Ligue 1, Ligue 2 : Mediapro veut renégocier les droits TV à la baisse

Le patron de Mediapro Jaume Roures a indiqué qu'il souhaitait renégocier à la baisse le montant des droits TV de la Ligue1-Ligue 2.

Jaume Roures lors du Sports Summit 2020 au Mexique
Jaume Roures lors du Sports Summit 2020 au Mexique ©Maxppp

Ce mercredi, L'Équipe nous apprenait que Mediapro n'avait pas versé les 172 M€ qu'il aurait dû verser au titre de paiement des droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Le quotidien sportif publie quelques heures plus tard un entretien du patron du groupe Jaume Roures au cours duquel ce dernier confirme l'information mais annonce aussi vouloir revoir à la baisse le contrat négocié avec la Ligue de Football Professionnel.

La suite après cette publicité

«Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison. Elle est très affectée par le Covid-19, tout le monde le sait car tout le monde souffre. On ne remet pas en cause le projet en tant que tel. Mais les bars et les restaurants sont fermés, la publicité s'est effondrée... Ce sont des choses que tout le monde connaît», a-t-il avoué avant de poursuivre. «On n'a pas un montant concret. On veut renégocier le prix. On a demandé d'établir un calendrier pour mener à terme cette négociation qui ne va pas être publique... La Ligue a elle-même demandé au gouvernement de compenser ses pertes à cause du Covid... On est dans cette dynamique», a-t-il lancé.

Un long bras de fer s'annonce...

Le ton est donné. Seul hic, la LFP, elle, ne semble pas l'entendre de cette oreille. De quoi promettre une sacrée négociation qui, selon Roures, arrivera bien. S'il ne remet pas en cause son engagement, le diffuseur, qui a lancé cet été la chaîne Téléfoot, espère donc pouvoir obtenir une remise de la part de l'instance dirigeante du football professionnel français. Les discussions s'annoncent donc longues. De quoi, forcément, inquiéter les clubs, très dépendants des revenus liés aux droits TV.

Et la conclusion de l'Ibère, qui a indiqué que le nombre d'abonnés de Téléfoot n'était pour l'heure pas exceptionnel, ne sera pas forcément pour les rassurer. «Dans la situation actuelle, tout le monde est inquiet», a-t-il terminé. Les prochaines semaines s'annoncent particulièrement tendue pour le football professionnel français...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires