Euro 2024 : comment l’équipe de France s’adapte à la méforme de Kylian Mbappé ?

Par Josué Cassé
3 min.
Kylian Mbappé et Didier Deschamps @Maxppp

Présents en conférence de presse avant le choc contre l’Espagne, ce mardi à 21 heures, Adrien Rabiot et Didier Deschamps ont longuement évoqué le cas Kylian Mbappé, en souffrance depuis le début de la compétition. Face aux journalistes, les deux Tricolores ont alors tenté d’apporter quelques éléments explicatifs, tout en assurant que le collectif primait sur les individualités.

Sans briller et orpheline du moindre but dans le jeu depuis le début de la compétition, l’équipe de France pourrait, malgré tout, rejoindre la grande finale de l’Euro 2024 en cas de victoire contre l’Espagne, mardi à 21h. Avant cela, la traditionnelle conférence de presse d’avant-match se tenait et le sujet Mbappé a encore largement occupé l’espace médiatique. Masqué depuis sa fracture au nez et auteur d’un petit but (sur penalty contre la Pologne) depuis le début de la compétition, le nouveau joueur du Real Madrid n’a clairement pas le rendement escompté. Peu impactant sur le front de l’attaque, fatigué et rarement inspiré, le capitaine des Bleus inquiète et oblige les vice-champions du monde à s’adapter.

La suite après cette publicité

«On a toujours mis en avant le collectif. Si on a des joueurs en dedans, on est malgré tout en demi-finale d’un gros tournoi. Le collectif est plus fort que les individualités. Antoine et Kylian sont un peu moins frais. Mais on est là pour les pousser, on a confiance en eux car on est une équipe. Ils peuvent débloquer une situation à tout moment, ils ont ce petit truc en plus», a tout d’abord lancé Adrien Rabiot, assurant par ailleurs ne pas s’être senti visé par les récentes déclarations du Bondynois sur sa nouvelle manière de jouer sous le maillot tricolore (le numéro 10 des Bleus avait expliqué qu’il jouait moins en profondeur parce qu’il n’avait, notamment, plus de joueurs du profil de Pogba à ses côtés) : «pourquoi je me sentirais visé ? Paul a ces caractéristiques-là, il faut s’adapter. En temps que milieu, on s’adapte aussi aux différents attaquants. Il faut avoir cette qualité d’adaptation. Il n’y a pas de débats sur la qualité du jeu long de Paul dans la profondeur, mais c’est une question d’adaptation».

À lire Jorge Sampaoli répond à la polémique sur Ousmane Dembélé

Mbappé, une gestion millimétrée

Relancé quelques minutes plus tard sur le cas de l’ancien buteur parisien, Didier Deschamps a de son côté assuré qu’il devait gérer l’état physique d’un joueur marqué par différents pépins au cours des derniers mois. «Il a une nouvelle situation, le fait de porter un masque amène à avoir une vision modifiée. Ça a été un gros choc, il a fallu le digérer, avec l’hématome. L’hématome est résorbé, chaque jour qui passe, son nez est plus solide», indiquait à ce titre le technicien de 55 ans avant de revenir sur sa sortie prématurée face au Portugal. «Il sortait de 110 minutes, c’était déjà compliqué pendant la prolongation. Ça ne sert à rien qu’il reste sur le terrain avec de mauvaises sensations».

La suite après cette publicité

Et de conclure : «on a tout fait pour qu’il récupère, je suis persuadé qu’il est à fond depuis le départ. Ce n’est pas lié qu’au dernier match, tout ce qu’il a eu avant, avec la fin de saison, un problème de dos, le traumatisme qu’il a eu (au nez, ndlr). Ça aurait pu s’arrêter pour lui. Il faut digérer, s’habituer aux nouvelles conditions. Il fera tout pour être maximum». Diminué depuis le début de la compétition, Kylian Mbappé s’apprête, quoi qu’il en soit, à défier la Roja pour une place en finale et au regard des propos tenus par son sélectionneur et son coéquipier, tout est aujourd’hui mis en place pour qu’il puisse, à nouveau, briller. À lui désormais de se mettre au niveau.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité