Napoli : le nouveau coach Francesco Calzona fait déjà de grandes promesses

Par Valentin Feuillette
4 min.
Francesco Calzona à Naples @Maxppp

Francesco Calzona va diriger sa première rencontre à la tête de ce triste Napoli malade, seulement 48 heures après l’officialisation de sa prise de fonctions. Mais face à un FC Barcelone également en crise, les Partenopei ont une chance de faire peau neuve rapidement pour mieux repartir vers l’avant.

Pas un, pas deux, mais trois entraîneurs. Le président napolitain, Aurelio De Laurentiis, a une fois de plus décidé de remercier un tacticien pour essayer de repartir de l’avant. Depuis l’incroyable Scudetto remporté par le Napoli la saison passée et le départ en grande pompe de Luciano Spalletti qui a désormais repris la sélection italienne, rien ne va plus aux pieds du Vésuve. La direction du club a multiplié les entretiens cet été pour finalement jeter son dévolu sur Rudi Garcia, limogé après seulement cinq mois à la tête des Champions d’Italie. Remplacé par Walter Mazzarri, l’ancien entraîneur du Torino et de l’Inter n’a pas fait mieux puisqu’il a été démis de ses fonctions lundi, une aventure qui aura donc duré trois mois. C’est désormais le sélectionneur de la Slovaquie, Francesco Calzona, qui pose ses valises en Campanie pour essayer de donner un second souffle aux troupes de Victor Osimhen. Et cela commence très vite pour l’ancien assistant de Sarri et Spalletti puisque le Napoli accueille le FC Barcelone ce mercredi soir, en 8e de finale aller de la Ligue des Champions.

La suite après cette publicité

«Nous recommençons à partir d’aujourd’hui, nous réinitialisons tout et on s’engage sur une nouvelle voie. J’ai trouvé une équipe qui s’est immédiatement rendue disponible. Quelques mots, maintenant nous avons besoin des faits. Nous avons passé peu de temps et sommes allés directement sur le terrain. Le public de Naples est spécial, mais plutôt que de lui demander de l’aide, nous devrons le rendre fier. La tâche est la nôtre, nous devons le rendre heureux avec des performances et des résultats à partir de maintenant», a d’abord expliqué le tacticien de 55 ans, qui est également passé sur les bancs d’Empoli, de Perugia et de Cagliari en tant que de bras droit. Contre des Blaugrana loin d’être dans une forme olympique, Francesco Calzona veut frapper fort : «Je suis heureux. Quand je suis arrivé, l’adrénaline est montée. Les débuts seront importants avec un adversaire fort, mais tout cela ne me fait pas peur car Naples est une équipe forte. Ils ont besoin de redécouvrir certains concepts mais c’est une équipe solide et cela me rend heureux»

À lire Naples : Khvicha Kvaratskhelia lâche un indice de taille sur son avenir

Guérir les maux rapidement !

Mais attention ne pas confondre vitesse et précipitation. Francesco Calzona, comme Aurelio De Laurentiis qui a mentionné le même sujet dans une déclaration lundi, a conscience qu’il sera difficile de révolutionner l’équipe en si peu de temps avec seulement deux petites séances d’entraînement dans les pattes. Malheureusement le temps presse et les Napolitains doivent trouver des solutions : «Un entraîneur ne peut pas tout changer en 24 heures mais nous n’avons pas le temps, nous devons accélérer ce processus d’apprentissage. J’ai dit aux joueurs que nous n’avions plus d’excuse, nous devons améliorer notre situation dès maintenant. Barcelone est une équipe forte, qui a connu quelques moments difficiles mais reste l’une des plus fortes d’Europe. Nous n’avons pas peur parce que nous sommes le Napoli mais personne ne peut cacher que devant il y aura de grands joueurs et un entraîneur de haut niveau», a-t-il déclaré dans la suite de son point presse mardi, aux côtés du capitaine de l’équipe, Giovanni Di Lorenzo.

La suite après cette publicité

Qui dit changement d’entraîneur, dit renouveau tactique. Mais l’actuel sélectionneur de la Slovaquie ne veut pas tout chambouler. Descendant des préceptes offensives de Sarri et Spalletti, Calzona veut s’appuyer sur les méthodes connues à Naples sans pour autant se fermer des portes : «J’ai travaillé avec trois grands entraîneurs, Sarri, Spalletti et Di Francesco. Ils m’ont transmis des concepts qui m’aideront dans mon avenir. Je ferai de mon mieux mais ils étaient importants. J’aime le 4-3-3 mais je ne me lie pas aux formations, j’essaie d’exploiter les caractéristiques des joueurs. Je tiendrai compte de la façon dont l’équipe a été construite. Si les joueurs font ce que je leur demande pendant une bonne partie du match, je serai content. Ils me feront comprendre qu’ils croient en mes idées. Ce serait déjà un super résultat. Si l’équipe fait cela, elle peut tout faire», a précisé l’entraîneur italien qui a promis monts et merveilles aux tifosi.

Quels objectifs donc ? Le natif de Vibo Valentia a expliqué qu’Aurelio De Laurentiis souhaitait accrocher un ticket qualificatif européen avec de meilleures performances en championnat mais aussi aller le plus loin dans cette Ligue des Champions. Le tout en redonnant ses lettres de noblesse au Napoli : «Si je ne parviens pas à donner une identité à Naples, cela signifierait que j’ai échoué. Je ne peux pas tolérer le fait que mes équipes ne soient pas organisées et n’aient pas une certaine mentalité. Nous avons la circonstance aggravante que nous devons également obtenir des résultats et cela peut nous mettre plus de pression. J’ai dit aux garçons qu’ils ne devaient pas y penser mais rapporter ce que nous faisons à l’entraînement, avoir l’esprit clair, s’amuser parce que c’est ça le football». En tout cas, les premières images de l’entraînement, circulant sur les réseaux sociaux, semblent montrer une atmosphère positive et souriante. Après Rudi Garcia et Walter Mazzarri, Francesco Calzona espère trouver des solutions à cette crise interminable.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité