Mercredi soir, l’Olympique Lyonnais avait le sourire. En battant l’Olympique de Marseille, les Gones restaient en course sur les quatre tableaux. Et même si cela n’arrangera pas les problèmes de calendrier auxquels Rudi Garcia a fait parfois référence, cela comblait de joie le président Jean-Michel Aulas, qui rappelait que son club réalisait une de ses meilleures saisons. Ce n’est pas totalement faux puisque Lyon est encore en lice partout. Mais ce n’est pas totalement vrai non plus. En termes de jeu, on est loin, très loin même, de voir le meilleur Lyon cette saison. Le président rhodanien avait défendu ses troupes il y a quelques jours à l’occasion d’une conférence de presse téléphonique. « Quand on a un certain nombre de résultats positifs, vous (les médias) les occultez complètement en parlant de la qualité de jeu. Mais, moi, j’étais au Parc des Princes dimanche, et les actions de jeu qui ont amené les buts de l’OL et qui auraient pu amener le troisième but étaient exceptionnelles. J’étais à côté de Leonardo, qui m’a dit : "il y a une qualité de jeu qui permet d’espérer un certain nombre de choses tout à fait positives". La qualité du jeu, vous savez ce que j’en pense : c’est comme le patinage artistique, vous pouvez faire dire ce que vous voulez. Moi je prétends que la qualité de jeu est bien meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a quelque temps, et qu’on est en phase de progression. Si on nous coupe les ailes avant qu’on joue les matchs, ça va être difficile ».

Proche du néant dans le jeu face à Strasbourg

Vendredi, en conférence de presse, Rudi Garcia allait dans le sens de son président et défendait ses troupes. « Même si nous avons l’une des meilleures défenses du championnat, je trouve que nous prenons trop de buts et nous n’en mettons pas suffisamment au Groupama Stadium. Nous avons perdu 18 points à domicile en ayant pris uniquement six buts. Quand nous ne savons pas gagner les matches, il faut au moins décrocher le nul. J’espère que nous avons progressé sur ce point. Il est de toute façon difficile d’être flamboyant à chaque match en jouant tous les trois jours (...) Il y a eu de bons matches dans le contenu, notamment à Nantes et Bordeaux. Je suis le premier à dire que nous gagnons plus de matches en jouant bien et que les spectateurs sont plus heureux comme ça, mais nous sommes sur quatre tableaux et il faut parfois gérer ses efforts en faisant tourner l’effectif. Parfois, il faut savoir être moins flamboyant mais efficace. J’espère que dimanche, nous gagnerons de belle manière. Si nous n’y arrivons pas, il faudra en tout cas arracher les trois points, c’est le plus important. »

Malheureusement, son souhait n’a pas été réalisé. Dimanche face à Strasbourg, l’OL n’a ni gagné, ni joué d’une belle manière. Ce n’est pas une première cette saison puisque c’était par exemple le cas face à Amiens récemment (0-0, 5 février). Face aux Strabourgeois dimanche, Lyon a été pauvre et faible dans le jeu. L’équipe rhodanienne s’est procurée très peu d’occasions. Elle n’a pas été vraiment dangereuse et a peiné à trouver ses éléments offensifs, comme souvent. Il y a eu beaucoup de manques dans le jeu, où on ne voit pas vraiment l’OL progresser. Il y a un manque de liant et de fluidité. Cette équipe a donné l’impression de n’avoir aucun automatisme par moment. Au milieu de terrain, il n’y a pas eu assez de créativité et de folie, même si Caqueret ou Aouar ont essayé par moment. Il y a aussi eu un manque de justesse technique très inquiétant. On a vu beaucoup de déchets, de nombreuses pertes de balles ou des passes qui étaient données dans le mauvais tempo ou qui finissaient en touche alors que les joueurs étaient à quelques mètres l’un de l’autre. En défense, l’OL n’a pas respiré la sérénité par instant. Malgré quelques montées intéressantes, les latéraux ont été très faibles, notamment Marçal qui aurait pu coûter un nouveau csc à son équipe. Si bien sûr il faut tenir compte de l’état de fatigue des Gones, qui enchaînent les matches comme l’a rappelé Thierry Laurey, il faut aussi constater que Lyon n’a pas été bon tout simplement dimanche.

Garcia pointe les manques de son équipe

Ce qu’a reconnu Maxence Caqueret. « Strasbourg est une équipe difficile à jouer. On s’était bien mis en place. On a manqué de mouvement, de justesse technique et surtout de tirs. On a revu les statistiques, on n’a pas assez cadré de tirs. On ne peut pas gagner quand on ne cadre pas nos frappes (...) À plusieurs reprises, on avait des possibilités de frappe, ça n’a pas été fait. Des passes à tenter qu’on n’a pas tenté tout le temps. C’est ce qu’il faut travailler à l’entraînement tous les jours pour être meilleurs sur le terrain ». Anthony Lopes était du même avis. « C’est trop insuffisant ce qu’on a fait aujourd’hui. On trouve le moyen de se faire égaliser à domicile. On ne peut pas espérer aller sur le podium en continuant comme cela. On ne saisit aucune opportunité. Là il va falloir se remettre vite au travail car tout ce qu’on fait c’est insuffisant. On doit être plus tueur et apporter plus de mouvement. On doit préparer le match face à Metz vendredi. On ne doit pas penser au match contre la Juventus, mais aller vite prendre trois points à Metz car il y a urgence ». En conférence de presse, Rudi Garcia n’a pu que constater, lui aussi, les manques de son équipe.

« Je pensais qu’on avait fait le plus dur. Mais quand on mène 1-0 et qu’on se fait contrer à domicile, c’est qu’effectivement on n’a pas été très bons sur cette situation strasbourgeoise qui a été l’une des seules jusqu’aux cinq dernières minutes. Après, il se sont montrés dangereux sur un tir de Lala et un coup franc de Liénard. Avant ça, Anthony Lopes avait passé une soirée tranquille. Donc ce n’est pas spécialement là que le bât a blessé. Le problème c’est que c’est insuffisant notamment dans l’animation offensive. On s’est créé trop peu de situations, on frappe trop peu au but. Pour un match à domicile, on n’a pas assez pesé sur les événements. Je pense qu’on a souffert de trop de fautes techniques dans les contrôles, dans certaines passes. On doit faire beaucoup mieux dans les enchaînements. On doit amener plus de qualité sur l’animation offensive. Ce qui est positif c’est que l’on a bien centré. On a marqué sur un centre mais on a beaucoup trop peu frappé au but à domicile. On a eu la possession mais elle était trop stérile. Il y a des joueurs émoussés, donc en jouant un gros match de coupe le mercredi c’est normal que le dimanche il y ait de la fatigue. Avant le match contre la Juventus, il faudra se concentrer sur Metz pour prendre les trois points ». Un match capital pour une formation lyonnaise (34 points) qui en est à son pire total après 25 journées depuis la saison 96-97 selon Opta. Rien de très rassurant donc à dix jours d’accueillir la Juventus Turin en huitièmes de finale aller de l’UEFA Champions League.