Depuis une semaine, l’affaire du fichage ethnique au PSG fait grand bruit. Dès la divulgation de cette affaire, le PSG avait assuré que ce critère était une « initiative personnelle » de Marc Westerloppe, directeur de la cellule recrutement au niveau national hors Île-de-France à l’époque. Or, ce week-end, Le Parisien révélait la présence d’un autre fichier avec la présence de données précises telles que « BC » (pour « blanc »), « BK » (pour « black »), « BR » (pour « beur »), « M » (pour « métis ») et « AS » (pour « asiatique »).

Un document qu’a pu se procurer L’Équipe et qui confirme bien que la cellule de recrutement Île-de-France des jeunes au PSG, dirigée par Pierre Reynaud, utilisait également cette fiche d’activité à part entière. Une information qui contredit les propos du directeur général délégué du PSG, Jean-Claude Blanc, qui avait indiqué dans les colonnes de L’Équipe que cette pratique de fichage avait démarrée à l’arrivée de Marc Westerloppe en 2013 et à simple destination de la cellule de recrutement qui s’occupait de la province. De plus, selon le quotidien sportif, ce document informatique est daté de 2002. De quoi relancer cette affaire à quelques minutes de la visite de la ministre des Sports Roxana Maracineanu au PSG prévue ce soir à 19h.