Ligue des Champions : le RC Lens a vécu une déroute historique

Par Maxime Barbaud
2 min.
Elye Wahi avec le RC lens @Maxppp

Balayé par Arsenal lors de la 5e journée de la phase de groupes de Ligue des Champions 6-0 pour ce qui est devenu la plus lourde défaite pour un club français dans cette compétition, le RC Lens a dit adieu à ses chances de qualifications pour les 8es de finale. Pire encore, il va falloir jouer une finale dans deux semaines contre Séville pour assurer son avenir en Europe.

Forcément, la victoire renversante du PSV Eindhoven sur la pelouse du Séville FC (3-2) condamnait le RC Lens à l’exploit contre Arsenal. Vainqueur au forceps et grâce à une insolente réussite à l’aller (2-1), les Sang et Or n’ont pas fait le poids cette fois. Ils ont été balayés d’un revers de manche par une équipe qui leur est bien supérieure en une mi-temps. Havertz (13e), Jesus (21e), Saka (23e), Martinelli (27e) et Odegaard (45e+1), chaque nouvelle attaque des Gunners aboutissait de manière irrémédiable par un nouveau but.

La suite après cette publicité

À 5-0 à la pause, il était même question du plus grand écart dans un match de Ligue des Champions (8-0, enregistré à 4 reprises dans l’histoire de la C1). Heureusement pour les hommes de Franck Haise, les nombreux changements à la pause ont cassé cette dynamique. Le score s’est arrêté à un humiliant 6-0 après le pénalty transformé par Jorginho (86e) en fin de match. C’est déjà bien assez pour un club français puisque c’est un record. Le PSG (face au Barça lors de la remontada en 2017) et le LOSC contre le Bayern en 2012 avaient perdu 6-1.

À lire PL : Arsenal pulvérise Sheffield United

Le scénario catastrophe contre Séville est une possibilité

C’est aussi la plus lourde défaite subie par Franck Haise depuis qu’il a pris ses fonctions d’entraîneur au RC Lens en 2020. «On n’espérait pas ça, on espérait bien autre chose, assumait le technicien au micro de Canal + après le coup de sifflet. On est fautifs sur notre point fort, à savoir notre défense centrale. J’ai revu les buts, on a beaucoup de choses à se reprocher. Est-ce qu’on avait la capacité et la qualité pour se hisser une deuxième fois au niveau ? Ça n’a pas été le cas. On ne peut pas être à cette hauteur de manière régulière. Il faut l’accepter, il faut le reconnaître.»

La suite après cette publicité

Autre preuve qui montre l’écart entre Arsenal et le RC Lens, jamais une équipe française n’avait encaissé 4 buts en C1 après 30 minutes de jeu. Grand paradoxe, les Lensois sont pourtant sur une série de 5 matchs de Ligue 1 sans aucun but pris. Pas un joueur n’est parvenu à se mettre à son meilleur niveau, comme ça avait été le cas à Bollaert au début de la campagne européenne. Et pour ne rien arranger, Lens jouera son avenir continental à la maison dans deux semaines contre Séville. Un nul suffira à bifurquer vers la C3 mais la dynamique a de quoi inquiéter et le scénario catastrophe existe.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité