Coupe du Monde 2022, Argentine-Australie : les Socceroos face à un défi historique et un pays à conquérir

Par Matthieu Margueritte
7 min.
Coupe du Monde 2022, Argentine-Australie : les Socceroos face à un défi historique et un pays à conquérir @Maxppp

Ce samedi, à 20h, l'Australie va disputer le deuxième huitième de finale d'un Mondial de son histoire face à l'Argentine de Lionel Messi. Une rencontre historique de prestige pour un pays où le football est loin d'être le sport numéro un.

La suite après cette publicité

Sur le papier, l’Australie de Graham Arnold ne devait pas passer la phase de poules de la Coupe du Monde au Qatar. Tombés dans le groupe D en compagnie du champion du monde titre français et des Danois, les Socceroos n’étaient pas donnés favoris. Loin de là. Le 4-1 inaugural encaissé face aux Tricolores semblait d’ailleurs les condamner un peu. Mais, entre-temps, l’autre favori du groupe, le Danemark, s’est raté dans les grandes largeurs. Tenus en échec par la Tunisie (0-0) et battus par la bande de Kylian Mbappé (1-2), les Scandinaves se sont retrouvés à jouer leur qualification face à des Australiens revigorés par leur succès contre la Tunisie (1-0). Une dynamique qui a finalement fait la différence en faveur des partenaires de Mathew Leckie (1-0). Résultat : pour la deuxième fois de leur histoire en Coupe du Monde, après 2006, les Socceroos disputeront les huitièmes de finale.

En Allemagne, seize ans plus tôt, les jours de l’hémisphère sud étaient tombés avec les honneurs (0-1) face aux futurs champions du monde italiens. Ce samedi, à 20h, heure française, les Australiens ont donc rendez-vous avec l’histoire. Et pour le décor, quoi de mieux que de se mesurer à l’Argentine du roi Lionel Messi ? « J'ai toujours aimé Messi et je pense qu'il est le plus grand à avoir joué au football », a lancé le défenseur Miloš Degenek. « Je suis un fan de Messi. Je pense qu’il est le meilleur joueur de tous les temps que j’ai jamais vu. Il fait des choses que personne d’autre ne fait », a surenchéri le milieu offensif Mathew Leckie. Ça, c’est pour la partie hommage. Mais si le plaisir d’affronter les stars de Lionel Scaloni est là, les Australiens ne veulent pas servir de sparring-partner aux Albicelestes malgré leur statut d’outsider. C’est ce qu’a fait savoir Degenek qui a tenu un discours riche en émotion pour motiver ses troupes.

À lire OL : Nicolás Tagliafico justifie les célébrations de Dibu Martinez

Des Australiens prêts à tout donner face à Messi

« Ce n'est pas un honneur de jouer contre lui (Messi, ndlr) parce que ce n'est qu'un humain, comme nous le sommes tous. C'est un honneur d'être en huitièmes de finale d'une Coupe du Monde. Que nous ayons joué contre l'Argentine ou contre la Pologne, cela aurait toujours été un honneur. A part ça, c'est du 11 contre 11. Il n'y a pas 11 Messi, il y en a un. Nous connaissons leur équipe, elle est pleine de stars. Même Dybala est sur le banc. Vous devez y croire. Nous devons croire en nous. Nous devons croire en tous nos joueurs, que ce soit Kye (Rowles), Harry (Souttar), Aziz (Behich), Nate (Atkinson), Fran (Karacic), Bailey (Wright), Thomas Deng, etc…. Nous devons croire et nous devons avoir confiance en nos capacités à stopper chaque attaque. Que ce soit possible ou non, je ne suis pas sûr, mais je sais que nous allons nous donner à 110% pour arrêter tout ce qui va vers le but de Mathew (Ryan). Pensez à quel point ça peut devenir contagieux. Pas pour nous, mais pour les enfants de cinq ou six ans qui veulent commencer à jouer au football. C'est ce qui me motive. C'est ce que j'aimerais voir. Pourquoi pas nous ? Leicester a remporté la Premier League, la Croatie a atteint la finale de la dernière Coupe du Monde. Il y a toujours cette histoire qui plait au monde entier. Cette histoire où tout le monde dit : « notre pays est éliminé, alors soutenons ces gars parce que ce sont les outsiders ». Je pense que ce sera une belle histoire. Un jour, en y réfléchissant, on pourrait même écrire un livre à ce sujet : on finit par arriver à une finale de Coupe du Monde et à la gagner. Ce serait la plus belle histoire du monde ».

La suite après cette publicité

Une volonté de croire en l’exploit et une confiance en son équipe que le défenseur Harry Soutra partage. « Nous avons juste besoin de profiter du moment, de profiter de l'occasion. Personne ne s'attend à ce que nous gagnions. Alors choquons le monde ! » Idem pour Leckie. « C’est un match de 90 minutes, peut-être 120, et c'est un match à élimination directe. Comme personne ne s'attendait à ce que nous soyons ici, nous allons tout donner. Il n'y a pas de réelle pression pour nous. Nous avons rencontré de grands joueurs et je pense que tant que nous sommes un groupe collectif, comme nous l'avons été jusqu'à présent, nous pouvons maîtriser leurs forces, les empêcher d'être dangereux et c'est ce que nous essaierons de faire ». De son côté, le sélectionneur Graham a été pus offensif, donnant même les clés de la réussite pour son équipe. « Sautez-leur à la g… Ne leur donnez pas le temps de respirer. C’est ce que nous avons fait contre le Danemark. Si vous les empêchez d'avoir le ballon, alors il n'y a pas de passes, pas de pénétration. Empêcher leurs principaux joueurs d'avoir le ballon va être crucial. Si vous vous concentrez trop sur Messi, vous oubliez les autres joueurs. La Pologne s'est trop concentrée sur Messi. Il ne s'agit pas seulement d'arrêter Messi. Il y a aussi de très bons joueurs dans cette équipe. Comme je l'ai dit aux garçons, vous n'avez pas souvent ces opportunités dans la vie, alors qu'allez-vous faire quand elles se présentent ? Allez-vous simplement vous laisser faire ou allez-vous faire quelque chose de plus ? Quand vous êtes à la maison, vous avez le temps de vous reposer et de penser à des choses et de vous en souvenir. Mais c'est maintenant. C'est réel. »

Un public à conquérir au pays

Gagner pour s’offrir un succès de prestige, accéder pour la première fois de son histoire en quart de finale, mais pas seulement. En Australie le football est très loin d’être le sport roi. Traditionnellement, les 25 millions d’habitants préfèrent l’AFL (le football australien), le rugby et le cricket. Le match des Socceroos face à la Tunisie a, par exemple, été suivi par 1,7 million de téléspectateurs, soit 6,8% de la population locale. À titre de comparaison, les Bleus ont réuni près de 18% de la population française lors de ses matches face à l’Australie et le Danemark. Vous l’aurez compris, l’un des objectifs de la sélection nationale c’est donc aussi d’arriver à séduire de plus en plus d’Australiens et de faire une place un peu plus grande au football traditionnel. Et si pour nous, l’audience évoquée ci-dessus est peu spectaculaire, Graham Arnold n’a pas la même vision.

La suite après cette publicité

« Voir à nouveau certaines des réactions au Federation Square de Melbourne au Sackville Hotel, voir le public australien… Je sais que je n'arrête pas de le dire, mais j’ai toujours dit qu'il n'y a qu'une chose qui unit une nation dans le sport, c'est le football en Australie et les Socceroos. Il y a eu la Coupe du Monde de rugby à XV, est-ce que Federation Square était comme ça ? Les pubs étaient-ils comme ça ? (…) Si vous n'êtes pas australien et que vous ne le savez pas, le football en Australie est probablement le quatrième ou le cinquième sport le plus populaire après l'AFL, le rugby à XIII, le rugby à XV, le cricket, et puis il y a le football... ils appellent ça le soccer. Arriver à laisser un héritage est énorme. » C’est dire le défi immense qui attend les Australiens ce samedi…

A l'occasion de la Coupe du Monde, Parions Sport en Ligne vous propose votre premier pari doublé jusqu’à 100€ et 10€ de freebets offerts sans dépôt avec le code FMCDM.
Créez votre compte dès aujourd’hui pour profiter de cette offre exclusive.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité