Ce soir, c’est le match clé pour l’Italie et la Suède. En effet, les deux formations s’affrontent, dans la Botte, à Milan dans le Stade de San Siro pour le match retour des barrages pour la qualification à la Coupe du Monde 2018 qui se déroulera sur le territoire russe entre juin et juillet prochain. Défaits à l’aller par un but à zéro, Giampiero Ventura et ses hommes devront absolument l’emporter (1-0 pour des prolongations ou par deux buts d’écart se qualifier directement) s’ils veulent participer au prochain Mondial.

Car ce serait catastrophique de ne pas voir l’Italie à la prochaine Coupe du Monde (qui devrait probablement être la dernière grande compétition internationale de Gigi Buffon). Les Transalpins en ont manqué seulement deux : la première en 1930 et la seconde, qui se déroulait en Suède en 1958. Pour cette rencontre, Ventura va devoir changer des choses et Janne Andersson, le sélectionneur suédois, s’appuyer sur ce qui a plutôt bien fonctionné à l’aller.

3-5-2 face au 4-4-2

Privé de Marco Verratti suspendu, Giampiero Ventura, l’ancien coach du Torino, devrait reconduire un 3-5-2. Gigi Buffon, gardera peut-être pour la dernière fois les buts de la Nazionale, et devrait être protégé par l’immuable trio Chiellini, Bonucci, Barzagli. C’est au milieu que ça devrait changer. Darmian à gauche et Candreva à droite devraient rester les pistons, Bernardeschi et Jorginho pourraient remplacer De Rossi et Verratti pour une composition plus offensive, Parolo serait lui le gage de sécurité défensif. Enfin devant, Immobile devrait être reconduit et Gabbiadini pourrait prendre la place de Belotti.

De l’autre côté, Andersson ne devrait pas changer grand-chose à sa formation tant son animation a plutôt bien fonctionné lors du match aller. Olsen devrait rester titulaire dans les buts et ses remparts : Lustig, Granqvist, Lindelöf et Augustinsson formeront une ligne de quatre. Devant eux, une autre ligne de quatre joueurs avec Claesson, Johansson, Larsson et le talentueux joueur du RB Leipzig Forsberg. Enfin, les deux devants ne devraient pas changer : Ola Toivonen et Marcus Berg. L’Italie devrait avoir fort à faire !