OL : Rayan Cherki tape du poing sur la table

Décisif en club comme en sélection, Rayan Cherki compte bien avoir son mot à dire cette saison. Le jeune homme de 19 ans a même envoyé un message à son entraîneur.

Rayan Cherki en action avec l'OL
Rayan Cherki en action avec l'OL ©Maxppp
La suite après cette publicité

Rayan Cherki a pris son temps. Pendant plusieurs mois, le jeune homme âgé de 19 ans a fait patienter l'Olympique Lyonnais, qui voulait étendre son contrat qui prenait fin en 2023. Mais le joueur et son entourage voulaient des garanties sportives. Considéré comme un crack dès son plus jeune âge, Cherki a intégré le groupe professionnel en 2019 sans pour autant être un titulaire en puissance. Sur les 63 matches qu'il a joués sous le maillot lyonnais en trois saisons, il n'a été dans le onze de départ qu'à 18 reprises. Loin d'être suffisant pour un talent qui a des fourmis dans les jambes et l'envie d'exploser au plus haut niveau.

Une prolongation qui a tardé

Blessé une partie de la saison dernière, le footballeur né en 2003 a pris le temps de la réflexion alors que Jean-Michel Aulas et ses équipes faisaient tout pour le faire prolonger. Finalement, Rayan Cherki a paraphé un nouveau bail le 18 août dernier. Il est ainsi lié aux Gones jusqu'en 2024, avec la possibilité de rempiler pour une année supplémentaire, soit jusqu'en 2025. Une fierté pour le numéro 18 de l'Olympique Lyonnais. «Je suis très heureux de prolonger mon contrat avec mon club formateur qui est aussi celui de mon cœur et de ma ville», avait-il avoué.

Puis il avait précisé : «on avait pris la décision d’attendre que je revienne pleinement de ma blessure pour avancer concrètement dans les discussions. Mais j’avais cette envie de continuer à grandir avec l’OL et de rendre au club tout ce qu’il m’a déjà apporté à travers cette signature». Rayan Cherki espérait donc joindre l'acte à la parole en ayant du temps de jeu pour s'exprimer et montrer ce qu'il est capable de faire. Mais depuis le début de saison, Peter Bosz ne l'a utilisé qu'en tant que remplaçant. En effet, il n'a pas été titularisé lors des 7 matches auxquels il a pris part.

Plus qu'un joker ?

Entré en jeu 2 minutes contre Ajaccio, puis 5 face à Troyes, il a ensuite joué 26 minutes contre Reims, 23 contre Auxerre avant d'être utilisé 16 minutes face à Lorient, Monaco et Paris. Insuffisant pour l'un des éléments phares du nouveau projet ADN OL. D'autant que Cherki s'est souvent montré décisif lors de ses entrées en jeu. Il en est à trois passes décisives délivrées cette saison, dont deux à destination de Moussa Dembélé. Bien que son jeu doit encore être épuré, l'attaquant gagne en maturité. Mais Peter Bosz s'entête et ne le considère pas pour le moment comme un titulaire.

En sélection Espoirs, c'est un peu la même chose. Rayan Cherki (5 sélections, 4 buts) a débuté sur le banc hier soir face à la Belgique. Son entrée en jeu a tout changé pour les Bleuets. En effet, il a encore délivré deux assists. L'une pour Tanguy Kouassi (51e), l'autre pour Elye Wahi (78e), permettant aux Français de terminer cet amical sur un nul (2-2). Ainsi, en club et en sélection, il a été décisif toutes les 34 minutes de jeu cette saison (5 passes décisives en 171 minutes de jeu). De quoi satisfaire le sélectionneur des Espoirs, Sylvain Ripoll, qui a évoqué le cas Cherki après la rencontre. Ses propos sont relayés par RMC Sport.

Cherki fait passer des messages

« Je ne veux pas juger sa saison à Lyon, mais sur ce qu'il fait avec nous, je suis content. Je l'ai fait venir en Espoirs pour qu'il nous apporte sa créativité, on sait de quoi il est capable. Il me confirme, à travers sa mi-temps, qu'il a la capacité à créer du doute chez l'adversaire. Tout est une question d'équilibre ensuite. Maintenant, il doit faire ce qu'il faut pour gagner du temps de jeu en club». Un objectif pour le Lyonnais qui a profité de la zone mixte face à la presse pour faire passer quelques messages. « Non, je ne pense pas être un joker. Je peux être satisfait mais il faudrait que je puisse réaliser ça sur quatre-vingt-dix minutes. J'espère qu'en club je pourrai le faire.»

Il a précisé par la suite : « j'essaie de faire le maximum pour montrer que je mérite une place de titulaire. Mon heure viendra à un moment, je le sais, je suis patient, même si l'impatience commence à se faire ressentir. (...) Tout le monde sait que mon poste préféré est numéro 10. Mais depuis que je suis professionnel, j'ai joué partout ! À gauche, à droite, en numéro 9... Sans jamais me fixer durablement. En meneur, j'ai mes repères depuis que je suis petit, je sais comment me positionner, comment attaquer et comment défendre.» Peter Bosz et l'OL sont prévenus, Rayan Cherki ne veut plus se contenter de miettes.

Plus d'infos

Commentaires