Montpellier-PSG : les notes du match

Après un match animé, le champion de France remporte un précieux succès à Montpellier (3-1). Les hommes de Thomas Tuchel repoussent l'OM à quatre points au classement.

Angel Di Maria et le PSG s'imposent à Montpellier
Angel Di Maria et le PSG s'imposent à Montpellier ©Maxppp
La suite après cette publicité

Dans le cadre de la treizième journée de Ligue 1, le MHSC accueillait le Paris Saint-Germain à la Mosson. Une rencontre de tous les dangers pour le champion de France tenu en échec par Bordeaux (2-2) la semaine dernière et qui a vu l'OM revenir à seulement une longueur au classement. Côté héraultais, les hommes de Michel Der Zakarian restaient sur une victoire à Lorient (0-1) et pouvaient s'emparer provisoirement du trône de la Ligue 1 en cas de succès ce soir. Pour cette affiche de 21 heures, Der Zakarian alignait un 4-3-3 avec le trio Mavididi, Yun, Laborde. Thomas Tuchel s'appuyait sur un 5-3-2 avec les titularisations notamment de Pembélé, Kurzawa et Di Maria.

Après un quart d'heure de jeu où les deux équipes se jaugeaient, il fallait attendre la 28e pour entrevoir la première frappe cadrée du match signée Mollet. Après une bonne demi-heure parisienne notamment dans la possession, le PSG ouvrait le score. Sur la gauche, Di Maria distillait un bon centre pour Dagba qui ajustait Omlin d'une frappe croisée (0-1, 33e). Juste avant la pause, le PSG ratait le coche par Rafinha bien servi par Di Maria, mais Omlin s'interposait (40e). Dans la foulée, le MHSC égalisait. Mollet trouvait Laborde sur la droite qui centrait pour Mavididi qui égalisait en deux fois (1-1, 42e).

Moïse Kean délivre le PSG

Sonnés par cette égalisation, les joueurs parisiens frôlaient la correctionnelle avec Laborde qui récupérait le ballon et centrait pour Mavididi qui butait sur Navas (43e). Au retour des vestiaires, le PSG se procurait une grosse occasion. Suite à un centre de Di Maria, la défense héraultaise s'emmêlait les pinceaux, le ballon revenait sur Kean au point de penalty qui ratait la cible (52e). Les hommes de Tuchel poussaient avant l'heure de jeu et Pembélé servait Kean dont la frappe était bien captée par Omlin (58e).

Dans tous les bons coups ce soir, Di Maria profitait d'un centre de Kurzawa mal géré par Mollet pour solliciter Omlin (66e). Fort logiquement, le PSG reprenait les devants. Rafinha récupérait le ballon et transmettait à Kean qui se débarrassait de Congré et catapultait le ballon au fond des filets (1-2, 77e). En fin de match, le champion de France scellait le sort du match. Di Maria alertait Kurzawa dont le centre était repris victorieusement par Mbappé (1-3, 90+1). Grâce à ce neuvième succès de la saison, le Paris Saint-Germain repoussait l'OM à quatre points au classement.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Di Maria (7,5) : El Fideo a évolué comme électron libre en première période. Capable de dézoner pour aider ses partenaires à la construction du jeu, il reste un danger constant sur le côté gauche par sa qualité de centre. Passeur décisif sur l'ouverture du score de Colin Dagba (0-1, 33e). Dans tous les bons coups de son équipe, l'ailier argentin fut un danger constant ce soir. Sa frappe déviée par Omlin suite à un centre mal négocié par Mollet aurait mérité meilleur sort (66e). Impliqué sur le troisième but parisien avec un superbe extérieur du pied pour Kurzawa (1-3, 90+1). L'international argentin a montré pourquoi il était indispensable à son équipe.

Montpellier

  • Omlin (4,5) : peu mis à contribution au cours du premier acte, excepté sur le but des Parisiens où il ne peut pas faire grand chose, le portier suisse de 26 ans s'est ensuite montré décisif lorsqu'il était inquiété par une vicieuse frappe de Di Maria, peu loin de donner l'avantage aux joueurs de la capitale (68e). Il ne pouvait toutefois que constater les dégâts sur le but victorieux de l'attaquant italien du PSG, auteur d'une frappe surpuissante (75e), puis sur le 100e but d'Mbappé (90+1).

  • Sambia (3,5) : très actif dans son couloir, le latéral droit français de 24 ans a rapidement oeuvré dans son couloir, se montrant utile pour ses coéquipiers. Ses quelques centres dangereux auraient pu mener à un but des siens, en vain (5e). Défensivement, ce fut bien plus compliqué pour lui, dépassé par Di Maria sur l'ouverture du score parisienne, ainsi que sur les autres buts. Une rencontre bien difficile pour lui, où il globalement subi la rencontre.

  • Mendes (3,5) : à l'inverse de son partenaire axial, le défenseur central portugais a paru dépassé par les évènements ce soir, souvent pris de vitesse par les offensives parisiennes (58e). Peu d'assurance dans ses interventions défensives, il laissait trop d'espaces aux attaquants adverses.

  • Congre (4,5) : le vétéran de la défense héraultaise a fait preuve de solidité dans les nombreux duels auxquels il a dû faire face ce soir, notamment face à Kean (4e (15e, 31e). Il a toutefois donné quelques frayeurs aux siens sur un ballon mal apprécié, peu loin de profiter à Kean (52e). Mais son match virait au cauchemar à un quart d'heure du terme lorsque Kean décidait à lui seul du sort du match, en inscrivant un but magnifique (75e).

  • Ristic (4) : dépassé par Dagba sur l'ouverture du score du défenseur parisien, le latéral gauche serbe de 25 ans a souvent été mis en difficulté par les nombreuses combinaisons des joueurs du PSG. Offensivement plus intéressant, sans pour autant se montrer décisif dans la dernière passe. Une deuxième période bien plus timide pour lui, même si son tir du pied droit dans le temps additionnel n'était pas loin de réduire l'écart.

  • Savanier (5) : offensivement balle au pied, l'ancien joueur des Crocos s'est montré très intéressant, créant à plusieurs reprises quelques brèches par sa qualité de passe. Son coup-franc parfaitement frappé n'était pas loin de faire mouche et offrir l'égalisation aux siens. En revanche, sa présence défensive laissait à désirer, notamment devant Rafinha qui s'est montré virevoltant balle au pied ce soir. Un match mitigé pour le talentueux milieu du MHSC, capable de bien mieux.

  • Ferri (3,5) : un match compliqué pour l'ancien milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais. Invisible et attentiste par moments dans la bataille au milieu, globalement remportée par les champions de France en titre. Sa timidité lui a fait défaut ce soir. Seul point positif, ses quelques tentatives de passes en profondeur.

  • Mollet (5) : à l'instar de ses partenaires offensifs, le milieu offensif s'est montré disponible et n'a pas manqué de faire les efforts défensifs nécessaires à l'inverse de ses partenaires du milieu de terrain qui ont globalement subi la technicité du milieu parisien, emmené par un Rafinha inspiré. Sa qualité de passe a fait du bien à son équipe. Remplacé à la 74e par Oyongo.

  • Yun (4,5) : d'entrée de jeu, l'attaquant coréen a montré de bonnes choses, se montrant percutant, enrhumant d'une très belle manière par la même occasion le jeune Pembele (5e). Sa finition n'était elle pas du même niveau que ses intentions, tant ses quelques frappes fuyaient à chaque fois le cadre. Remplacé à la 63e par Dolly qui n'a pas fait grand chose, si ce n'est perdre un ballon qui menait au but victorieux du PSG.

  • Laborde (5,5) : l'ancien Bordelais est passé par toutes les émotions ce soir. Il aurait pu rapidement semer la zizanie dans la défense parisienne mais manquait de bien servir ses partenaires et anéantissait la première grosse action de but des Héraultais. Son implication était cependant récompensée peu avant la pause lorsqu'il servait parfaitement Mavididi qui trompait en deux temps le portier costaricain (42e). Un bon match plein de bonnes intentions pour lui malgré la défaite du MHSC.

  • Mavididi (6) : l'attaquant anglais a montré beaucoup d'envie dans ses intentions, sans pour autant être récompensé de ses efforts dans la première demi-heure. Mais alors que le PSG avait pris l'ascendant dans une rencontre mieux entamée par les Montpellierains, le remplaçant d'un soir d'Andy Delort égalisait peu avant la pause pour les siens, bien servi par Laborde (42e). Il aurait même pu récidiver une minute après son égalisation mais se heurtait à un Navas inspiré (44e). Sa deuxième période était un peu plus compliquée malgré quelques tentatives de loin. Remplacé à la 74e par Skuletic qui négociait fort mal une très grosse opportunité d'égaliser (86e). Son entrée en jeu n'était clairement pas une réussite.

PSG

  • Navas (6) : le portier costaricien est vite rentré dans son match en se couchant bien sur une frappe de Mollet (18e). L'ancien Madrilène ne peut rien sur l'égalisation de Mavididi (1-1, 42e). L'intéressé sauve les siens en s'interposant devant Mavididi (43e).

  • Dagba (6) : titularisé à droite dans une défense à cinq, le jeune parisien a vite pris ses aises dans le domaine offensif, causant beaucoup de difficultés à ses adversaires. L'intéressé est logiquement récompensé de son activité par un but sur un centre de Di Maria. Sa belle frappe croisée ne laisse aucune chance à Omlin (0-1, 33e). Averti à la 42e pour avoir contré du bras la première tentative de Mavididi sur l'égalisation (1-1, 42e). Un bon match du latéral parisien ce soir. Remplacé à la 63e par Kehrer qui a souffert face à Skuletic et Laborde notamment.

  • Pembélé (6,5) : pour sa deuxième titularisation en Ligue 1, le titi parisien avait fort à faire avec le trio d'attaque du MHSC. Sa perte de balle face à Laborde en début de match n'a heureusement pas eu de conséquence pour son équipe (20e). Par la suite, le titi parisien s'est distingué par sa solidité dans les duels et sa qualité dans la relance. L'intéressé a effectué une superbe montée ponctuée d'un bon centre pour Kean (58e). Positionné dans le couloir droit en fin de match, le jeune défenseur a démontré toute sa qualité.

  • Diallo (6,5) : l'ancien joueur du Borussia Dortmund a réalisé une première mi-temps intéressante. Ses interventions judicieuses ont soulagé sa défense. Capable de temporiser quand les circonstances l'exigeaient, il a apporté de la sérénité derrière. Très à l'aise dans son rôle de leader de la défense, ses relances furent très propres. Un match sérieux et appliqué du principal protagoniste.

  • Kurzawa (4,5) : positionné à gauche dans une défense à cinq, l'ancien Monégasque a rapidement été averti pour une vilaine faute sur Laborde (13e). Le latéral gauche ne sort pas sur Mollet et est trop attentiste sur le centre de Laborde qui amène l'égalisation de Montpellier (1-1, 42e). Il se fait manger par Laborde sur l'occasion de Mavididi sauvée par Navas (43e). Son centre mal négocié par Mollet aurait pu profiter à Di Maria (66e). Très souvent en retard dans les duels. Passeur décisif sur le troisième but marqué par Mbappé (1-3, 90+1).

  • Bakker (5,5) : titularisé plus haut que Kurzawa dans la défense à cinq parisienne, le latéral néerlandais a essayé d'apporter le danger offensivement dans son couloir. Ses centres ont causé bien des soucis à la défense héraultaise. Il ne fut pas d'une grande aide sur l'égalisation du MHSC (42e). Moins en vue dans le second acte. Remplacé à la 64e par Danilo qui s'est positionné en charnière centrale à son entrée.

  • Herrera (5,5) : l'ancien joueur de Manchester United n'a jamais rechigné aux tâches défensives. Le milieu espagnol s'est évertué à jouer juste laissant l'organisation du jeu à Rafinha. Remplacé par Paredes (63e) qui n'a pas eu son influence habituelle notamment dans l'impact et dans sa faculté à poser le jeu.

  • Gueye (5,5) : l'international sénégalais a eu du pain sur la planche dans l'entrejeu ce soir. L'ancien Lillois a été pas mal bougé par l'impact physique des Montpelliérains. L'intéressé a essayé d'apporter par son volume de jeu mais il a pris beaucoup de coups ce soir. Un match compliqué pour l'ancien joueur d'Everton ce soir. Remplacé à la 79e par Ruiz

  • Rafinha (7) : l'ancien joueur du FC Barcelone a été le dépositaire du jeu parisien dans le premier acte. Son aisance technique, sa vision du jeu, lui permettent de réaliser les bons choix. Le milieu brésilien a orienté le jeu à merveille et a causé des gros soucis à ses adversaires. Pour couronner le tout, il s'impose souvent dans les duels. Passeur décisif sur le deuxième but marqué par Moïse Kean (1-2, 77e). Un match complet de la recrue parisienne ce soir.

  • Kean (6,5) : comme à son habitude, le puissant attaquant italien a essayé de peser sur la défense adverse. Le joueur prêté par Everton ne rechigne jamais au défi physique. Averti pour une faute sur Congré (24e). L'international transalpin se procure sa première occasion du match suite à un loupé de la défense héraultaise, mais il ne cadre pas sa frappe (53e). L'ancien joueur de la Juve n'a pas su profiter d'un excellent service de Pembélé pour ouvrir le score (58e). Il se rattrape bien en profitant d'un service de Rafinha pour se débarrasser de Congré et loger un missile dans la lucarne d'Omlin (1-2, 77e).Remplacé à la 79e par Mbappé qui a profité d'une offrande de Kurzawa pour inscrire son centième but sous le maillot parisien (1-3, 90+1).

  • Di Maria (7,5) : voir ci-dessus.

Plus d'infos

Commentaires