Euro 2020 : ce qu'il faut savoir de la Suède

Privée de Zlatan Ibrahimovic à la dernière minute, la Suède n’en reste pas moins une nation dangereuse qui a prouvé par le passé qu’elle pouvait très bien réussir sans son meilleur buteur. Il ne faudra donc pas sous-estimer cette sélection qui pourrait réaliser quelque chose d'intéressant dans un groupe abordable.

Emil Forsberg avec la Suède contre Adrien Rabiot et les Bleus
Emil Forsberg avec la Suède contre Adrien Rabiot et les Bleus ©Maxppp
La suite après cette publicité

Un parcours quasiment parfait

Pour se qualifier pour cet Euro 2020, la Suède de Janne Andersson n’a pas eu besoin de Zlatan. Face à l’Espagne, la Roumanie, la Norvège, Malte et les Îles Féroé, la Suède s’en sort avec 6 victoires, 3 matchs nuls et une seule défaite face à l’Espagne (4-0). Résultat, une belle deuxième place du Groupe F, juste derrière la Roja qui a terminé invaincue, et une qualification directe pour la compétition européenne. Au regard du groupe auquel elle devait faire face, la Suède est probablement à la place qu’elle mérite et son bilan, sans être transcendant ou remarquable, est aussi notable qu’intéressant.

Le onze type

Un fidèle 4-4-2 pour mettre en évidence les qualités offensives

De la phase de qualification pour l’Euro aux matchs de préparation en mars dernier, Janne Andersson a toujours aligné son équipe en 4-4-2. Dans les cages, si Robin Olsen dispose d’un meilleur curriculum vitae, il n’est que le numéro deux de Jordan Pickford à Everton et devrait garder ce rôle cet été avec sa sélection, laissant donc la place à l’ancien Kristoffer Nordfeldt, 34 ans. En défense, Victor Lindelöf, le pendant de Harry Maguire à Manchester United, devrait être l’atout numéro durant la compétition, en étant entouré de joueurs expérimentés à l’image de Mikael Lustig (34 ans et 89 sélections), qui sera dans la balance face à l’ancien amiénois Emil Krafth, aujourd’hui à Newcastle, mais qui a été préféré à ce dernier lors du rassemblement de mars. Helander et Augustinsson devraient compléter la défense.

Dans l’entrejeu, Larsson, le vétéran et joueur le plus capé de la liste (127 sélections), devrait être titulaire soit avec Olsson ou Ekdal, mais sur les dernières rencontres en mars c’est le premier nommé qui a été titularisé. Sur les côtés, Emil Forsberg, le meneur de jeu de Leipzig sera l’un des éléments importants alors que Claesson l’un des joueurs les plus utilisés par Andersson devrait être titularisé à droite. La grande interrogation se situe notamment à la pointe de l’attaque. Si Aleksander Isak, qui régale avec la Real Sociedad, sera indéboulonnable, reste à savoir ce que fera Janne Andersson pour l’entourer. En mars lorsque Zlatan Ibrahimovic était encore disponible, c’est lui qui avait été aligné mais avec son absence, le sélectionneur pourrait préférer Dejan Kulusevski, à moins que l’attaquant de la Juventus ne soit placé dans le couloir droit comme avec la Vieille Dame.

Le bâtisseur Janne Andersson

En poste depuis 2016, Janne Andersson est un pur produit suédois. Après une carrière de joueur de 1979 à 1993 en Suède, il est devenu entraîneur et n’a jamais quitté le pays, naviguant entre Halmstads, le club de sa ville natale, Örgryte ou encore Norrköping. Arrivé après l’Euro 2016 où la Suède n’était pas sortie des poules en terminant dernière de son groupe avec un seul point, il disputera sa deuxième compétition à la tête de son pays natal. En 2018, à la Coupe du Monde, il arrivait réussi à emmener son équipe jusqu’en quart de finale (défaite 2-0 face à l’Angleterre) notamment en sortant premier de son groupe contre de belles nations : l’Allemagne, le Mexique et la Corée du Sud. Un beau parcours qui pourrait donner le ton pour cet Euro.

Le joueur à suivre : Alexander Isak

Même malgré l’absence de Zlatan Ibrahimovic, on aurait pu évoquer Dejan Kuluseveski, Victor Lindelof, Emil Forsberg, mais au vu de ses récentes performances avec la Real Sociedad, Aleksander Isak semble être le joueur clé de cette sélection. Avec 16 réalisations et deux passes décisives en 34 matchs de Liga cette saison, l’attaquant de 21 ans est désormais installé dans le pays basque espagnol. Il incarne bien le renouveau de cette sélection qui a souvent dû compter sur Zlatan comme seul atout offensif. Isak débarquera cet été et aura l’occasion de prouver au monde entier qu’il peut être le nouvel étendard de l’attaque suédois. Après avoir découvert la sélection en 2017, il totalise désormais 20 sélections pour 5 buts, dont 3 inscrits lors de la phase de qualification en 2019. Grand par la taille (1m92), le parallèle avec Zlatan pourrait continuer de grandir dans les prochaines années s'il parvient à s'imposer en sélection. Pour ça il faudra réaliser un bon Euro et le match entre la Suède et l'Espagne sera un événement particulier pour lui, alors qu'il retrouvera plusieurs un de ses coéquipiers de la Real Sociedad dans le camp adverse (Mikel Oyarzabal) et de nombreux défenseurs jouant en Liga qu'il a traumatisé cette saison.

La liste des 26 Suédois :

Gardiens : Johnsson (Copenhague), Nordfeldt (Gençlerbirliği SK), Olsen (Everton, Rome)

Défenseurs : Krafth (Newcastle), Lindelöf (Manchester United), Danielson (DL Pro), Martin Olsson (Helsingborgs IF), Augustinsson (Werder Brême), Jansson (Brentford), Helander (Glasgow Rangers), Lustig (AIK Solna), Granqvist (Helsingborgs IF)

Milieux : Forsberg (RB Leipzig), Sema (Watford), Claesson (Krasnodar), Kulusevski (Juventus), Sebastian Larsson (AIK Fotboll), Ekdal (Sampdoria), Olsson (Krasnodar), Cajuste (FC Midtjylland), Svanberg (Bologne), Svensson (Seattle)

Attaquants : Isak (Real Sociedad), Quaison (Mayence), Jordan Larsson (Spartak Moscou)

Plus d'infos

Commentaires