Coup d’envoi de la 7e levée de Ligue 1. Et pour ce premier match de la journée, l’Olympique de Marseille avait une belle carte à jouer sur la pelouse de Gaston-Gérard. Face au dernier du classement (Dijon n’avait toujours pas gagné un match), le club phocéen avait l’occasion de monter sur le podium (à un point du PSG) en cas de victoire. Pour atteindre cet objectif, André Villas-Boas a surtout dû composer avec une défense centrale décimée. Et après de multiples interrogations, c’est finalement le jeune Lucas Perrin (20 ans) qui a été choisi pour évoluer aux côtés de Duje Caleta-Car. Dans l’entrejeu, le joker Valentin Rongier était, quant à lui, encore remplaçant. En attaque, à noter que le replacement de Bouna Sarr sur le flanc droit a décalé Valère Germain sur le côté gauche.

Sous un déluge ininterrompu, les 22 acteurs ont livré un match plutôt ouvert, où chaque équipe a eu l’occasion de planter ses banderilles. Ce sont d’ailleurs les Dijonnais qui ont tiré les premiers sur un corner, avec une tête de Tavares bien captée par Mandanda (5e). Bien décidé à poursuivre sa série de bons résultats, l’OM a été plutôt performant en profondeur sur les contre-attaques. C’est en tout cas ce que réclamait sans cesse André Villas-Boas sur son banc de touche. Benedetto a ainsi souvent été utilisé comme point d’appui et Germain a multiplié les courses rentrantes depuis son aile gauche. L’ancien Monégasque a d’ailleurs eu plusieurs actions chaudes à se mettre sous la dent, mais à chaque fois, c’était hors cadre (26e, 39e).

Mandanda sauve encore l’OM

Plutôt dominateur, Marseille a pu compter sur un Morgan Sanson omniprésent dans l’entrejeu et rampe de lancement privilégiée du jeu olympien. En face, le dernier de Ligue 1 a bien tenté d’exister, mais hormis une tête de Baldé (19e), rien d’autre à signaler. L’OM a peu à peu confisqué le cuir aux Bourguignons qui ont toutefois réussi à préserver leur cage jusqu’à la mi-temps. Au retour des vestiaires, avec l’arrêt de la pluie, les 22 acteurs ont revenus avec de bien meilleures attentions. Surtout Dijon. Plus agressifs, les Bourguignons ont immédiatement pris les Marseillais à la gorge, notamment grâce à un Chouiar intenable.

L’ancien Lensois a ainsi alerté Mandanda une première fois d’une frappe rasant la lucarne gauche (47e), avant d’obliger le portier olympien à boxer un coup franc (76e). Avant lui, Ecuele-Manga avait trouvé le poteau (52e) et Tavares se montrait trop lent pour profiter d’un excellent service de Mavididi (65e). Après l’heure de jeu, face aux vagues d’attaques incessantes du DFCO, AVB a alors modifié son système tactique avec l’entrée en jeu de Radonjic à la place de Lopez. Résultat ? Rien n’a vraiment changé. Dijon a encore eu plusieurs actions de but avec Soumaré (71e) notamment. Côté marseillais, Radonjic (72e) et Benedetto (88e) ont eu l’occasion de tuer le match, mais en vain. Au classement, Dijon reste 20e, tandis que Marseille grimpe à la quatrième place. En attendant les neuf autres rencontres de la journée.

Revivez le film du match ici

- Homme du match : Mandanda (7) : match plutôt tranquille pour le portier phocéen en première période. Hormis deux parades sur des têtes à bout portant de Tavares (5e) et Baldé (19e), il n’a pas eu grand-chose d’autre à gérer lors de ces 45 premières minutes. La suite a été, en revanche, plus animée. Sauvé par son poteau sur une tête d’Ecuele-Manga (52e), il a dû s’employer face à Tavares sur une remis judicieuse de Mavididi (65e), avant d’enchaîner deux nouveaux arrêts déterminants face à Soumaré (71e) et Chouiar (76e).

Dijon :

- Gomis (7) : le portier de Dijon a réalisé une première période très propre. Il a été l’auteur de quelques interventions importantes alors que l’OM manquait d’efficacité. Cela a été le cas face devant Maxime Lopez (3e) ou devant Benedetto (40e, 45e). Il s’est montré plus impérial face à Radonjic qui arrivait lancé en face-à-face (72e).

- Chafik (5) : le jeu ayant eu lieu sur le côté gauche essentiellement lors des 45 premières minutes, il n’a pas pu être aussi présent que son homologue à gauche. Défensivement, il a eu quelques moments de retard qui n’ont pas eu d’impact grâce au manque d’efficacité de l’OM. 

- Ecuele Manga (6,5) : le défenseur a tenu bon sur les offensives marseillaises à l’image de son bon tacle devant Germain (9e). L’ancien Lorientais est passé devant son coéquipier Aguerd pour placer une tête qui a trouvé le poteau après un coup de pied arrêté (52e). Il contre la frappe de Strootman devant la surface (90e).

- Aguerd (6) : tout comme son coéquipier en défense centrale, il s’est montré notamment avec quelques dégagements importants comme face à Benedetto (15e). En deuxième période, il a pu se permettre de se montrer un peu plus offensivement grâce à la domination dans le jeu des Dijonnais.

- Mendyl (6) : le latéral gauche s’est montré très présent sur les offensives marseillaises. Il a remporté quasiment tous ses duels alors que beaucoup de ballons venaient de son côté à l’image de son tacle réussi devant Sarr (28e). Une efficacité qui en a pris un coup en deuxième période puisqu’il a écopé d’un carton jaune après une faute sur Germain (69e).

- Ndong (6,5) : un des hommes forts côté dijonnais. Le milieu de terrain s’est montré très présent dans le jeu et dans les interceptions que ce soit dans le jeu ou pour défendre. L’ancien Lorientais a remporté quelques ballons importants dans l’entrejeu tout comme ses duels. Auteur d’une frappe qui trouve facilement le gants de Mandanda (90e+3).

- Amalfitano (4) : à l’inverse de con coéquipier au milieu de terrain, il n’a pas été aussi présent en montrant quelques difficultés à se faire servir. Juste avant la mi-temps, il a eu une occasion de marquer, mais sa frappe a fui le cadre (42e). Remplacé par Lautoa (80e) qui aurait pu ouvrir le score si sa frappe n’avait pas trouvé le fessier Benedetto sur son chemin (87e).

- Baldé (5,5) : remuant sur son côté, l’ailier a manque d’efficacité dans le dernier geste. Offensivement, sa tête a directement trouvé les gants de Mandanda (19e). Juste avant la mi-temps, il aurait pu également ouvrir le score lorsque le ballon mal dégagé par Benedetto est arrivé jusqu’à lui, mais ce dernier a trouvé Amavi devant lui qui a contré l’occasion (43e). Remplacé par Mavididi (62e) qui a manqué une grosse occasion suite à une mauvaise décision balle au pied (90e+3).

- Soumaré (5) : le milieu offensif ne s’est pas vraiment montré en première période. Il a perdu pas mal de ballons et n’a pas réussi à procurer des occasions à son équipe. C’est mieux en seconde période, bien que sa première frappe a été captée en deux temps par Mandanda (48e), avant que ce dernier ne sauve les siens sur une nouvelle frappe du milieu offensif (72e).

- Chouiar (5,5) : le côté gauche dijonnais se portait plutôt bien lors du premier acte. Au niveau des occasions, sa frappe n’est pas passée loin de la lucarne de Mandanda (47e), puis du poteau droit (57e) avant que ce dernier ne s’interpose sur son coup franc (76e). Il a écopé d’un carton jaune après une semelle sur Sanson (54e). Remplacé par Matheus (80e) qui a écopé lui aussi d’un carton jaune après une faute sur Perrin.

- Tavares (3,5) : une seule petite frappe de la tête en première mi-temps pour le seul buteur de Dijon cette saison. Cette dernière a été captée par Mandanda (4e). On ne l’a plus trop vu ensuite sauf lorsque Lopez et lui ont terminé au sol après un contact (21e). Il aurait pu ouvrir le score s’il n’avait pas trouvé le portier marseillais juste devant lui (66e). Beaucoup de mauvais choix dans la passe devant le but qui a coûté deux points précieux à son équipe.

Olympique de Marseille :

- Mandanda (7) : voir ci-dessus.

- Sakai (5) : le Japonais a bien combiné avec Sarr en lançant son partenaire en profondeur sur le flanc droit, mais ça a mis du temps. Défensivement, Chouiar est souvent venu l’affronter, mais l’attaquant dijonnais a presque tout le temps privilégié la passe en retrait plutôt que de tenter de le passer en un contre un en première période. Constat diamétralement opposé ensuite. Très sollicité, il a donné de sa personne pour défendre. Remplacé par Lihadji (79e).

- Perrin (5) : soir de première pour le jeune défenseur. Titularisé par Villas-Boas en raison des absences de Kamara et de Gonzalez, il a livré un match correct. Sa soirée aurait toutefois être magique lorsqu’il a manqué une balle de but alors qu’il se retrouvait en position d’attaquant après un corner repoussé (30e). Plus secoué en deuxième période, il a toutefois signé un retour excellent sur Mavididi qui filait seul au but en toute fin de match (90e+3).

- Caleta-Car (5) : pour sa deuxième titularisation de la saison, le Croate n’a pas tremblé en début de match. Ensuite, quand le pressing dijonnais s’est fait plus intense, on a retrouvé une lenteur qui lui a souvent fait défaut.

- Amavi (5) : techniquement, il a réalisé quelques gestes qui ont mis les siens en difficulté. Pour le reste, il n’a pas apporté grand-chose offensivement. A noter quand même qu’il a signé une intervention décisive juste avant la pause alors que Baldé allait ajuster Mandanda (42e).

- Strootman (3) : positionné en sentinelle, le Batave a rendu une copie quelconque. Pas spécialement inquiété, il n’a pas cherché non plus à casser les lignes par sa qualité de passe. Trop lent, il a d’ailleurs souvent privilégié la passe en retrait.

- Lopez (5) : ses coups francs ont certes apporté des cartouches offensives et il a bien eu une action de but dès l’entame de match (3e), mais le milieu marseillais a péché par manque d’impact. Remplacé par Radonjic (67e).

- Sanson (6) : avec l’absence de Payet, il a tenté d’être le leader du jeu phocéen. Le natif de Saint-Doulchard n’a pas le même profil que le Réunionnais, mais il a été le meilleur joueur de champ de son équipe. Et de loin. Très actif, il a été très bon dans la récupération, et dans le pressing. Tranchant dans ses courses, il a souvent été à l’origine des bons mouvements marseillais. Il s’est, en revanche, un peu éteint au retour des vestiaires.

- Sarr (5,5) : en début de match, il s’est montré plutôt discret sur le plan offensif. Poussé par AVB à jouer plus en profondeur, il a ensuite profité des nombreuses munitions délivrées par Sakai et l’entrejeu pour mettre en marche la machine à centres. Sans réussite toutefois, même s’il aurait pu donner à Perrin son premier but en L1 (30e).

- Benedetto (5,5) : souvent cherché comme appui pour lancer les contre-attaques marseillaises, l’Argentin a touché beaucoup de ballons, mais trop souvent en dehors de la surface adverse. Résultat : il n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. En deuxième période, ç’a été plus difficile de le trouver. A noter quand même une tentative du gauche en toute fin de match qui a donné quelques frissons à Gaston-Gérard (88e).

- Germain (5) : repositionné à gauche après avoir été bon sur le flanc droit le match précédent, il a beaucoup combiné avec Benedetto et a repiqué dans l’axe pour déstabiliser l’arrière-garde adverse. Ses partenaires lui ont donné deux beaux ballons de but, mais à chaque fois, ce n’était pas cadré (26e, 39e). Remplacé par Rongier (83e).