Les violentes déclarations d'Andrea Raggi sur l'AS Monaco

Non-conservé l'été dernier après sept années passées sous le maillot de l'AS Monaco, Andrea Raggi a la rancune tenace. Amer, le défenseur italien de 35 ans règle aujourd'hui ses comptes avec le club de la Principauté.

Andrea Raggi et et Danijel Subašić saluent le public après Monaco-Montpellier en 2018
Andrea Raggi et et Danijel Subašić saluent le public après Monaco-Montpellier en 2018 ©Maxppp

Arrivé en Principauté à l'été 2012, pour aider l'AS Monaco à retrouver la Ligue 1, le défenseur italien Andrea Raggi (35 ans), s'est fondu dans le paysage monégasque pendant sept saisons. Défenseur central (157 matches à ce poste), mais également latéral droit (136 matches) et latéral gauche à ses heures perdues (45 matches), le natif de La Spezia a tout connu avec l'ASM. La deuxième division, la montée, le titre en 2017 et les demi-finales de la Ligue des champions la même année. Auteur de 230 matches avec Monaco (10 buts, 6 passes décisives), l'Italien aura connu une fin en queue de poisson sur le Rocher.

La suite après cette publicité

En fin de contrat en juillet 2019, après une saison noire sous les ordres de Thierry Henry puis de Leonardo Jardim, conclue à la 17e place, Andrea Raggi s'est vu expédier comme on avale un cachet d'aspirine. Le club asémiste avait trop à cœur de construire l'avenir sur de nouvelles bases. L'ancien joueur d'Empoli est retourné en Italie sans un pot de départ, mais avec un communiqué dans ses bagages. «L’AS Monaco annonce sa décision de ne pas prolonger le contrat d’Andrea Raggi qui arrive à son terme. Le club remercie le défenseur italien pour toutes ces années passées sous le maillot monégasque». Clap de fin.

Aujourd'hui, dans les colonnes de Nice-Matin, le "pirate" ne cache pas son amertume à l'évocation de la fin de son aventure à Monaco. «Oui (le club a changé) et quand tu n’as aucune logique sportive, tu le paies cash. Ça me fait mal de voir le club comme ça, je ne me retrouve plus dans ce qu’il dégage. Danijel Subasic vient de partir, c’est un monument de l’AS Monaco. Et il a eu droit à quoi ? Un « merci » sur Instagram. Beckham, il fait 6 mois au PSG, il part avec les haies d’honneur. Subasic, Dirar, même moi, on a eu droit à quoi ? Pas même quelque chose au stade. Rien. On nous a jetés à la poubelle. Ça fait mal au cœur», a-t-il lancé, visiblement touché, avant de poursuivre.

«Après oui, j’aurais aimé une autre fin. Vadim m’avait promis que ça ne se terminerait pas comme ça .... Je ne suis pas Thiago Silva ou van Dijk (rires) mais on m’a souvent dit, Vadim et Jardim, que je ne devais pas m’inquiéter. Et aujourd’hui je suis rentré en Italie, l’histoire s’est finie par un communiqué sur le site internet. C’est dur d’oublier quand on t’a tué comme ça, de tourner la page du jour au lendemain. Je le prends personnellement mais comment le prendre autrement ? Je l’aime ce club». À 35 ans, Andrea Raggi aurait rêvé d'autres adieux. Il se consolera en repensant à la saison 2016-2017. «Avec l’équipe que l’on avait en 2017, tu mets le magasinier sur le banc, on aurait été champion de France car sur le terrain... on était vraiment énorme (...) mais à partir du moment où on est champion, Jardim ne semblait plus rien maîtriser».

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires