En clôture de la 20e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain se déplaçait à Nantes. Les hommes d’Unai Emery se sont imposés sur le score de un but à zéro, mais ont eu beaucoup de mal dans le jeu. Mais ce n’est pas ce qui a fait parler les acteurs de la rencontre d’hier. En effet, Tony Chapron, l’arbitre du match, est au coeur d’une grande polémique ce lundi matin.

Outre un but refusé à Emiliano Sala pour un hors-jeu inexistant, l’arbitre de la rencontre a été au coeur d’une action totalement surprenante à la fin du temps réglementaire. Alors qu’on jouait les arrêts de jeu, Diego Carlos, le défenseur canari, faisait chuter, semble-t-il, involontairement Tony Chapron. Celui-ci semblait vouloir lui faire un croc-en-jambe avant de se relever puis après quelques secondes d’hésitation où les deux hommes se sont regardés puis ont échangé, Chapron a sorti un deuxième carton jaune, synonyme d’exclusion.

« J’espère que cet arbitre sera jugé »

« Je n’ai jamais vu ça. Comme vous sans doute. Je ne sais pas ce qui s’est passé », a commenté Claudio Ranieri en conférence de presse. Son président, Waldemar Kita, s’est montré, lui, bien plus offensif : « c’est un gag. » « J’ai reçu 20 sms du monde entier qui me disaient que cet arbitre était un gag. Que voulez-vous que je vous dise ? Si je parle trop, je vais être convoqué par une commission d’éthique. On n’a le droit de rien dire. C’est quand même scandaleux de voir ça. On donne un rouge à un joueur qui n’y est pour rien. On est où ? Il faut faire une école ».

Valentin Rongier, le milieu du FCN ne décolérait pas non plus. « Ce n’est pas digne d’un arbitre ! Monsieur Chapron change de direction plusieurs fois. Diego le percute. Il n’a aucune intention de le bousculer volontairement (...) C’est la première fois que je vois ça en Ligue 1. J’espère que cet arbitre sera jugé. Ce n’est pas normal. À la fin du match, il ose me dire qu’il a glissé et qu’il ne l’a pas fait exprès. Il essaie un peu de me prendre pour un imbécile. Je trouverais normal qu’il soit suspendu. Il doit se remettre en question et se contrôler », a avoué Rongier dans des propos relayés par Le Parisien. Après les scandales de la Goal Line Technology, l’année 2018 commence bien pour les arbitres dans l’Hexagone.