« Dani Alves a été exceptionnel avec sa mentalité, son énergie, sa capacité à jouer court, vite, à faire des passes décisives. C’est un joueur qui peut nous aider dans cette position, car il a la mentalité et le courage pour le faire ». La saison passée, Thomas Tuchel avait été assez élogieux au sujet de Dani Alves (36 ans) lorsqu’il avait été amené à l’utiliser dans l’entrejeu. Le coach allemand du Paris SG avait visiblement eu du flair puisque, six mois après son arrivée, le latéral droit de formation s’est aujourd’hui installé dans le cœur du jeu du côté de São Paulo.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que le désormais milieu de terrain, capitaine de la Seleção en évoluant toujours à droite comme lors de la victoire finale en Copa América 2019, est très à l’aise dans ses nouvelles fonctions. Son début de saison est là pour le prouver. Après sept journées du championnat de l’état de São Paulo, l’ancien Parisien, parti libre de tout contrat à l’été 2019, est tout simplement le meilleur buteur de son équipe, avec 4 réalisations au compteur. Ce week-end, le n° 10 et capitaine du Tricolor a inscrit un doublé contre Oeste (4-0). Mais son influence ne se limite pas à ses seuls buts.

Une influence incroyable

Il compte le meilleur total de passes réussies de son championnat (563) et réussit tous ses tacles (23 sur 23). Forcément, son entraîneur Fernando Diniz est sous le charme. « Je crois qu’il a trouvé sa place dans l’équipe, je peux l’utiliser dans plusieurs solutions, il a d’ailleurs terminé latéral, mais il est très bien là où il joue. Il a compris ce que j’attendais de lui tactiquement, il est celui qui touche le plus de ballons dans l’équipe et, probablement, de tout le championnat. C’est un joueur très créatif. Plus que son importance sur le terrain, il est notre principal leader », a confié le technicien paulista avant de poursuivre.

« Vous n’imaginez même pas combien ce gars-là nous aide. C’est énorme. Je vous l’ai toujours dit. C’est un superbe coup pour São Paulo d’avoir attiré Dani Alves. Il est le premier à arriver, le dernier à quitter le centre d’entraînement. Il fait attention à son alimentation, à son corps et dit que c’est pour ça qu’il a gagné tout ce qu’il a gagné. Il n’est pas un talent pur, il représente l’effort. Voir tout ce qu’il fait à son âge, ça inspire et contamine les autres joueurs, surtout les jeunes », a-t-il conclu. Qu’on se le dise, Dani Alves, sous contrat jusqu’en décembre 2022, n’est pas mort.