Rien ne va plus à l'OGC Nice

Battu sèchement par Dijon à domicile, l'OGC Nice s'enfonce dans une crise globale. Du recrutement estival pas si fringant aux choix de l'entraîneur en passant par les performances de certains joueurs, beaucoup de choses sont à revoir.

Pierre Lees-Melou s'est blessé
Pierre Lees-Melou s'est blessé ©Maxppp

« La voilà, la crise ». Le quotidien Nice-Matin n'y va pas par quatre chemins pour qualifier la nouvelle contre-performance des Aiglons, sèchement battu 3-1 à domicile face à la lanterne rouge Dijon dimanche. Voilà Nice sur une série de 4 défaites consécutives toutes compétitions confondues (deux contre le Slavia Prague en Ligue Europa, contre Monaco et Dijon en Ligue 1). Nice se traîne à la 11e place, bien loin de ses objectifs de premiers tiers du classement de L1, avec l'idée d'une qualification européenne.

La suite après cette publicité

Mais ce n'est pas la position dans un championnat encore long qui inquiète, mais bien le contenu des rencontres. Le président Jean-Pierre Rivère n'a pas dit autre chose au micro de Canal Plus. « Ce ne sont pas les défaites le problème. Mais la manière dont les prend et comme on joue. Le club est dans les temps du projet Ineos, pas l'équipe. On en est bien conscient. » Un constat implacable qui place forcément l'entraîneur Patrick Vieira en première ligne. Un Vieira agacé en conférence de presse.

« On connait une période compliquée. Soit on est tous concerné, soit on se disperse et ça, je ne l'accepterai pas. Je surveillerai tout ce qui sera fait et dit ces prochains jours, il faut rester soudé. Je fais ma 3e saison au club, et on a eu d'autres moments difficiles », a-t-il notamment déclaré, avant d'être interrogé sur le soutien de son vestiaire. « Vous en doutez ? Si vous me posez la question, c'est que vous en doutez. Votre boulot, c'est aussi de vous renseigner, allez voir les joueurs, posez leur la question. Vous avez des entrées au club ? Vous avez beaucoup d'interlocuteurs au club ? Après, si vous avez une certitude, ou si quelqu'un vous dit qu'il doute de l'entraîneur, alors oui, vous pourrez venir me poser la question. » Habituellement plus policé, Vieira commence à sentir le vent tourné.

Un mercato pas si réussi ?

Ses choix posent bien sûr question, même s'ils sont limités ces derniers temps, en raison des nombreuses absences pour des tests positifs à la Covid-19 (dont Dolberg, absent face à Dijon) ou des blessures (principalement Dante). La défense est en grande difficulté, à l'image d'un Nsoki qui enchaîne les mauvaises performances. Danilo, titularisé à la place de Robson Bambu, a commis une grossière erreur technique qui amène le 3e but dijonnais. Il y a bien des éléments forts depuis le début de saison, comme Gouiri, Benitez, ou Kamara, d'autres qui tiennent leur rang comme Lees-Melou ou Reine-Adelaïde mais trop de déceptions, notamment parmi les recrues.

A priori, les joueurs n'ont pas encore lâché l'entraîneur, si l'on en croit les paroles de Pierre Lees-Melou après la rencontre. « On a fait un match catastrophique, on a honte, on sait qu'on déçoit beaucoup de monde. Ce n'est pas le coach qui joue, et ses consignes sont très claires. » Selon L'Équipe cependant, certains membres de l'équipe ne sont pas satisfaits par le contenu des séances d'entraînement dirigés par Patrick Vieira. Ce dernier ne se laissera pas pointer du doigt pour expliquer les carences de son équipe, actuellement diminuée mais surtout peut-être pas assez bien renforcée qualitativement l'été dernier. « Joueurs, staff et dirigeants, tous coupables », écrit Nice-Matin. La remise en question globale apparaît obligatoire à l'OGC Nice.

Plus d'infos

Commentaires