30 novembre 2016. Le Sporting Club de Bastia accueille les Girondins de Bordeaux. Une confrontation tout sauf anodine pour un certain Zaydou Youssouf. On joue la 74ème minute quand Jocelyn Gourvennec décide de lancer dans le grand bain le principal protagoniste. Formé aux Girondins, Youssouf âgé de 17 ans, remplace alors Jérémy Toulalan. Itinéraire d’un jeune homme dont la précocité n’a échappé à personne à Bordeaux. Il faut dire que le milieu de terrain a gravi les échelons avec une insouciance et une vitesse indécentes pour son âge. Considéré comme la figure de proue de la formation bordelaise avec Jules Koundé, l’intéressé a longtemps subjugué ses éducateurs mais aussi les recruteurs européens par son aisance sur le rectangle vert.

Ses premiers pas en Ligue 1 à seulement 17 ans ne constituent donc pas une surprise. Rapidement alerté des prestations de Zaydou Youssouf chez les jeunes, Jocelyn Gourvennec alors entraîneur de l’équipe fanion, n’a pas tergiversé une seule seconde avant de l’intégrer aux entraînements des professionnels. Convaincu du potentiel du futur international Espoirs, l’ancien technicien de Guingamp lui offre ses premières minutes dans le championnat de France à Furiani. « Dans les entraînements avec les pros, on voit dès le départ comment le joueur réagit. Et parfois des jeunes mettent du temps à se mettre au niveau, à s’adapter au rythme. Et Zaydou s’est adapté tout de suite à l’exigence du haut niveau. Je l’ai lancé assez tôt, il avait 17 ans, à un moment où l’équipe ne tournait pas forcément très bien. Je ne lui ai pas fait un cadeau en le faisant démarrer à cette période, » nous confie ainsi Gourvennec.

Une histoire contrariée avec Bordeaux

Le début d’un parcours où Youssouf devra surmonter multiples écueils qui retarderont son éclosion au plus haut niveau. Si la pépite girondine enchaîne en obtenant sa première titularisation face au LOSC (53 minutes disputées), cette dernière va disparaître brutalement des radars. « Quand on a récupéré les blessés, il n’a pas joué un long moment. Il est revenu dans le coup par la suite, il s’est toujours bien entraîné. C’est un garçon qui a joué assez tôt mais qui était prêt assez tôt aussi pour le haut niveau, » révèle ainsi celui qui a entraîné les Girondins jusqu’en janvier 2018. Une traversée du désert qui perdure jusqu’au 28 novembre 2017 pour le surdoué bordelais. Le temps d’enchaîner les entraînements avec l’équipe première et de rafler un titre de champion de France U19 (sans apparaître sur la feuille de match en finale contre Le Havre)...

Presqu’un an après sa dernière apparition en Ligue 1, le milieu de terrain retrouve donc les joies du haut niveau face à l’AS Saint-Etienne. Car Bordeaux souhaite protéger son joyau au profil si atypique. « C’est un joueur complet, un garçon qui a du répondant sur le plan athlétique, qui est puissant, il a une bonne vista, une bonne patte gauche, il protège bien son ballon. C’est un garçon intelligent, ce qui lui fait beaucoup d’arguments, » décrypte ainsi Jocelyn Gourvennec. L’acolyte de Jules Koundé disputera six matchs de Ligue 1 lors de la saison 2017-2018 et effectuera des apparitions remarquées en Youth League. Entre temps, Gustavo Poyet succède à Gourvennec à la tête de l’équipe première. Une intronisation qui va clairement mettre en péril l’idylle entre les Girondins et le jeune homme...

Le Valence CF proche de chiper Youssouf, divergences d’opinions avec Poyet

Car Poyet n’en démord pas, Zaydou Youssouf possède toutes les qualités requises pour jouer ailier. Une vision que ne partage pas le jeune homme, intimement persuadé que son avenir reste au cœur du jeu. Une tendance corroborée par les propos de l’actuel consultant de Canal Plus. « Pour moi, Zaydou est un joueur d’axe. Il peut dépanner sur les côtés, parce qu’il a du volume, il a une grosse VMA, il est capable de courir longtemps. Il peut jouer aussi sur les côtés. C’est contraignant sur les côtés car cela oblige à faire de longues courses pour attaquer et redescendre. Mais je pense qu’il est plus à l’aise à l’intérieur du jeu, dans un milieu à deux ou à trois il est intéressant. Il est capable balle au pied sur des récupérations de faire mal, il est encore perfectible évidemment, notamment pour être plus précis dans son jeu long. » Les divergences d’opinions s’accumulent entre Poyet et son jeune joueur.

Le fossé se creuse inéluctablement. L’été 2018, le Valence CF flaire la bonne affaire et effectue une cour assidue à Youssouf et son entourage. L’affaire est proche d’être ficelée mais la direction girondine refuse de laisser partir un élément qui incarne l’avenir du club. Mais cette position ferme ne se traduira pas par une évolution de la situation du natif de Bordeaux. Les arrivées de GACP à l’actionnariat du club puis celle de Paulo Sousa sur le banc ne redistribueront malheureusement pas les cartes pour un joueur estampillé made in Girondins. Lors de la saison 2018-2019, l’ancien compagnon de Thomas Carrique ou encore Aurélien Tchouaméni au centre de formation, effectuera dix-neuf apparitions dont huit en Ligue Europa (tours préliminaires compris). Sa dernière saison dans son club formateur avant de s’envoler vers d’autres cieux.

Saint-Etienne, terre d’accueil pour prodige en péril

Les deux parties décident en effet de se séparer pour le bien de tous. « Je pense qu’il avait les capacités pour s’imposer mais il a été vendu car Bordeaux avant besoin de vendre. La raison était économique et peut-être qu’il n’avait pas le profil pour l’entraîneur. C’est dommage que des joueurs formés ne s’imposent pas dans leur club, » regrette Jocelyn Gourvennec. Une décision qui fera le bonheur de... L’AS Saint-Etienne. Avant d’officialiser son départ des Verts, Jean-Louis Gasset se charge personnellement de lancer les tractations pour attirer Zaydou Youssouf dans les filets stéphanois. L’ancien adjoint de Laurent Blanc au PSG, reste persuadé que l’avenir du joueur passe par l’axe et que ce dernier apportera une réelle valeur ajoutée à l’entrejeu de l’ASSE.

Autre argument qui a convaincu Gasset de jeter son dévolu sur le jeune milieu de terrain : sa marge de progression reste importante. Le profil est validé sans hésitation par les hautes sphères stéphanoises, qui boucleront le dossier malgré le départ de leur entraîneur. Youssouf débarque l’été dernier dans le Forez pour la modique somme de deux millions d’euros. Ancien adjoint de Jean-Louis Gasset sur le banc stéphanois, Ghislain Printant promu entraîneur principal des Verts, ne tarit pas d’éloge sur le potentiel du gamin. Ce dernier grappille du temps de jeu en août pour enfin obtenir sa première titularisation en Ligue 1 face à Angers le 22 septembre dernier (défaite 4-1 de l’ASSE). Parfait complément de M’Vila dans l’entrejeu, l’ancien Bordelais suscite l’unanimité dans le Forez par sa clairvoyance et son aisance technique dans le jeu.

Claude Puel installe Youssouf dans son onze

L’éviction de Printant ne contrariera pas son ascension fulgurante. Contacté par nos soins, Ghislain Printant en plein conflit juridique avec les Verts, n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations. Mais ce dernier nous a concédé volontiers que le jeune homme possédait « un bel avenir devant lui ». Intronisé en octobre dernier sur le banc stéphanois, Claude Puel semble partager l’opinion de son prédécesseur et n’hésite pas à utiliser régulièrement l’une des recrues estivales stéphanoises (sept titularisations en Ligue 1 depuis l’arrivée de Puel). Une éclosion loin de la Gironde qui ne surprend pas Jocelyn Gourvennec.

« Je ne suis pas surpris par son éclosion à Saint-Etienne. Ils sont gagnants dans cette histoire. Ils ne l’ont pas acheté très cher et le revendront beaucoup plus cher, ça c’est sûr. Il est en train de gagner en maturité, et le fait de travailler avec Claude Puel ou des partenaires comme Perrin, Debuchy, Cabaye, M’Vila, ça ne peut que l’aider pour la suite. Il avait peut-être besoin de quitter Bordeaux pour franchir un palier. » Des prestations séduisantes qui ont achevé de convaincre le sélectionneur des Espoirs Sylvain Ripoll. Le sélectionneur national offrira en novembre dernier au milieu stéphanois ses premières sélections chez les Bleuets. Dimanche, l’AS Saint-Etienne accueille le Paris Saint-Germain à Geoffroy-Guichard. Une occasion rêvée pour Zaydou Youssouf de réciter sa meilleure partition...