D’ores et déjà officiellement promu en Ligue 2, le Rodez AF se penche désormais sur ses retrouvailles avec l’antichambre du football français. En possession d’un stade Paul-Lignon non homologué, les Ruthénois doivent se creuser la tête en attendant la rénovation de leur enceinte. Estimés à plus de 12 millions d’euros, les travaux empêcheront le RAF de débuter son exercice 2019-2020 à domicile.

Un temps intéressé par le Stadium de Toulouse, les dirigeants se sont heurtés au prix de location du stade des Violets (100 000€ par match). C’est finalement à Bastia que Rodez devrait retrouver la Ligue 2. « Dans l’intérêt du club, on a été obligés d’anticiper une délocalisation provisoire afin de ne pas connaître la mésaventure vécue par Luzenac. Même si on ne pourra pas profiter de l’euphorie de la montée, jouer ailleurs quelques matchs serait un moindre mal » a expliqué Grégory Ursule, manager général du RAF dans les colonnes du Parisien. Ce déménagement provisoire devrait tout de même coûter cher au promu, qui déboursera 35 000€ par rencontre pour la location du Stade Furiani.