Pour ce second rendez-vous, Corinne Diacre bousculait son attaque. Ecartée pour des raisons disciplinaires, Valérie Gauvin retrouvait sa place de titulaire et décalait de ce fait Kadidiatou Diani sur le côté droit. Un choix qui envoyait Delphine Cascarino sur le banc. Du côté de la Norvège, Karina Saevik prenait la place de Lisa-Marie Utland, pourtant buteuse face au Nigéria un peu plus tôt. Très tôt dans la rencontre, le premier ballon joué par les Bleus était proche d’inquiéter la défense norvégienne. Gaëtane Thiney tirait un coup franc tendu vers la surface, mais Eugénie Le Sommer ne parvenait pas à tacler le ballon au second poteau (1e). Les visiteuses répondaient, mais Isabell Herlovsen ne parvenait pas à profiter de la sortie hasardeuse de Sarah Bouhaddi (8e). Karina Sævik, non plus, n’arrivait pas à conclure le bon centre de Guro Reiten (10e). Forcément plus audacieuses que les Sud-Coréennes vendredi, les filles d’Even Pellerud posaient quelques problèmes à la défense française, plus sollicitée qu’à l’habitude.

La Norvège était d’ailleurs toute proche de refroidir l’Allianz Riviera. Sur un corner, Ingrid Engen plaçait une tête au premier poteau. Bien placée, Amel Majri sauvait son équipe en repoussant la balle sur sa ligne (15e). Une action déterminante, puisqu’après quelques minutes de flottement, la France repartait enfin de l’avant. Ni la frappe de Kadidiatou Diani (20e), ni la tentative de madjer de Valérie Gauvin (23e), ni l’excellent centre de Marion Torrent (25e) ne venaient toutefois tromper une défense norvégienne définitivement bien en place. Si Kadidiatou Diani enchaînait les débordements, la Parisienne se heurtait inlassablement à l’axe scandinave, difficilement friable. La gardienne des Bleues également était également vigilante sur sa ligne et captait sereinement la frappe de Ingrid Wold (41e). Volontaires mais maladroites dans la dernière passe, les Bleues rentraient au vestiaire sur ce score nul et vierge. Logique, vu la physionomie de la première période.

L’improbable CSC de Wendie Renard

Finalement, les joueuses de Corinne Diacre n’allait avoir besoin que de quelques secondes pour trouver la faille au retour de la pause. Alors que le jeu avait penché sur la droite jusque-là, Amel Majri débordait et déposait le ballon au meilleur endroit. Valérie Gauvin n’avait alors plus qu’à catapulter le ballon au fond des filets d’Ingrid Hjelmseth (1-0, 46e). Mais alors que la rencontre semblait enfin se débloquer pour les Tricolores, une action anodine venait relancer totalement le match. Sur un centre manqué d’Isabell Herlovsen, Wendie Renard se manquait totalement et poussait la balle dans sa propre cage (1-1, 54e). Refroidies, les Bleues accusaient le coup, tout comme les tribunes niçoises. Il fallait finalement un coup du sort pour réveiller une équipe assommée. Montée aux avant-postes, Marion Torrent poussait Ingrid Engen à la faute. La Norvégienne était sanctionnée d’un penalty après intervention du VAR. Eugénie Le Sommer ne se faisait pas prier et transformait l’essai (2-1, 72e).

La tension montait alors d’un cran. Si la Norvège tentait de réagir, la France gérait relativement bien son avantage, à l’image de l’excellente Griedge Mbock. Les Françaises évoluaient avec un bloc bas et jouaient en contre, bien aidées par l’entrée de la virevoltante Delphine Cascarino. Au terme d’une ultime action chaude, Sarah Bouhaddi s’interposait dans les airs et soulageait tout un groupe. Avec ce succès deux buts à un, la France assure déjà presque définitivement sa qualification en huitièmes de finale de la coupe du Monde. Les Bleues n’auront besoin que d’un petit point face au Nigéria pour terminer à la première place de leur poule et s’éviter un gros morceau au prochain tour.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10