OM : Jonathan Clauss a tout cassé

Ce soir, face à Angers, Luis Suarez et Gerson ont marqué. Mais le grand bonhomme de cette rencontre a bien été l'ancien latéral lensois.

Jonathan Clauss célèbre son but avec ses coéquipiers de l'OM
Jonathan Clauss célèbre son but avec ses coéquipiers de l'OM ©Maxppp
La suite après cette publicité

Tenu en échec par le Stade Rennais à l'Orange Vélodrome (1-1), l'Olympique de Marseille avait cédé du terrain au Paris Saint-Germain (20 points contre 22) juste avant la trêve internationale. De retour aux affaires, les Phocéens souhaitaient reprendre leur marche en avant du côté d'Angers, 14e au classement, avec deux petits points d'avance sur la zone rouge. A cette occasion, Igor Tudor, remplacé sur le banc par Hari Vukas, avait décidé de faire tourner son effectif.

L'OM lançait en effet son marathon de matches avant le coup d'envoi du Mondial (11 jusqu'au 13 novembre). Dimitri Payet, Gerson et Luis Suarez étaient donc alignés devant, tandis qu'Alexis Sanchez, Amine Harit, Cengiz Ünder ou encore Bamba Dieng prenaient place sur le banc. Mais ce soir, ce n'est pas un attaquant qui a brillé. Positionné sur le flanc gauche, en l'absence de Nuno Tavares, Jonathan Clauss a été l'homme du match.

«C'est un joueur incroyable»

Auteur de l'ouverture du score d'une magnifique frappe du gauche après une percée en solitaire (35e), l'ancien Lensois a ensuite délivré deux passes décisives. La première pour Luis Suarez après avoir intercepté une passe de Valery (50e). La deuxième pour Gerson (59e). Avec 1 but et donc 4 assists depuis le début de la saison en Ligue 1, Clauss est, en attendant le reste des matches de la 9e journée, sur le podium des meilleurs passeurs du championnat. Et pour la statistique, Opta nous apprend que depuis la saison dernière, Jonathan Clauss est le piston le plus décisif du top 5 européen avec 6 réalisations et 15 offrandes.

«J'ai le coup d'œil pour regarder devant le but, fallait que je prenne de l'initiative dans mon jeu, j'y travaille beaucoup. Il fallait que j'essaie et cela à payer. Au départ, je voulais fixer l'adversaire, mais après... c'est une frappe quoi. Je ne maîtrise pas tout, mais cela à payé», a-t-il déclaré sur Prime Video, avant d'évoquer son repositionnement sur le flanc gauche. Un dépannage plus que réussi. « Défensivement, les repères ne sont pas les mêmes, on a pas les mêmes appuis. Je me suis fait avoir, c'est quelque chose que je retiens, mais il faut faire avec. J'ai eu un petit entretien hier, il voulait m'expliquer ce positionnement. On en a discuté dix minutes, on était d'accord sur tout. Quand il faut dépanner, je le fais et cela m'a souri ce soir». Et ce n'est pas Igor Tudor qui va s'en plaindre. «C'est un joueur incroyable. Je l'ai su dès que je l'ai vu lors du premier entraînement. C'est vraiment un plaisir de l'entraîner». L'intéressé appréciera.

Plus d'infos

Commentaires