CAN 2023, Guinée équatoriale : les révélations choquantes des bannis Emilio Nsué et Ibán Salvador

Par Hanif Ben Berkane
6 min.
Emilio Nsué avec la Guinée equatoriale @Maxppp

Après l’euphorie de la CAN 2023, plus rien ne va en Guinée équatoriale. Le meilleur buteur de la compétition, Emilio Nsué, et l’autre star Iban Salvador, ont été exclus de l’équipe pour des raisons assez floues. Et les deux joueurs ont fait de lourdes révélations lors d’un live Instagram.

La CAN 2023 s’est officiellement clôturée dimanche dernier avec le sacre de la Côte d’Ivoire, pays hôte. Cette année, la compétition continentale a tenu toutes ses promesses avec des surprises, des rebondissements et de nombreuses belles histoires. C’est notamment le cas de la Guinée équatoriale qui a confirmé sa belle progression sportive en terminant première d’une poule avec le Nigeria, la Côte d’Ivoire et la Guinée-Bissau. Plusieurs joueurs du Nzalang Nacional ont brillé et notamment Emilio Nsué, capitaine et meilleur buteur de la compétition avec 5 réalisations. Sur le papier, cela avait donc de quoi sourire au pays après cette CAN malgré l’élimination en 8es de finale face à la Guinée (1-0). Pourtant, depuis, la sélection est au coeur de plusieurs scandales qui risquent de faire parler.

La suite après cette publicité

Les deux joueurs exclus pour des raisons étranges

Tout a commencé avec un communiqué de la fédération équato-guinéenne qui annonçait, à la surprise générale, l’exclusion jusqu’à nouvel ordre de… Emilio Nsué et Edu Iban Salvador. Les deux stars de la sélection, dont le capitaine et meilleur buteur de la CAN, ont été bannis juste après la CAN. «Nsué est sanctionné pour avoir été coupable de plusieurs actes d’indiscipline graves avant et après la CAN. Il est suspendu jusqu’à nouvel ordre. Edu Salvador, qui le 29 janvier, a été impliqué dans un incident désagréable dans la ville d’Abidjan qui a conduit à l’intervention de la police du pays et qui a provoqué un retard notable du retour de la Guinée équatoriale au pays. Il a également conduit a une dégradation de la réputation et l’image de l’équipe nationale et du pays», pouvait-on lire dans ce communiqué cinglant de la FEGUIFUT qui expliquait également la refonte totale du staff technique et le limogeage de plusieurs membres du staff. Une première histoire rocambolesque qui n’a pas tardé de faire parler et surtout réagir.

À lire Bordeaux a tenté le coup Zinédine Zidane

Après ce communiqué, les joueurs étaient sortis du silence, dans une lettre ouverte, pour dénoncer l’attitude de la fédération et surtout pour apporter leur soutien à Nsué et Iban Salvador. Dans cette lettre de 8 pages, plusieurs membres de l’équipe contestaient cette suspension et dénonçaient également la disparition de plusieurs primes (environ 760 000 euros) que devaient toucher les joueurs. Pour mettre les choses au clair et surtout se défendre des accusations de leur propre fédération, Emilio Nsué et Edu Iban Salvador, les deux bannis, ont aussi décidé de sortir du silence et organisé un live sur leur compte Instagram pour expliquer clairement les choses et livrer des révélations très choquantes. Et derrière le beau parcours de la Guinée équatoriale dans cette CAN se cache en réalité plusieurs zones d’ombre.

La suite après cette publicité

Des histoires rocambolesques

C’est dans une colère noire qu’Emilio Nsué, capitaine et cadre de la sélection (44 sélections), a débuté son live. «Ces cancers, ces voleurs, ces menteurs et ces corrompus qui gèrent le football en Guinée équatoriale ont dérobé 1 million d’euros après la CAN au Cameroun (en 2022), après que nous avions tout donné sur le terrain. Ils avaient promis d’injecter cette somme pour développer le football local. Nous n’allons pas nous taire parce qu’ils le veulent. L’argent qu’ils nous doivent ? On ne l’a jamais vu», a-t-il d’abord lancé en montrant des documents à la caméra. Il a également révélé que la fédération n’avait pas payé depuis plusieurs années l’hôtel de Malabo où réside l’équipe à chaque rassemblement. Résultat, lors du stage de préparation de cette CAN 2023, le groupe équato-guinéen a été viré de l’hôtel et contraint de se reloger en urgence.

Remontés, les deux joueurs ont également expliqué que le groupe n’avait pas de tenues à disposition avant d’affronter le Nigeria lors de la CAN. Pire encore, le matériel utilisé en sélection nationale est payé par les joueurs et non la fédération. Alerté plusieurs fois, le président de la fédération a expliqué aux joueurs ne pas vouloir s’impliquer dans les problèmes, expliquant « qu’il n’est pas ministre des sports ». De grosses altercations ont aussi éclaté juste avant le 8e de finale face à la Guinée. Après la rencontre, un membre du staff a également choqué le groupe en demandant de mettre de la musique dans le vestiaire après l’élimination. Autre révélation choquante, Emilio Nsué a également expliqué que la fédération avait trafiqué certains vaccins pour permettre aux joueurs de se rendre en Côte d’Ivoire. Pour rappel, le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour se rendre sur le territoire ivoirien.

La suite après cette publicité

Un vol de coffre fort

«Notre sélectionneur, un des meilleurs d’Afrique, est menacé continuellement et victime de chantage. Ils veulent diviser le groupe, un des kinésithérapeutes est un mouchard. Moi, ils m’ont humilié en mondovision. C’est la plus grande humiliation de l’histoire de notre sélection. Ils veulent qu’on en vienne à jouer contre une sélection de joueurs de l’Aragón, voilà le niveau de ces analphabètes et de ces voleurs», ont aussi lancé Nsué et Iban Salvador lors de ce live. Selon eux, le kiné en question «Elias » n’aurait jamais réalisé un seul massage depuis qu’il est en sélection (12 ans). Il aurait pour habitude de toujours donner de l’ibuprofène aux joueurs pour soigner n’importe quelle blessure.

Enfin, les deux joueurs, qui ont également regretté la gestion du football local et le projet fou de la fédération équato-guinéenne de naturaliser des Brésiliens pour renforcer l’équipe, sont revenus sur les récentes « humiliations subies ». Nsué n’a pas apprécié la décision de sa fédération de n’envoyer personne pour l’accompagner lors de la remise de son trophée de meilleur buteur de la CAN 2023 où il n’a pas pu brandir le drapeau de son pays non plus. Concernant Iban Salvador et l’histoire de l’altercation avec la police, la presse locale a également dévoilé les détails. Le milieu de 28 ans avait caché ses objets de valeur dans le coffre-fort de son hôtel. Mais le mot de passe a été changé dans la foulée. En 2021, lors de la CAN au Cameroun, cela avait déjà été le cas et Salvador s’était fait dérober ses objets personnels. Cette fois-ci, il a tout simplement décidé d’embarquer avec lui le coffre-fort pour éviter un nouvel incident. L’hôtel s’en est évidemment rendu compte et la police a dû intervenir à l’aéroport pour empêcher le joueur de s’envoler avec. Si l’avion a été retardé, le coffre-fort a pu être ouvert après 4 heures et la fédération, mêlée à ça selon le joueur, n’a pas apprécié le comportement du joueur. Emilio Nsué et Iban Salvador, qui ont donc vidé leur sac, ont aussi annoncé qu’ils ne reviendront plus en sélection tant que les dirigeants seront encore en place. Cela pourrait être le cas de plusieurs joueurs du groupe qui soutiennent leurs coéquipiers. Une histoire folle qu’il va falloir gérer alors que le Nzalang Nacional jouera ses qualifications au Mondial 2026 dans peu de temps…

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité