Le FC Barcelone traverse une période de crise institutionnelle. Entre le recrutement contesté de Martin Braithwaite, la révélation d’une affaire de campagne de discrédit sur la Toile ou encore la prise de position de Lionel Messi face aux propos du secrétaire technique Éric Abidal, le club blaugrana n’en finit plus d’être secoué en interne. Et les révélations de la radio espagnole, la Cadena SER, risquent de mettre encore un peu d’huile sur le feu.

Avant de confier les rênes de l’équipe première à Quique Setién, en remplacement d’Ernesto Valderde, le Barça a pensé à Xavi. Une délégation du club catalan était même partie au Qatar présenter son projet à l’ancien de la maison pour le convaincre de prendre place sur le banc azulgrana. « Oui, j’ai reçu une offre de Barcelone en présence d’Abidal et du directeur sportif Oscar Grau, mais je n’ai pas accepté cette offre. Il est trop tôt pour moi pour entraîner Barcelone », avait expliqué l’intéressé au cours d’une conférence de presse.

Bartomeu a dit non

Une version ensuite démentie publiquement par Abidal, affirmant n’avoir jamais fait d’offre officielle. Ce vendredi, on en apprend un peu plus sur cette négociation. L’ancienne gloire du football espagnol, aujourd’hui à la tête d’Al-Sadd, avait posé 8 conditions pour accepter la proposition. Xavi voulait prendre ses fonctions en juin et pas en cours de saison. Il voulait le contrôle total de la direction sportive. Il avait demandé les recrutements de Carles Puyol et Jordi Cruyff. Il voulait avoir un œil sur La Masia et la politique de formation du club.

Il avait souhaité le retour de Joan Vila, ancien joueur du Barça, vainqueur de la Coupe des Vainqueurs de Coupes en 1979 puis entraîneur au sein de La Masia, qu’il considère comme son mentor. Il désirait également remodeler les services médicaux du Barça et notamment remplacer l’actuel chef du département. Enfin, il avait émis le désir d’intégrer son frère Óscar Hernández à son staff. Lorsque ces 8 conditions ont été transmises à Josep Maria Bartomeu, ce dernier a balayé l’option Xavi d’un revers de main, de par l’urgence de la situation d’une part et de par les nombreux aménagements qu’elle aurait supposés d’autre part. Alors, est-ce finalement le Barça qui a dit non à Xavi ? Réponse au prochain épisode...