Dayot Upamecano raconte ses premiers pas plus que réussis avec le Bayern Munich

Le défenseur tricolore a plutôt bien lancé son aventure avec le Bayern Munich. Dans un entretien, il est revenu sur ses débuts en Bavière.

Dayot Upamecano présenté par le Bayern
Dayot Upamecano présenté par le Bayern ©Maxppp

Ce fut l'un des transferts blockbuster de l'été. Dans une Bundesliga où le Bayern a l'habitude de se renforcer en allant piocher chez ses concurrents - qui ne disent pas non aux gros chèques bavarois - Dayot Upamecano s'en est allé direction le champion d'Allemagne contre un chèque d'environ 42 millions d'euros. Après cinq belles saisons à Leipzig, où il est progressivement devenu une référence à son poste en Allemagne, c'est tout naturellement qu'il s'en est allé pour la meilleure écurie du pays, qui avait en plus besoin de changement derrière, avec le départ de Jérôme Boateng notamment.

La suite après cette publicité

Et pour l'instant, ça va très bien pour notre Français, qui a disputé six rencontres toutes compétitions confondues avec son nouveau club, dont ce succès retentissant 3-0 sur la pelouse du FC Barcelone. Dans la charnière centrale, où il est accompagné par Niklas Süle la plupart du temps, il montre être solide, intelligent dans le jeu et très fiable avec le ballon. Tout ce qu'on demande à un défenseur du Bayern en somme. L'adaptation a été bonne donc, et comme l'a fait savoir le principal concerné au quotidien l'Équipe, Julian Nagelsmann n'y est pas étranger : « je trouve que ça se passe très bien. Dans le groupe, déjà, j'ai eu un super bon accueil. Après, il faut faire ses preuves sur le terrain. J'ai peut-être l'avantage de connaître le coach, je sais ce qu'il attend de moi. Ça facilite des choses ».

Nagelsmann aide beaucoup

« Il a son style de jeu, comme on l'a vu à Leipzig. Il veut qu'on joue vite vers l'avant, avec beaucoup de possession. Même en tant que défenseur, je dois être impliqué dans le jeu. On doit être actifs, toujours vouloir le ballon. Bien défendre aussi, évidemment, et essayer de ne pas prendre de but. Ça marche bien jusqu'ici », a confié le défenseur tricolore, qui a donc rapidement été mis dans le bain grâce à son coach, avant d'ajouter : « il m'aide dans beaucoup de domaines. Il aime la vidéo et, à Leipzig, on en faisait beaucoup ensemble. Il me disait ce qui était très bien chez moi, ce que je devais mieux faire, et moi j'aime quand un coach me dit aussi mes défauts ». Un entraîneur dont il connaît les méthodes depuis quelque temps déjà, mais aussi un groupe où il a retrouvé bon nombre de compatriotes...

Au total, ils sont 8 Français dans cet effectif bavarois, à savoir Upamecano, ainsi que Kouassi, Pavard, Hernandez, Sarr, Tolisso, Cuisance et Coman. De quoi faciliter l'intégration dans le groupe, mais pas question de ne traîner qu'entre Français. « Quand on peut aller manger ensemble, on le fait. Avec Lucas (Hernandez), Bouna (Sarr), Tanguy (Kouassi)... tous les Français, on sort souvent ensemble oui. Après on est un groupe, on sort avec des Espagnols, des Anglais... Le Bayern, c'est la mixité. Je parle avec les Allemands aussi, il faut que le groupe se mélange, c'est important pour l'atmosphère. Mais qu'il y ait autant de Français est un avantage, c'est sûr, surtout que j'en connaissais déjà certains en sélection », a-t-il expliqué, tenant donc à signaler que les Français ne restent pas dans leur coin. Quoi qu'il en soit, la saison a bien commencé pour Upamecano et ses sept compatriotes, et nul doute qu'ils auront de sacrées chances de soulever au moins un titre d'ici le mois de mai...

Plus d'infos

Commentaires