Après les matches du milieu de semaine, la Ligue 1 reprenait déjà ses droits. Le LOSC recevait le Stade Brestois pour lancer cette 17e journée. Avec le podium dans le viseur, les Dogues voulaient confirmer à domicile suite à leur premier succès de la saison à l’extérieur, à Lyon qui plus est. Galtier alignait peu ou proue la même équipe avec Renato Sanches sur le côté droit et Ikoné en soutien d’Osimhen. Seul Xeka remplaçait Soumaré dans l’axe. En difficulté à Marseille, Brest s’est rattrapé avec un succès probant face à Strasbourg. Dall’Oglio envoyait un 4-3-3 avec Cardona et Autret associés à Mendy en pointe. Annoncé titulaire, Diallo devait être remplacé à quelques minutes du coup d’envoi par Belkebla.

En jambes dès le début du match, les Lillois mettaient le pied sur ballon et se procuraient rapidement plusieurs situations. Ils misaient sur un jeu rapide à la transition ce qui gênait considérablement les Bretons. Osimhen tentait une première reprise acrobatique qui terminait juste sous la barre sans une claquette de Larsonneur (9e). Pour ne pas arranger les affaires bretoises, Castelletto se blessait et le temps de faire entrer un défenseur central remplaçant, le LOSC ouvrait le score par Osimhen sur un centre d’Ikoné (1-0, 16e). Ce premier but ne calmait pas les ardeurs nordistes. Les locaux poursuivaient leur outrageante domination mais la tête d’Osimhen (28e) ou encore le contre de Bamba (30e) n’aboutissaient pas.

Larsonneur n’a pas pu tout faire

Dépassés dans tous les secteurs du jeu et notamment par le pressing imposé par l’adversaire, les Ty Zef ne parvenaient pas à franchir la ligne médiane le ballon dans les pieds. Forcément, ils n’inquiétaient par un Mike Maignan qui a dû se refroidir durant ce premier acte. Il y avait simplement cette frappe contrée de Battocchio (29e) et puis cette action conclue par un tir trop enlevé de Lasne (45e+2). Au retour des vestiaires, Brest semblait allé un peu mieux à l’image de cette première offensive qui avait réussi à déséquilibrer le bloc lillois (47e). Ce léger mieux ne durait pas. Malgré un collectif installé plus haut sur le terrain et des séquences de conservation de balle intéressantes, les Finistériens se retrouvaient étouffés pour l’intensité des Dogues.

C’est Larsonneur qui maintenait son équipe au-dessus de la ligne de flottaison. Le gardien brillait par ses arrêts face au coup-franc de Renato Sanches et à la frappe de Xeka, qui avait suivi (53e). Il captait ensuite en deux temps ce tir puissant d’Ikoné (55e) et cette tentative cadrée de Bamba (58e). Encore vigilant sur ce centre-tir de l’ancien Stéphanois (67e) et décisif face à Renato Sanches (74e), Larsonneur brillait malgré une défense qui prenait l’eau. Le LOSC dominait toujours mais ne menait que d’un petit but, de quoi permettre aux Brestois d’y croire encore un peu, comme face à l’OM une semaine plus tôt. D’autant que le LOSC a encaissé des buts en fin de match cette saison et comme par hasard, la défense lilloise se mettait à douter avec ces deux sorties un peu risquées de Maignan (79e, 82e). Le gardien s’interposait même devant Cardona, finalement signalé en position de hors-jeu (86e). Lille tremblotait dans ces dernières minutes avant de se voir accorder un penalty que Larsonneur stoppait devant Bamba (90e+4). Tant pis pour les Dogues qui enchaînent tout de même une troisième victoire de suite en championnat et prennent la 3e place.