Le football peut s’avérer impitoyable. Sacré champion du monde avec l’équipe de France en Russie, Corentin Tolisso aborde la saison 2018-2019 avec gourmandise et ambition. Mais quelques semaines plus tard, tout s’écroule déjà pour le joueur du Bayern Munich victime d’une rupture des ligaments croisés le 15 septembre dernier. Un coup du sort qui freine son ascension et brise ses rêves les plus fous. Écarté des pelouses pendant huit mois, l’ancien Lyonnais a traversé des moments pénibles et ne s’en cache pas. Dans une interview accordée à l’Equipe, le champion du monde se confie sans filtre. Des révélations touchantes, qui mettent en exergue le parcours d’un sportif de haut niveau affecté par cet épisode douloureux.

Après avoir surmonté multiples écueils, le milieu bavarois entrevoit la lumière le 25 mai dernier à l’occasion de la finale de la coupe d’Allemagne entre le Bayern et Leipzig (3-0). Une renaissance pour le principal protagoniste qui disputera 25 minutes. « Je n’étais pas forcément préparé à entrer. Je m’échauffais depuis seulement cinq minutes et les matches précédents, j’étais absent du groupe ou resté sur le banc. Là, c’était une finale… Juste avant d’entrer sur le terrain, il y a eu toutes ces émotions car j’ai repensé à ces huit mois de galère. C’était vraiment long et j’attendais ce moment avec impatience. J’en avais rêvé à plusieurs reprises. Le vivre à Berlin, en finale de Coupe d’Allemagne, c’était beau, » confie l’international français.

Corentin Tolisso veut retrouver les Bleus au plus vite

Ce dernier ne peut cacher son émotion au moment d’évoquer son retour à la compétition. Un instant qui restera forcément gravé dans le marbre pour le natif de Tarare. « Oui, l’émotion a surtout été forte après. Là, j’ai davantage réalisé tout ce qu’il s’était passé les mois précédents. C’était vraiment très, très dur. J’aime le football, j’ai envie d’y jouer. Je comptais les jours. Après le match, j’ai pu verser des larmes… Je suis allé voir le préparateur physique et le kiné qui s’étaient occupés de moi. J’ai pu dire merci à tout le monde. J’ai eu plein de flashes, » révèle ainsi l’intéressé qui n’a pas hésité à en dire plus sur son parcours du combattant pendant huit mois.

« Ces flashs concernaient surtout des moments vécus avec le kiné et le préparateur physique qui ont été cruciaux dans mon processus de retour. Je me souvenais des premiers jours où je m’appuyais sur mes béquilles et où ils m’aidaient à remarcher. Ils m’aidaient à plier mon genou, mais c’était dur et je n’y arrivais pas. Après, il y a eu la première fois où j’ai couru, fait du vélo, de la balnéo ou retouché le ballon… Il y a eu plein de premières fois et j’ai essayé de toutes les filmer. Il y a eu ces flashs mais d’autres aussi qui concernaient ma famille qui m’a soutenu quand c’était compliqué. » Des confessions qui matérialisent toutes les émotions vécues par Tolisso pendant ces longues semaines. Désormais, l’ancien joueur de l’Olympique Lyonnais se projette volontiers sur la prochaine saison qu’il aborde avec envie. L’occasion de se fixer des objectifs aussi bien avec le Bayern Munich qu’avec l’équipe de France sur laquelle il n’a pas tiré un trait. « Si je joue et que je suis bon, j’espère que je serai appelé en Bleu. Mais bien sûr que j’ai envie de retourner en équipe de France. Les prochaines sélections, je serai collé à mon téléphone au moment de l’annonce (sourire). L’Euro 2020, c’est un objectif. Comme être champion et remporter la Ligue des champions avec le Bayern. » Le décor est planté...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10