L’Olympique Lyonnais y croit toujours. Il y a une semaine au Parc des Princes, Jean-Michel Aulas se présentait face aux médias après la défaite de son équipe face au Paris Saint-Germain et lançait l’opération remontada en Ligue 1 alors que son équipe avait à ce moment-là huit points de retard sur le Stade Rennais (3e, 24e journée).« C’est beaucoup, mais on a fait beaucoup mieux par le passé. On est parti dans le passé avec 12-13 points de retard parfois et quand on joue un match contre ces équipes-là, c’est possible. Maintenant, il n’y a pas de garanties, d’autant plus que ce sont des équipes qui jouent bien aussi, mais qui ont la chance soit de faire des choix soit de ne pas être qualifiées partout. On le voit bien avec Marseille cette année en championnat qui n’était pas qualifié en Coupe d’Europe et qui fait un parcours tout à fait étonnant et sympathique pour les supporters marseillais. On sait que c’est un handicap, mais on sait qu’à Lyon on a un esprit d’élite, en allant rechercher un nombre de joueurs en quantité (...) Il faudra faire cette remontada vers le podium. Il faut ne pas baisser la tête et avoir les encouragements des supporters. La presse dit des choses qui ne sont pas la réalité. Il faut se mobiliser ».

Après le match nul (1-1), la presse n’avait pas grand-chose de positif à dire sur le niveau du jeu proposé par l’OL. Rudi Garcia aussi. Le coach français a notamment pointé les nombreux manques de son équipe. Mais inutile de se faire du mal et d’y revenir plus longtemps. Après cette mauvaise opération, car ça en est une, l’OL est onzième de Ligue 1 Conforama avec 34 points. Opta a expliqué d’ailleurs que c’était le pire bilan des pensionnaires du Groupama Stadium après 25 journées depuis la saison 1996-97. Pendant que nous sommes dans les statistiques, après 16 matches de Ligue 1 sur le banc lyonnais, Rudi Garcia totalise 25 points (l’OL avait pris 9 points en 9 matches avec Sylvinho). Au soir de cette 25e journée, Lyon n’a donc repris qu’un point à Rennes, qui s’est incliné face à Reims. L’écurie lyonnaise n’a pas non plus profité du choc entre Lille et Marseille (mettre le résultat) ou de la défaire de Montpellier (37 points). Elle a vu aussi des formations comme Monaco (38 points) se rapprocher du podium.

L’OL ne lâche pas l’affaire

Après un mois de janvier réussi en L1, l’Olympique Lyonnais fait du surplace en février avec deux défaites (Nice et Paris) et deux nuls (Amiens et Strasbourg). Ce qui fait donc 2 points pris seulement sur 12 possibles. Ce n’est pas assez pour une équipe qui doit refaire un retard important. Le fait de jouer plusieurs compétitions fait que l’OL y laisse des plumes, de l’énergie et des points. Tout cela sans compter les nombreuses blessures d’éléments importants. Mais cela n’explique pas tout puisque le jeu proposé n’est pas à la hauteur et digne d’une équipe du calibre de l’Olympique Lyonnais. Une formation qui, en plus de gérer les différentes coupes, va devoir effectuer une remontée importante au classement. Pour cela, il lui reste 13 matches de championnat. Sept se dérouleront à domicile et six à l’extérieur. L’OL, qui jouera le derby à la maison (1er mars), recevra des concurrents directs pour la course au podium puisque Marseille, Monaco et Montpellier viendront au Groupama Stadium entre avril et mai, soit dans la dernière ligne droite. Toutefois, Lyon n’a pas vraiment tiré avantage du fait de recevoir cette saison. L’OL se déplacera aussi chez des concurrents et ira à Lille ou encore à Rennes au mois de mars. Ce sera encore un moment où les troupes de Rudi Garcia auront à jongler entre plusieurs compétitions.

Mais tout cela est encore loin. Il reste encore 13 rencontres, soit encore 39 points à prendre. Si l’OL doit faire un parcours quasi sans faute et être bien meilleur dans le jeu, il faudra aussi compter sur les défaillances des autres. Des formations qui semblent loin aujourd’hui et qui doivent aussi s’affronter les unes les autres. L’OL devra en profiter. Ce qui est sûr, c’est que les Rhodaniens ne lâcheront pas l’affaire jusqu’au bout. Car impossible n’est pas lyonnais comme l’a expliqué Anthony Lopes hier. « Ça devient compliqué, clairement. Tant que mathématiquement c’est possible au niveau du podium, on va y croire. Si on n’y croit pas, on dépose les armes et puis on arrête tout et on se concentre sur autre chose. Maintenant, il faut montrer un tout autre visage. Il faut en faire beaucoup plus dans chaque domaine et prendre le maximum de points possible. Ça commence à devenir très urgent (...) On a l’objectif de jouer la Ligue des Champions. Le seul problème, c’est que là on commence à se mettre en difficultés. La Ligue des Champions passera par le fait d’être sur le podium. Aujourd’hui, on est dixième. Il va falloir faire les choses bien et le plus rapidement possible pour enclencher une dynamique positive et faire une série pour remonter le plus rapidement (...) Le classement était affiché sur les télés après le match. J’ai vu certains visages, je peux dire que tout le monde est vraiment touché. Maintenant, c’est à nous d’emmener l’Olympique Lyonnais là où il doit être et gagner le plus de matches possible. Il faudra le faire dès vendredi à Metz ». L’occasion de lancer enfin l’opération remontada !