité numérique, les Stéphanois subissaient dans le second acte mais Green, décisif devant Mbappé (52e), préservait ce précieux point. Sous une trop grande pression, les Verts finissaient cependant par craquer. Sur une nouvelle passe décisive de Messi, Di Maria, sur la droite de la surface, trompait le portier ligérien d'une frappe enroulée du gauche imparable (1-2, 79e). Seul ombre au tableau, le PSG perdait Neymar sur blessure, victime d'un vilain tacle de Maçon (87e)... En toute fin de rencontre, le PSG parachevait sa victoire grâce au doublé de Marquinhos et à la troisième passe décisive de Messi (1-3, 90+1e). Avec cette victoire (3-1), le PSG assoit un peu plus sa domination en tête de L1. Saint-Etienne est à nouveau lanterne rouge.

Le classement complet de la Ligue 1

Le classement des buteurs

Le classement des passeurs

L'homme du match : - Marquinhos (7,5) : ça n'avait pas forcément bien commencé pour lui, puisque même s'il n'est pas directement coupable sur le coup, c'est lui qui permet aux attaquants stéphanois d'être en position légale sur l'ouverture du score en couvrant. Il se rattrape en quelque sorte avec ce superbe coup de tête bien placé pour égaliser juste avant la pause, et s'offre un doublé, de la tête encore, en toute fin de partie. La cerise sur le gâteau d'une prestation plus que correcte malgré quelques approximations dans sa surface. Cet après-midi, c'est lui qui a fait ce que Neymar ou Mbappé n'ont pas su faire.

AS Saint-Etienne

  • Green (7) : l'international anglais s'est bien couché pour fermer le premier poteau sur la tentative de Mbappé (13e). Il s'est bien déployé en fin de première période pour dévier le centre de Hakimi (38e) et sur les frappe de Neymar (39e) puis Mbappé (41e). Mais dans le temps additionnel, il a été trop court pour détourner la tête placée de Marquinhos sur le coup-franc de Messi (45e+2). Après la pause, rebelote : présent face à Mbappé (52e) et Messi (60e), puis vigilant sur le Brésilien (69e). Malheureusement, il n'a pu que s'incliner sur l'enroulé de Di Maria, seul au second poteau (79e), et la tête de Marquinhos pour son doublé (90e+1). Le dernier rempart des Verts a su retarder l'échéance (5 arrêts), mais le carton rouge lui rend la tâche encore plus compliquée...

  • Sissoko (3,5) : le numéro 22 des Verts a réalisé beaucoup d'efforts sans ballon pour contenir les assauts de Bernat et Neymar. Néanmoins, qui dit envie dit parfois agressivité, ce qui lui a valu un carton jaune après un tacle en retard sur le Brésilien (18e). Cependant, il n'a pas appris de son erreur, profitant de l'indulgence de l'arbitre après son contact avec le 10 adverse (29e). Remplacé au retour du vestiaire par Moukoudi (5), qui n'a pas eu besoin de temps pour se mettre au diapason et dégager les ballons dangereux (5 interceptions).

  • Nadé (5,5) : plutôt bien entré dans sa rencontre, le jeune défenseur central a pris parfois quelques risques pour relancer proprement, face au gros pressing parisien. Il a su également anticiper des ballons dans le dos de l'arrière-garde (21e). Il s'est montré solide face aux offensifs adverses et a pu intervenir sans faute pour court-circuiter les combinaisons, même s'il a parfois été pris de vitesse par Mbappé. Comme un libéro, il a été présent au bon endroit pour éliminer le danger (5 dégagements défensifs).

  • Kolodziejczak (3) : l'ex-Sévillan a su lire les mouvements offensifs adverses, notamment sur la passe en profondeur pour Hakimi (16e). Il a même été présent sur l'action du but, sa frappe étant d'abord trop molle pour tromper la vigilance du gardien adverse. Il aura fallu un belle course en profondeur de Mbappé pour qu'il vienne stopper sa lancée et provoquer le premier carton rouge de la rencontre (45e), laissant ses coéquipiers à 10.

  • Trauco (4,5) : décisif face au but lors de la victoire à Troyes la semaine passée, le Péruvien a su se montrer important mais dans ses 30 derniers mètres en première mi-temps, cantonné au travail défensif. Peu pressé, il a pu monter balle au pied, amenant notamment l'occasion de Bouanga (63e). Mal aligné avec ses coéquipiers, il a couvert Di Maria, qui a pris tout son temps pour donner l'avantage aux Parisiens (79e). En fin de rencontre, il est trop court pour dominer Marquinhos sur le but du break. Beaucoup de déchet (17 ballons perdus).

  • Maçon (4,5) : l'arrière droit, positionné à gauche du front offensif, a souvent été servi sur son flanc pour amener des centres dans la surface de réparation, sans succès. Repassé à droite en seconde période pour blinder la défense, il a été un peu plus en difficulté face aux montées de Bernat et Neymar, qui n'ont finalement pas pu se montrer décisifs. Remplacé par Krasso (87e).

  • Camara (5,5) : le capitaine stéphanois n'a pas montré le meilleur des exemples dès le début de rencontre : dès l'entame, sa perte de balle aurait pu porter préjudice aux siens avec le but de Neymar, finalement refusé pour hors-jeu. Un peu plus nerveux après une altercation avec Neymar, le milieu a récolté le troisième carton de l'ASSE pour son tacle sur la cheville de Gueye (35e). A l'entrée de la surface, il a réalisé un superbe retour dans les pieds de Messi (67e).

  • Aouchiche (4) : positionné dans l'attaque des Verts, l'ancien Parisien n'a pas hésité à souvent reculer pour participer au pressing dans sa moitié de terrain. Moins sollicité au vu du bloc reculé de Saint-Etienne, le milieu offensif a tenté comme il pouvait d'aider ses coéquipiers à tenir l'avantage lors du premier acte. Remplacé à la mi-temps par Youssouf (4), avec pour seule mission de limiter la casse en seconde période, en vain.

  • Boudebouz (6,5) : habitué à mener le jeu, l'Algérien a joué un cran plus bas en première période pour contenir l'adversaire dans l'entrejeu. Il a ensuite écopé d'un jaune à cause d'une semelle sur Di Maria (32e). Jouant devant la charnière centrale, le gaucher a été indispensable pour couper les transmissions parisiennes dans l'axe (6 ballons récupérés), empêchant le quatuor de trouver la faille dans la surface. Généreux avec et sans le ballon, il est remplacé par Gourna-Douath (72e).

  • Bouanga (6) : parfois esseulé dans son couloir droit à la récupération du ballon, le Gabonais a tenté tant bien que mal de faire la différence. Suivant bien l'action de Kolo, il a pu tromper Donnarumma pour donner l'avantage aux siens contre le cours du jeu (1-0, 23e). Malgré la réduction numérique, il a failli surprendre la défense sur le couloir droit, sa tentative du gauche ne trouvant pas le cadre du portier italien (47e). Très présent dans les duels (12 gagnés sur 20), il a pu prendre le ballon pour calmer le jeu et faire respirer les siens.

  • Khazri (5,5) : souvent servi dos au but, l'international tunisien a posé beaucoup de problèmes à la défense stéphanoise pour permettre à son bloc de remonter après les grosses possessions adverses. Son superbe enchaînement face à Di Maria lui a été à l'origine de l'ouverture du score de Bouanga. Esseulé lorsqu'il a été servi après la mi-temps, son apport défensif a été moindre et a passé la majorité de la seconde période dans ses 30 mètres.

Paris Saint-Germain

  • Donnarumma (5,5) : pas grand chose à signaler pour lui cet après-midi, dans la mesure où il est délaissé sur le but des Verts, et parvient tout de même à sortir le ballon une première fois. Derrière, il n'a pas été tant sollicité que ça, si ce n'est sur une frappe puissante de Bouanga (63e) sur laquelle il répond bien présent par exemple.

  • Hakimi (4,5) : prestation plus que discrète du latéral marocain. Après un début de saison époustouflant, on peine à retrouver ce joueur si offensif et si tranchant sur son couloir. Concrètement, il n'a pas été mauvais, mais n'a été que trop neutre sur les séquences offensives parisiennes, en plus de ne prendre que très peu de risques lorsqu'il est entré en contact avec le ballon. Parfois en difficulté face à Bouanga sur les séquences défensives.

  • Marquinhos (7,5) : voir ci-dessus.

  • Sergio Ramos (6,5) : pour son premier match sous la tunique parisienne, le défenseur espagnol a tenu son rang. Très vite, on l'a vu diriger et donner des consignes à ses partenaires, haranguer l'arbitre, preuve qu'il vient pour être le patron. Il n'a pas vraiment été pris à défaut par les joueurs offensifs de l'ASSE, et n'a pas hésité à mettre de l'impact physique dans ses interventions. En fin de match, il est aussi venu prêter main forte en attaque comme il avait l'habitude de le faire au Real Madrid, sans réussite pour le coup.

  • Bernat (4,5) : le latéral gauche espagnol a, comme son homologue du côté droit, rendu une copie assez insipide. Pas mauvais, mais pas bon non plus. Très peu transcendant dans le jeu, on ne l'a pas vu dans la moitié de terrain adverse. Insuffisant.

  • Danilo (5) : encore un match difficile pour le Portugais devant la défense, du moins en première période. Il a souvent semblé dépassé dès que les joueurs offensifs stéphanois passaient la seconde, étant souvent en retard ou mal positionné. Avec le ballon, il a été assez neutre. Du mieux tout de même en deuxième période une fois les parisiens en supériorité numérique, avec quelques bonnes interventions, sur Bouanga dans la surface notamment (57e).

  • Gueye (6) : match assez satisfaisant du milieu de terrain parisien, avec ce volume de jeu toujours aussi élevé et cet enchaînement de courses pour prêter main forte en attaque comme en défense. Dans son rôle, il a brillé, même si on l'a quand même déjà vu un peu plus percutant dans les derniers mètres. Leandro Paredes l'a remplacé à la 74e, mais n'a pas vraiment pu se montrer.

  • Di Maria (6,5) : de loin le meilleur élément offensif parisien en première période. C'est lui qui a pris les initiatives et qui a lancé la plupart des situations offensives de son équipe, avec de nombreux bons ballons distillés à ses partenaires de l'attaque, dont le ballon en profondeur pour Mbappé qui provoque le rouge stéphanois. Paradoxalement, il s'est un peu effacé lorsque son équipe était en supériorité numérique, mais il a fait trembler les filets après un caviar de son compatriote Messi.

  • Lionel Messi (6,5) : un peu critiqué après le match face à Manchester City, l'Argentin n'a pas encore été au niveau attendu de celui d'un joueur annoncé comme le favori pour le Ballon d'Or 2021. Et pourtant, il termine avec trois passes décisives, c'est dire... Il envoie un bon ballon sur le crâne de Marquinhos sur l'égalisation parisienne, puis décale à merveille pour Di Maria depuis l'entrée de la surface à un quart d'heure de la fin. En fin de match, il retrouve le défenseur central. Mais dans le jeu, on reste sur notre faim. Quelques tentatives de combinaison aux abords de la surface, mais surtout une influence sur le jeu quasi inexistante et aucune vraie différence crée avec le cuir. Un gros raté en prime (68e).

  • Neymar (4) : comme son fidèle ami argentin, la star brésilienne ne s'est pas montrée sous son meilleur visage dans le jeu sous la neige du Forez. Mais contrairement à La Pulga, le numéro 10 du PSG n'a pas été décisif. Il n'a pas réussi à faire parler son talent, ne créant pratiquement aucun danger si ce n'est sur quelques occasions vendangées qui auraient dû terminer au fond et permettre aux siens de prendre les devants plus rapidement, comme à la 40e ou à la 68e minute. Un mauvais après-midi qui est même devenu cauchemardesque après sa blessure à la cheville à quelques minutes de la fin... Dina-Ebimbe a pris sa place mais n'a pas eu le temps de s'illustrer.

  • Mbappé (5) : il a été assez entreprenant et remuant, contrairement à d'autres... Mais il a aussi été assez maladroit à la finition, à l'image du bel arrêt de Green devant lui en début de match, ou de ce nouveau duel perdu face au portier vert peu avant la pause. C'est lui qui provoque le rouge de Kolo, mais au retour des vestiaires, il a également manqué de nombreuses situations intéressantes à l'image de sa reprise de volée complètement manquée (59e). Un match à oublier assez vite pour lui, même si tout n'a pas été négatif.

Plus d'infos

Commentaires