Son retour sur le banc de touche du Real Madrid avait généré énormément d’enthousiasme. Une excitation d’autant plus forte après un début de mercato à plus de 300 M€ dépensés. Après une saison 2018/2019 chaotique, l’homme aux trois Ligues des Champions consécutives avait donc pour mission de redorer le blason merengue. Sauf que, pour le moment, le début de saison du Real Madrid version Zidane 2.0 est tout aussi terne que la fin du dernier exercice.

Mais cette fois, le technicien français n’a plus trop d’excuse. Certes, Florentino Pérez ne l’a pas contenté à 100% durant ce mercato estival (ZZ voulait Pogba et Mbappé), mais l’entraîneur tricolore a tout de même pu façonner son équipe à sa guise. Alors, après une pré-saison terminée sur une défaite face à l’AS Roma (2-2, 5 tab 4), la presse madrilène ne peut pas s’empêcher de tirer la sonnette d’alarme. « Beaucoup de doutes avant l’heure de vérité », titre ainsi Marca. De son côté, AS souligne les nombreuses incertitudes d’une formation n’ayant pas encore trouvé son fil conducteur : « Zidane dans un labyrinthe. Madrid, un océan de doutes ».

Un Real très défensif... qui prend trop de buts

La raison ? Un système très défensif (5 défenseurs) mis en place contre Salzbourg et répété hier à Rome. Pas de quoi blinder l’arrière-garde merengue. Madrid a encaissé deux buts, et a surtout concédé énormément d’occasions de but. Un constat qui a donc conduit à un autre reproche fait à ZZ : des changements tactiques incessants. Ainsi, face à la faiblesse de son équipe, Zidane a dû passer du 5-3-2 à un 4-4-2 plus traditionnel. Des tâtonnements tactiques parfaitement illustrés par le bilan de la pré-saison.

7 matches, 3 victoires (contre Arsenal aux tirs au but, puis face à Salzbourg et Fenerbahçe), 4 défaites (contre le Bayern Munich, l’Atlético de Madrid, Tottenham et l’AS Roma), 14 buts marqués pour 18 encaissés ! Suffisant pour déclencher une pluie de critiques. Mais ce n’est pas tout. AS souligne également le choix de Zidane de ne pas avoir surfer sur les bonnes impressions laissées par les jeunes Rodrygo et surtout Takefusa Kubo. Deux éléments en vue qui n’ont même pas été du voyage à Rome.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10