OM - Dijon : les notes du match

L'OM n'a pas tremblé pour battre Dijon 2-0 ce soir au Vélodrome en clôture de la 31e journée de Ligue 1. Les Phocéens reprennent certes la 6e place du championnat mais n'ont pas rassuré dans le jeu.

Les Olympiens célèbrent face aux Dijonnais
Les Olympiens célèbrent face aux Dijonnais ©Maxppp
La suite après cette publicité

Pour terminer ce week-end de Ligue 1 et cette 31e journée, l'Olympique de Marseille accueillait le Dijon FCO ce dimanche soir. Lourdement battus par l'OGC Nice avant la trêve (0-3) et désormais septièmes, les Phocéens devaient s'imposer pour retrouver de la confiance, et surtout revenir à un point du RC Lens, cinquième. Les Dijonnais, derniers du championnat, restaient sur onze défaites toutes compétitions confondues et n'avaient plus le droit à l'erreur avec déjà 18 points de retard sur Lorient, premier non relégable. Privé de plusieurs joueurs (Amavi, Rongier), Jorge Sampaoli repartait sur un 3-5-2 avec Sakai en défense et Luis Henrique en piston gauche face un 5-3-2 très défensif, mais avec le retour d'Allagbé dans la cage.

Les Marseillais réalisaient une entame plutôt correcte. La lourde défaite de Nice avant la trêve semblait oubliée car les intentions étaient bonnes. Après une première situation intéressante (6e), on voyait un Lirola très actif sur son côté droit. Sur une passe de Kamara, l'Espagnol tentait d'alerter Thauvin dans la surface, lequel enlevait malencontreusement une possibilité de frappe à un Payet lancé (9e). L'OM jouait essentiellement dans le camp dijonnais. La tentative de Payet fuyait le cadre (13e) et il manquait toujours cette occasion franche et bien sûr l'ouverture pour confirmer ce premier quart d'heure convaincant. Problème, le jeu olympien a commencé à se déliter et à se montrer beaucoup moins efficace.

Les solutions sont venues des coups de pied arrêtés

Dijon était même proche de marquer sur sa seule occasion de la première période sans un retour salvateur de Balerdi dans les pieds de Konaté (17e). Face à un bloc très bas, venu essentiellement pour ne pas encaisser de but, l'OM se retrouvait bloqué dans sa domination stérile. Pire encore, le DFCO refusait le jeu, se contentant d'envoyer de longs ballons rendus directement à l'adversaire dès la récupération. La rencontre tombait alors dans un petit rythme, et disons-le franchement, on s'ennuyait ferme. Mais la lumière est venue sur coup de pied arrêté juste avant la pause. Après un premier corner direct tenté par Thauvin (41e), Payet trouvait Balerdi à l'angle des six mètres pour donner l'avantage à son équipe (1-0, 45e+1).

En dedans, les joueurs de Sampaoli revenaient avec une once d'esprit d'entreprise supplémentaire sur la pelouse seulement Payet décidait d'être maladroit. Dans une position idéale suite à un bon ballon de Lirola, il ratait immanquablement le cadre (55e). Cinq minutes plus tard, c'est Allagbé qui contrariait le milieu offensif, seul dans la surface légèrement décalé sur la droite (60e). Et puis l'OM rejouait le coup de la panne pendant un long moment, alors qu'il ne s'était pas encore mis à l'abri. Dijon prenait confiance, remontait plusieurs fois dans le camp adverse, sans toutefois être dangereux. C'est encore sur phase arrêtée que les Phocéens trouvaient la solution, Payet déposant son coup-franc sur la tête d'Alvaro, prolongée par Ecuele-Manga (2-0, 79e). Ce soir, seule la victoire est belle et Marseille reprend la 6e place.

Le classement de Ligue 1.

L'homme du match, Balerdi (7) : titulaire dans la défense à trois, l'Argentin a marqué beaucoup de points. Très présent défensivement, notamment en première période avec deux interventions décisives (28e, 42e), le joueur prêté par le Borussia Dortmund a même marqué sur le corner de Payet (45e+1). Du début à la fin, sa prestation est propre et l'OM tient là un très bon défenseur central, quand il joue comme ça.

Olympique de Marseille

  • Mandanda (5,5) : face à la pire attaque de Ligue 1, le gardien français a vécu une soirée très tranquille. Sur la seule tentative cadrée de Dijon, il a parfaitement capté une tête de Lautoa (18e). Pas inquiété ensuite, le portier de 36 ans est resté précis dans la relance lorsqu'il a vu le ballon, c'est-à-dire pas souvent.

  • Lirola (6,5) : toujours présent dans ce rôle de piston droit, le joueur prêté par la Fiorentina a beaucoup apporté ce soir. Auteur d'une tête non cadrée (27e), il a multiplié les montées pour adresser des centres, souvent imprécis, mais l'intention était là. Et défensivement, il a sorti des interventions importantes (17e, 55e).

  • Balerdi (7) : voir ci-dessus

  • Alvaro (5,5) : opéré de la main récemment, l'Espagnol est quand même là dans le XI de départ. Mais sur le terrain, l'ancien élément de Villarreal semblait un ton en dessous, notamment dans ses interventions. Il a d'ailleurs été averti pour une main au niveau de la ligne médiane (32e). Sa perte de balle quelques minutes plus tard aurait aussi pu être fatale. Il a cependant mis les siens à l'abri d'un coup de tête (79e), de quoi faire oublier certaines choses.

  • Sakai (5,5) : positionné à gauche dans la défense à trois, le Japonais a plutôt joué latéral puisque Luis Henrique était très haut. Et il a fait son match même s'il a été plus discret que ses deux coéquipiers en charnière centrale. La preuve avec deux tacles très importants en couverture (35e, 60e).

  • L. Henrique (4) : titularisé par Jorge Sampaoli en piston gauche, le Brésilien s'est rapidement placé un cran au-dessus sur la pelouse, laissant Sakai gérer derrière lui. Mais devant, le joueur de 19 ans n'a pas réussi à faire la différence, la faute notamment à un jeu plus penché vers la droite côté marseillais. Remplacé par Cuisance (68e). Venu se placer derrière les attaquants, il a adressé quelques bons ballons.

  • Thauvin (4,5) : l'ailier français, qui n'a toujours pas prolongé avec l'OM, n'a pas été dans le haut du panier côté olympien. Si on l'a beaucoup vu côté droit, le champion du Monde 2018 a trop souvent fait les mauvais choix, comme lorsqu'il a volé le ballon à Payet (9e). Son coup-franc excentré aurait pu finir au fond (41e) mais globalement, il n'a pas eu un réel impact dans le jeu.

  • Kamara (6) : toujours important dans l'entrejeu, le joueur formé au club a encore fait un gros travail de récupération sur les quelques incursions adverses. Bien aidé par Gueye, il a fait l'essuie-glace pour ensuite se projeter vers l'avant et trouver ses coéquipiers.

  • Gueye (5,5) : un peu plus discret que Kamara devant la défense, l'ancien Havrais a effectué un travail de l'ombre en venant gratter des ballons précieux. Néanmoins, son début de match n'a pas été bon mais il a su hausser son niveau de jeu pour être important au milieu.

  • Payet (6,5) : si l'on regarde son match de près, le Réunionnais a beaucoup vendangé, surtout devant le but (5e, 12e, 54e, 60e). Avec plus de précision, l'OM aurait pu s'imposer plus largement. Mais il ne faut pas oublier que sans lui également, le club phocéen n'aurait pas gagné puisqu'il a délivré les deux passes décisives (45e+1, 79e). C'est d'ailleurs lui qui obtient le coup-franc sur le second but. Il a fini par céder sa place à Khaoui (90e+1).

  • Milik (3) : le Polonais, dont l'avenir est au cœur des débats ces derniers jours, aurait pu faire quelque chose face à la quatrième pire défense du championnat. Malheureusement, le joueur prêté par le Napoli n'a rien fait dans ce match, hormis cette frappe puissante au-dessus en première période (30e). Sinon, il a eu trop de déchets et n'a pas réussi à relever la pente. Remplacé par Benedetto (82e) qui n'a pas vraiment eu le temps de s'illustrer.

Dijon FCO

  • Allagbé (3) : pour sa quatrième titularisation de la saison, le portier béninois était préféré ce soir à Racioppi. En première période, les Marseillais marquent sur leur seule frappe cadrée et le gardien ne peut difficilement faire mieux sur cette action tant il est abandonné par sa défense. En seconde période, il arrête une frappe de Payet (60e) mais il est trahi par son capitaine qui prolonge involontairement la tête d'Alvaro dans ses propres filets. Match compliqué.

  • Boey (3,5) : comme Ngonda, le latéral droit du DFCO n’a pas pu exploiter son couloir comme il l’aurait sans doute voulu. Il avait en face de lui Luis Henrique, positionné très haut dans cette rencontre mais pas forcément décisif, qui l’a tout de même obligé à souvent rester bas sur le terrain.

  • Ecuele-Manga (2,5) : le capitaine dijonnais n’a pas été le leader de la défense attendu. Avec son expérience et son positionnement au milieu de cette défense à 3, il aurait dû guider ses partenaires mais il a semblé lui aussi en retard tout au long de la rencontre. Malgré quelques bonnes interventions, il a été en difficulté dans ses duels aériens. Il est même malheureux sur le deuxième but en prolongeant du genou la trajectoire de la tête d'Alvaro (79e).

  • Coulibaly (2,5) : à l’image de son équipe, le défenseur central a semblé dépassé tout au long de la rencontre. Pas impérial dans ses duels (2 remportés sur 6), sa relance a souvent été problématique lorsqu’il fallait construire quelques rares actions. Ses interventions étaient souvent manquées comme ce tacle complètement raté sur Payet (77e) qui lui a valu un carton jaune.

  • Lautoa (3) : positionné à gauche dans la défense à trois dijonnaise, il est fautif sur l’ouverture du score de Balerdi (45e). Au marquage de l’Argentin, il le laisse filer et lui permet d’inscrire ce but de la tête sur corner. Il a été correct l’ensemble du match mais sa bourde a surement plombé les minces espoirs de ses coéquipiers.

  • Ngonda (3) : placé dans le couloir gauche en tant que piston, le latéral congolais a été en difficulté défensivement en première période. Il écope d’un carton jaune pour un tacle en retard sur Balerdi (38e). Dans les duels aériens également, il a eu du mal alors qu’il a montré quelques belles montées avec le ballon. En seconde période, il a encore été en difficulté face à Lirola, son concurrent dans le couloir.

  • Marié (3,5) : milieu récupérateur dans l’idée, il a été plus à l’aise offensivement que défensivement dans cette rencontre, avec des remontées de balles et des passes vers l’avant utiles dans la construction du jeu. Sa vision du jeu lui a tout de même permis de casser quelques phases de jeu olympiennes ce soir.

  • Benzia (4) : dans une première période offensivement pauvre de la part des joueurs du DFCO, l’Algérien a été le plus intéressant. Sur les quelques ballons qu’il a touché et qu’il a tenté de bonifier, il y a eu des actions intéressantes à l’image de ce contre où il élimine plusieurs joueurs de l’OM (16e). Il doit laisser sa place en seconde période plutôt rapidement, sans avoir réellement eu la possibilité de montrer l’étendue de ses capacités, sans doute encore gêné par sa blessure à la main. Remplacé par Sammaritano à la 64e minute de jeu.

  • Celina (3,5) : le Kosovar aussi a essayé de se montrer. Placé dans l’entrejeu mais souvent positionné côté droit, il est le joueur dijonnais qui touche le plus de ballons (37). Il est à l’initiative de l’une des rares frappes du dernier de Ligue 1 à la pause avec cette superbe louche bien sentie à la 17e minute. Il est plus discret en seconde période, à l’image de son équipe qui n’a pas globalement rien montré offensivement. Remplacé par Zagre (83e).

  • Baldé (3) : très discret dans une première période compliquée pour son équipe, il dispute la quasi totalité de la rencontre sans réellement se montrer dangereux. Aucune frappe au but, très peu d’occasions dans la moitié de surface adverse, impossible de montrer quoi que ce soit avec un tel scénario et une possession de balle de 36% à la fin du match. Remplacé par Pape Cheikh (90e+1).

  • Konaté (3) : avec 29% de possession à la mi-temps et 13 ballons touchés, l’ancien avant-centre d’Amiens peut difficilement se montrer dangereux. Il parvient tout de même à tenter sa chance dans la surface (17e) mais sa frappe n’est pas cadrée et n’a pas inquiété Mandanda. En seconde période, il ne touche que 5 fois le cuir avant de quitter la pelouse. Bref, pas un match référence pour le Sénégalais. Remplacé par Dobre (65e).

Plus d'infos

Commentaires