Ce dimanche, l’Olympique de Marseille s’est imposé dans la douleur contre le Lille Olympique Sporting Club deux buts à un. L’OM compte donc maintenant onze points d’avance sur le troisième, Rennes, et douze sur le quatrième, son adversaire du soir, Lille. Pourtant, rien n’a été simple et ce fut encore pire lorsque le LOSC a ouvert la marque au retour des vestiaires par Victor Osimhen (51e). Mais finalement, en l’espace de dix minutes, si on compte le penalty manqué par Valentin Rongier, l’OM a fait basculer cette rencontre.

« Ce n’était pas une soirée facile, en première mi-temps notamment. Après il a fallu réagir, on a pris ce but, on a pris un petit coup derrière la tête avec ce penalty manqué. On voit qu’on a un état d’esprit irréprochable cette année, on ne lâche rien, on a une capacité de réaction assez importante donc on montre qu’on ne lâchera rien », a commencé par expliquer Valère Germain, l’attaquant de l’OM impliqué sur les deux buts de son équipe.

« C’est un peu fou qu’on se retrouve à mener deux buts à un »

Après le penalty raté, le visage marseillais a totalement changé et on s’est bien demandé ce qu’André Villas-Boas a pu dire dans l’intimité du vestiaire à la pause. « Il nous a dit de continuer quand on n’avait pas le ballon, et d’être plus entreprenants quand on avait le ballon. Je ne sais pas pourquoi, c’est venu à partir du moment où Valentin a manqué son penalty, ça nous a peut-être réveillés et on a gagné grâce à ça », a précisé Germain, avant de raconter ces quelques minutes de folie qui ont ouvert la voie à l’OM pour la qualification à la prochaine Ligue des Champions.

« Après le penalty de Valentin, on se dit que rien ne va ce soir, ça va être compliqué. Dans le foot, on a la chance qu’à un but à zéro, à tout moment, un match peut basculer. Morgan tire bien le corner, j’arrive à la couper. Une fois qu’on marque ce premier but, on se dit qu’on peut aller chercher le deuxième et c’est chose faite. C’est un peu fou qu’on se retrouve à mener deux buts à un. Ça montre qu’on a un état d’esprit revanchard par rapport aux saisons passées et on veut vraiment cette place », a-t-il ainsi conclu. Il reste à l’OM de bien gérer les treize derniers matches de championnat pour retrouver la C1, sept ans après...