Pour tout fan de foot qui se respecte, difficile de rester insensible à cette incroyable équipe de l’Ajax Amsterdam qui balaye tout sur son passage en Ligue des Champions. Entre des individualités hors normes, un jeu de passe court exquis et un capital sympathie énorme, cette équipe néerlandaise, qui s’est offert le scalp du Real Madrid et de la Juventus Turin uniquement par le jeu, a déjà marqué l’histoire, dans une période de foot business peu propice à une telle épopée. Dotée d’un budget relativement modeste (86 M€), la direction de l’Ajax a bâti cette équipe sur son centre de formation, mais aussi sur des coups de poker et des superbes affaires sur le marché des transferts.

Après la rencontre hier, Sky Sport s’est amusé à dresser le coût du onze type de cette formation néerlandaise. Entre les joueurs formés au club, les joueurs récupérés à moindre coût et ceux qui ont coûté une dizaine de millions d’euros, le coût total de cette équipe avoisine seulement les 50 M€. Les mauvaises langues diront qu’il s’agit du prix du milieu argentin du PSG Leandro Paredes. Mais regardons de plus près et de manière individuelle chaque starlette de l’Ajax. Les joueurs formés au club (Mazraoui, De Ligt, Veltman, van de Beek et Schöne) ont eux coûté zéro euro (ndlr : difficile ici d’intégrer le coût de formation). Si l’on rajoute l’euro symbolique dépensé par l’Ajax pour récupérer Frenkie de Jong (à noter que sur les 75 M€ versés par le Barça, 7,5 M€ vont revenir à Willem II qui avait négocié 10 % sur le futur transfert du joueur), plus de 50 % de l’effectif n’a rien coûté à la direction du club néerlandais.

Une équipe à 50 M€ qui en vaut aujourd’hui au moins 6 fois plus !

Acheté 150 000 € au Barça, André Onana, qui en vaut aujourd’hui plus de 30 M€, n’a pas non plus fait un trou énorme dans le budget de l’Ajax. Finalement, ce sont quatre joueurs de l’Ajax qui représentent 99 % de la valeur d’achat de ce onze titulaire. Daley Blind, bien que formé au club, a été racheté l’été dernier par son club formateur contre 16 M€. Quant à la ligne d’attaque, c’est elle qui a représenté le plus gros investissement. Le virevoltant brésilien David Neres, bien que recruté très jeune au Brésil à São Paulo, a coûté 12 M€ à l’Ajax. Pour son compère offensif Dusan Tadic, récupéré alors qu’il était en grande difficulté à Southampton, le club néerlandais a déboursé 11,5 M€. Enfin, pour le troisième larron de l’attaque des Blanc et Rouge, Hakim Ziyech, la formation chère à Johann Cruyff a mis 11 M€ sur la table pour l’arracher à Twente.

Si cette équipe valait 50 M€, elle en vaut aujourd’hui beaucoup plus. Si l’on s’en réfère à Transfermarkt, on peut estimer le onze type du demi-finaliste de la Ligue des Champions 2018-19 à 330 M€ minimum. Sans oublier que le banc de touche vaut aussi une petite fortune avec notamment Kasper Dolberg (acheté 270 000 € à Silkeborg et qui vaut aujourd’hui 22 M€) ou encore Nicolas Tagliafico (acheté 4 M€ à Independiente et qui vaut aujourd’hui 25 M€). Si plusieurs joueurs vont quitter le club hollandais cet été et qu’il est impossible de savoir aujourd’hui si l’Ajax restera compétitif ou non, on ne peut être qu’admiratif devant l’habilité des dirigeants de l’Ajax qui ont su parfaitement associer leur savoir-faire au niveau de la formation avec celui du recrutement. Un sacré pied de nez à tous ceux qui pensent que sans grands moyens, il n’est pas possible d’être compétitif sur la scène européenne, ne serait-ce que sur une seule saison…