PSG - Nantes : les notes du match

Par La Rédaction FM
11 min.
Le duo Neymar-Messi a régalé contre Nantes lors du Trophée des Champions @Maxppp

Grâce notamment à un duo Neymar-Messi en grande forme, le PSG s'est offert son 11ème Trophée des Champions en battant largement le FC Nantes (4-0). De quoi valider une bonne préparation pour la première officielle de l'ère Christophe Galtier.

Avant le grand lancement de la Ligue 1 prévu vendredi soir avec le match Olympique Lyonnais-AC Ajaccio, les amateurs de ballon rond pouvaient se régaler ce dimanche avec le Trophée des Champions entre le Paris Saint-Germain, sacré champion de France en 2021/22, et le FC Nantes, vainqueur de la dernière Coupe de France. Un premier trophée cette saison était donc à aller chercher pour les Parisiens, comme les Canaris. Pour ce faire, Christophe Galtier, notamment privé de Mbappé, partait sur un 3-4-1-2 avec un duo Messi-Neymar devant. Antoine Kombouaré alignait lui un 3-4-3 et pouvait surtout compter sur son numéro 10 Blas en pointe.

La suite après cette publicité

Comme attendu, les Parisiens confisquaient assez rapidement le ballon et Hakimi allumait la première mèche (5e) avant un autre tir non cadré de Sarabia (7e). Même Marquinhos se procurait une occasion de la tête (14e) et il fallait encore attendre un peu pour voir une réaction nantaise. Après une tentative de Simon de peu à côté (18e), Donnarumma sauvait le PSG en sortant une frappe enroulée de Blas (19e). Un arrêt décisif puisque le club de la capitale ouvrait le score juste après. Parfaitement servi par Neymar, Messi éliminait Lafont avant de conclure (22e, 1-0).

À lire PSG : Jérôme Rothen met un coup de pression à Kylian Mbappé

Le PSG porté par un sublime duo Neymar-Messi

Derrière, le rythme redescendait légèrement mais les Parisiens restaient au-dessus avec une frappe du Brésilien sur la droite (40e), et une nouvelle occasion pour l'Argentin. Et juste avant la pause, Neymar s'offrait un sublime but. Sur coup-franc direct, le numéro 10 envoyait le ballon dans la lucarne de Lafont, impuissant (45e+5, 2-0). En seconde période, le PSG se procurait moins d'opportunités mais il n'en fallait pas beaucoup pour mettre le cuir au fond des filets.

La suite après cette publicité

La preuve avec cette talonnade de Sergio Ramos qui portait le score à 3-0 (57e). La suite ? Une domination parisienne mais pas de grosses occasions jusqu'à cette faute de Castelletto sur Neymar dans la surface. Résultat ? Rouge pour le Nantais et penalty transformé par le Brésilien pour le doublé (82e, 4-0). Sans forcer, l'équipe de Christophe Galtier s'imposait donc 4-0 et glanait le onzième Trophée des Champions de son histoire.

L'homme du match

Neymar (8) : une réponse digne d'un champion. Annoncé sur le départ, le n°10 parisien a rappelé qu'il était toujours un joueur majeur du PSG. Très actif, dézonant beaucoup, remuant et inspiré balle au pied, l'Auriverde a fait mal aux Canaris. Son ouverture, certes déviée, a été décisive sur l'ouverture du score de Messi (22e). C'est ensuite lui qui a fait le break sur un joli coup franc aussi travaillé que puissant juste avant la pause (45e+5). Pour couronner sa belle soirée, il a provoqué un penalty et l'expulsion de Castelletto, avant de le transformer avec sang-froid pour s'offrir un doublé. En jambes et avec un état d'esprit irréprochable, Neymar a aussi affiché une belle entente avec Messi sur le pré. De bon augure pour la suite de la saison.

La suite après cette publicité

Paris Saint-Germain

  • Donnarumma (6) : intronisé en tant que numéro 1 dans les buts du PSG par Galtier, le portier italien a livré une performance rassurante pour son premier match officiel de la saison. Il a lancé sa soirée par une superbe parade empêchant Blas de fusiller sa lucarne (19e). Mais il n'a plus eu grand-chose à faire par la suite, si ce n'est devant Simon (90e+3). Les démons de l'an dernier semblent en tout cas chassés.

  • Ramos (7) : l'aventure de SR4 à Paris semble (enfin) bel et bien lancée. Globalement propre et appliqué dans tous les secteurs de jeu, l'expérimenté défenseur espagnol n'a pas été mis en difficulté défensivement face aux Canaris, faisant par moment jouer toute sa malice dans les duels. L'ancien capitaine du Real Madrid s'est même payé le luxe de participer à la fête d'une talonnade astucieuse (57e).

  • Marquinhos (6) : le capitaine du PSG a rendu une bonne copie. Bien qu'il ait été pris de vitesse par Blas en première période, ce qui a conduit à une grosse situation dans la défense parisienne, le Brésilien a assuré son rôle. À travers quelques petits retards, on sent qu'il n'est pas encore à 100% mais sa niaque sur le pré est elle toujours intacte. Il est passé proche du premier but avec une tête repoussée par la transversale (14e).

  • Kimpembe (6) : annoncé comme potentiellement sur le départ de son club formateur, l'international français a prouvé qu'il faudra quoiqu'il arrive compter sur lui. En guerrier, comme à son habitude, il a fait parler sa présence dans la surface, réalisant des interventions cruciales (21e, 41e). Là où on ne l'attendait pas forcément, sa remise de la tête pour Marquinhos aurait pu être décisive (14e). Un match solide.

  • Hakimi (5) : soirée compliquée à Tel-Aviv pour le Marocain, copieusement sifflé par le public à chaque touche de balle. Sur le terrain, il a compensé avec toute sa fougue et son envie, pour faire du bien offensivement dans son rôle de piston qu'il affectionne tant. Il a ainsi allumé la première mèche de cette partie (5e) mais eu plus de mal dans le dernier geste. Défensivement, il y a encore du travail. Le premier avertissement par exemple pour les Parisiens est venu de son côté, quand Blas l'a débordé trop facilement (18e). Remplacé par Mukiele (78e), qui a fait ses premiers pas avec le Paris SG.

  • Verratti (7,5) : quoi de mieux qu'une prestation XXL pour lancer sa saison 22-23 ? Petit Hibou a éclaboussé ce Trophée des Champions de toute sa classe et de son talent balle au pied. Il a multiplié les ouvertures lumineuses, comme pour Sarabia en première période (7e) puis sur le but du 3-0 de Ramos (57e). Il a touché beaucoup de ballons (97), tout en en grattant quelques-uns d'un point de vue défensif et ne lâchant jamais rien. Remplacé par Paredes (78e).

  • Vitinha (6) : pour son premier match officiel sous ses nouvelles couleurs rouge et bleu, l'ancien milieu de terrain de Porto a réalisé un match très intéressant. Très actif dans le cœur du jeu, il a, la plupart du temps, cherché à jouer vers l'avant pour apporter de la vitesse, et créer des décalages balle au pied (100% de passes réussies). Sa passe pour Hakimi (5e) aurait pu (dû ?) être décisive. Averti pour un tacle offensif non maîtrisé sur Girotto (16e). Encourageant. Remplacé par Danilo (68e).

  • Mendes (5,5) : grosse activité une nouvelle fois pour le jeune portugais. Ses accélérations et débordements ont embêté les Nantais et Coco en particulier dans cette rencontre en Israël. Il a toutefois eu du mal à se faire voir dans la zone décisive, ne centrant qu'à une reprise et ratant cette seule et unique tentative. Défensivement, il a par contre livré une prestation aboutie (2 dégagements, 1 tir bloqué, 1 interception, 4 tacles). Remplacé par Bernat (68e).

  • Sarabia (6) : remplaçant numérique de Mbappé pour ce Trophée des Champions, l'attaquant espagnol a plutôt donné satisfaction, dans la continuité de sa préparation estivale. Avec un peu plus de précision, il aurait pu ouvrir le score sur une ouverture de Verratti (7e). De quoi illustrer un manque de réalisme qui pourra lui être reproché, même si sa reprise repoussée par Lafont a profité à Ramos pour le 3-0 (57e). Sinon, le joueur prêté au Sporting la saison passée a montré des choses intéressantes offensivement, avec des gros efforts défensifs et un pressing utiles qui témoignent d'une implication sans faille. C'est aussi lui qui met Neymar sur orbite lui permettant de provoquer un penalty en fin de match. Remplacé par Kalimuendo (83e), passé proche d'y aller de son but (90e+1).

  • Messi (7,5) : la Pulga semble revenue à son meilleur niveau. En électron libre, le n°30 du PSG a affiché une jolie complicité avec Neymar, posant beaucoup de problèmes à la défense nantaise. Impliqué dans tous ses efforts, offensifs comme défensifs avec envie et détermination, l'Argentin a réalisé un match plein. Avec un peu de réussite, c'est lui qui a lancé les hostilités en effaçant Lafont pour conclure dans le but vide, comme il sait si bien le faire (22e). Il a en revanche été moins tueur face au gardien français, après avoir pourtant fait le plus dur en récupérant le cuir aux abords de la surface (45e), ou sur un service parfait de Neymar (88e).

  • Neymar (8) : voir ci-dessus.

FC Nantes

  • Lafont (5) : difficile de reprocher grand chose au portier nantais. Auteur de plusieurs arrêts salvateurs et sauvé par sa transversale (14e), le joueur de 23 ans aura permis au FC Nantes de ne pas - trop - sombrer, malgré les quatre buts encaissés.

  • Castelleto (2) : trop tendre sur le plan physique face à Neymar, mais aussi face à Messi, Jean-Charles Castelletto aura été mis en difficulté à de trop nombreuses reprises. Une faute sur Neymar à la 81eme minute de jeu aura même provoqué son exclusion.

  • Girotto (4) : il aura peut-être été l'élément le plus intéressant de la seconde période en phase défensive. Parvenant à couper de nombreuses tentatives de passes dans le dernier tiers de sa moitié de terrain, Andrei Girotto a souvent dû combler les errements de Castelletto sur sa droite.

  • Pallois (4) : le taulier de la défense nantaise. Auteur de plusieurs interventions défensives décisives, Nicolas Pallois se sera également distingué par plusieurs sorties à hauteur de la ligne médiane. Il n'a toutefois pas pu empêcher la déroute de son équipe, baissant aussi un peu le pied après la pause.

  • Coco (2) : à l'image de son coéquipier placé sur le côté gauche, Marcus Coco aura connu beaucoup de difficultés face à la vivacité de Nuno Mendes, le contraignant à la faute à plusieurs reprises. Écopant d'un carton jaune (38e), son apport offensif aura été meilleur que celui d'Appiah, mais certainement pas comme attendu par son entraîneur. Remplacé par Samuel Moutoussamy (65e), dont le volume de jeu et l'engagement n'auront pas profité à l'équipe, écopant même d'un carton jaune pour une faute sur Danilo Pereira (75e).

  • Chirivella (1,5) : un match très compliqué pour le milieu de terrain espagnol. En première période, ses nombreux ballons vers l'avant auront été synonymes de possessions perdues pour les Canaris. Malheureux sur son intervention ratée juste avant l'ouverture du score de Lionel Messi, l'ancien de Liverpool a semblé totalement effacé, dépassé dans l'entrejeu nantais. Remplacé par Mostafa Mohamed (65e), pour sa première apparition officielle avec le FCN.

  • Sissoko (3,5) : son expérience se sera ressentie à travers les nombreuses indications délivrées à ses partenaires. Pas aidé par un Chirivella absent, Sissoko n'aura pas pu contrôler le milieu de terrain. Délaissant régulièrement sa défense pour tenter d'aller chercher haut l'adversaire, l'international tricolore n'aura jamais réellement trouvé ses marques au milieu de terrain. Après une faute dangereuse commise juste avant la mi-temps, il a également été pris dans son dos par Pablo Sarabia sur le second but parisien.

  • Appiah (2,5) : après un premier quart d'heure durant lequel il parvenait à plutôt bien fermer son côté gauche, Denis Appiah a, par la suite, connu plus de difficultés à contenir Achraf Hakimi. Constamment pris par la vitesse du Marocain, il aura finalement été remplacé par Fábio (78e). Une partie délicate pour lui.

  • Blas (6,5) : il aura été l'homme fort du FC Nantes. Dans un rôle de créateur, il s'est également révélé être l'instigateur des meilleures occasions nantaises. Il aurait également pu ouvrir le score sur une superbe frappe enroulée, obligeant Gianluigi Donnarumma a un bel arrêt (18e).

  • Guessand (5,5) : un match intéressant de la part du joueur prêté par l'OGC Nice. Seul en pointe sur les phases de possession du Paris Saint-Germain, il aura été important par ses décrochages dans le cœur du jeu. Dans la surface, il se sera montré dangereux à deux reprises, prenant le meilleur sur Kimpembe (41e), puis sur Marquinhos (50e), sans réussite. Remplacé par Sébastien Corchia (78e).

  • Simon (4) : souvent trop imprécis dans ses choix, l'ailier nigérian aura tenté de percuter à de nombreuses reprises, sans succès. Il a également eu une belle opportunité, finalement non-cadrée sur le côté droit du gardien parisien (17e). La largesse du score et la sortie d'Achraf Hakimi lui auront également permis d'être plus en vue en fin de match (90e+3).

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité