Deux jours après la Ligue des Champions, et au lendemain de la Ligue Europa, la Ligue 1 était déjà de retour avec le début de la 15e journée. À l’Orange Vélodrome, l’Olympique de Marseille et le Stade Brestois 29 ouvraient le bal. Deuxièmes, les Phocéens pouvaient conforter leur place en cas de victoire. De leur côté, les Brestois visaient la sixième place, eux qui étaient treizièmes au coup d’envoi. Pour ce match à domicile, André Villas-Boas conservait son 4-3-3 et enregistrait les retours d’Amavi et Caleta-Car en défense, puisqu’ils étaient suspendus dimanche dernier contre Toulouse (succès 2-0). Olivier Dall’Oglio choisissait le même schéma tactique et changeait aussi deux joueurs. Belkebla et Lasne retrouvaient une place de titulaire dans l’entrejeu.

Le round d’observation ne durait pas bien longtemps sur la pelouse, puisque Caleta-Car se procurait la première occasion de la tête, mais le cadre se dérobait (5e). Les Phocéens gardaient le ballon et sur un service de Payet, Benedetto butait sur un Larsonneur très vigilant (12e). Les Olympiens évoluaient assez haut, ce qui laissait certains espaces aux Brestois. Justement, côté droit, Autret centrait vers Cardona qui devançait Mandanda. Du bout du pied, l’ailier du SB29 pensait marquer mais le ballon touchait les deux poteaux avant de ressortir (13e). Des montants d’un côté, mais également de l’autre. Car derrière, l’OM répondait avec Sanson, bien trouvé par Sakai, qui voyait sa frappe s’écraser sur la barre transversale (17e). Très offensifs, les hommes d’André Villas-Boas multipliaient les occasions mais Benedetto (27e), Payet (32e) et Sanson (36e) ne trouvaient pas la faille.

Bouna Sarr libère l’OM

Le ballon se rapprochait tout de même de plus en plus du but brestois. La preuve quelques instants plus tard avec cette magnifique reprise de volée de Benedetto, mais Larsonneur repoussait, encore une fois, comme il pouvait (38e). Après une première période quasiment à sens unique, le score était toujours de 0-0. Au retour des vestiaires, la physionomie était la même : les Phocéens s’installaient dans le camp brestois et tentaient de créer le danger. Sur un coup-franc bien placé, Payet obligeait Larsonneur à se coucher rapidement. Le ballon retombait sur Caleta-Car qui manquait l’immanquable du plat du pied (51e). Mais la suivante était la bonne pour l’OM. Lancé dans la profondeur par Payet, Benedetto feintait Larsonneur mais se faisait reprendre. Sarr surgissait alors pour débloquer la situation (56e, 1-0). Un but qui assommait véritablement les visiteurs.

Car derrière, les locaux poussaient pour doubler la mise. Après un coup-franc indirect repoussé par le mur brestois (61e), Payet envoyait un autre coup de pied arrêté sur la barre transversale de Larsonneur (62e). Le gardien du SB29 pouvait remercier ses montants puisque Rongier trouvait lui le poteau sur une frappe tendue du pied gauche (64e). C’était alors l’heure des changements, avec notamment l’entrée en jeu de Radonjic à la place de Sarr (74e). On se dirigeait alors tranquillement vers une victoire phocéenne mais la fin de match était totalement folle. Pas attaqué au milieu, les Brestois combinaient et Charbonnier glissait le ballon à Cardona dans la surface. Devant Mandanda, le numéro 14 du SB29 s’appliquait et climatisait à l’Orange Vélodrome (88e, 1-1). Un véritable hold-up mais heureusement, Radonjic sauvait son équipe. Sur le coup d’envoi, le Serbe repiquait dans l’axe et plaçait une superbe frappe enroulée de l’autre côté du but brestois (89e, 2-1) ! L’OM s’imposait donc et confortait sa place de dauphin. Brest glissait au 15e rang.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Payet (7) après ses bons matches contre l’OL et Toulouse, le Réunionnais devait enchaîner ce soir devant son public. Comme d’habitude, le milieu de terrain français a pris les commandes du jeu marseillais, avec Sanson notamment, pour organiser les offensives. Auteur de quelques caviars (5e, 12e, 56e), il a aussi donné du travail à Larsonneur avec un coup-franc intéressant (50e), alors que le second s’est écrasé sur la barre (62e), et une frappe enroulée (71e). Sur les coups de pied arrêtés, sa précision a aussi fait le plus grand bien à l’OM. Remplacé par Germain (88e).

Olympique de Marseille

- Mandanda (6) : le gardien français a connu un match plutôt tranquille, presque trop d’ailleurs. Sauvé par ses deux poteaux juste avant le quart d’heure de jeu sur l’action de Cardona (13e), le champion du Monde n’a rien eu à faire ensuite jusqu’à la fin de cette rencontre et ce but de Cardona (88e), où il est sorti un peu tard. Sinon, il s’est contenté d’apporter une solution à ses défenseurs pour la relance.

- Sakai (6,5) : de retour côté droit après avoir évolué dans le couloir gauche à Toulouse, l’international japonais a retrouvé ses automatismes. Avec des Brestois qui attaquaient de l’autre côté, il a pu s’illustrer sur le plan offensif avec de très bons centres vers Sanson (17e) ou Benedetto (38e). Après la pause, il a eu moins de ballons à se mettre sous la dent mais il a tout de même fait le job.

- Kamara (6) : avec le peu d’offensives brestoises, le joueur formé à l’OM n’a pas eu énormément de travail, tout comme son coéquipier en charnière centrale. Globalement, il s’est contenté de bien relancer tout en fermant les espaces devant et derrière lui. Avec le vice-champion du monde croate, il a bien contenu Charbonnier, quasiment invisible, mais a laissé une longueur d’avance à Cardona qui a égalisé (88e).

- Caleta-Car (6,5) : de retour de suspension, l’international croate s’est réinstallé en défense centrale. Une bonne chose pour le club phocéen puisque le joueur de 23 ans est resté solide. Présent défensivement avec Kamara, l’ancien joueur de Salzbourg a pu aussi tenter sa chance devant, avec trois coups de tête (5e, 17e, 66e) et un plat du pied qu’il n’aurait pas dû rater devant le but (51e). En fin de match, il aurait peut-être pu mieux faire sur le but brestois, mais comme toute son équipe.

- Amavi (5,5) : après sa suspension contre le Téfécé, le latéral olympien retrouvait lui aussi sa place dans le XI de départ. Contrairement à Sakai de l’autre côté, il a eu du travail avec les offensives de Faussurier et Autret. Le capitaine brestois a d’ailleurs eu le temps de centrer vers Cardona pour la grosse occasion à la 13e minute. Mais comme souvent, il a aussi multiplié les courses offensives, avec par exemple une frappe à côté en première période (22e).

- Rongier (5,5) : auteur d’une belle performance à Toulouse dimanche dernier, l’ancien joueur du FC Nantes a été moins en vue ce soir, la faute notamment au gros travail de Sanson. Mais ça ne veut pas dire qu’il est resté les bras croisés, loin de là. Avec Strootman, il a réalisé un bon travail défensif tout en faisant la transition entre les lignes. Il aurait même pu marquer mais le poteau a repoussé sa frappe puissante (64e).

- Strootman (6) : placé devant sa défense, le Néerlandais a encore réalisé ce travail de l’ombre si précieux. Certes, les Brestois n’ont pas été offensifs, mais l’ancien joueur de l’AS Roma a quand même eu du travail sur les quelques séquences adverses. Toujours agressif dans le bon sens du terme, il a également été intéressant dans la relance.

- Sanson (6,5) : sur la pelouse de l’Orange Vélodrome, l’ancien Montpelliérain était quasiment partout ! Très disponible dans l’entrejeu, le milieu de terrain français a organisé le jeu avec Payet et a beaucoup tenté sa chance (5 tirs), mais a peu cadré (1). On retiendra sa frappe sur la barre transversale à la 17e minute. Sinon, le joueur de 25 ans a été l’auteur de plusieurs récupérations, mais il a également perdu quelques ballons.

- Sarr (6) : utilisé en tant qu’ailier droit ce soir, l’ancien Messin a bien combiné avec Sakai. Mais dans l’ensemble, il en a fait un peu trop. D’ailleurs, le joueur de 27 ans a perdu beaucoup de ballons côté droit (17 au total). Mais en deuxième période, il a montré de meilleures choses et a même été récompensé avec ce but de l’ouverture du score (56e). André Villas-Boas l’a ensuite remplacé par Radonjic (74e). L’international serbe a signé un chef d’oeuvre (89e) pour offrir la victoire à l’OM après l’égalisation du SB29.

- Benedetto (6,5) : l’avant-centre argentin, buteur face au Toulouse FC la semaine dernière, n’a pas trouvé le chemin des filets ce soir. Pourtant, l’ancien joueur de Boca Juniors a beaucoup tenté. Au milieu de la défense brestoise, il a d’abord buté sur Larsonneur (12e) avant de voir sa tête être captée par le gardien du SB29 (26e). Avant la pause, sa reprise a aussi été repoussée (38e). Mais après la pause, grâce à une belle feinte, il a pu éliminer le portier adverse et Sarr en a profité pour marquer (56e). Pas récompensé par un but, il a cédé sa place à Lopez (80e).

- Payet (7) : voir ci-dessus

Stade Brestois 29

- Larsonneur (6,5) : le gardien brestois a réalisé une belle partie jusqu’au but encaissé. Sorti très vite, il s’interpose parfaitement face à Benedetto (12e) et effectue un arrêt un peu miraculeux sur cette reprise de l’Argentin (38e). Il est aussi sauvé par sa barre sur ce tir de Sanson (17e) et le coup-franc de Payet (62e), puis par son poteau sur la tentative de Rongier (64e). Doté d’une bonne orientation du jeu alors qu’il a souvent été mis sous pression, il a tout de même commis une faute en s’emparant du ballon de la main sur cette passe d’un coéquipier (59e). Le portier formé au club n’est pas irréprochable sur l’ouverture du score (56e) mais il ne peut rien face à Radonjic (90e).

- Faussurier (4) : le défenseur n’a pas eu un match facile. Souvent opposé à un Payet en jambes, il a souffert face à la technique du Réunionnais. Souvent trop loin de son adversaire à l’image de la liberté qu’il offre à Radonjic sur son but (89e), l’ancien Lyonnais a aussi eu du mal pour contrer les montées d’Amavi. Il a essayé d’apporter dans son couloir, en témoigne ce décalage intelligent lors du poteau de Cardona (13e) mais il s’est montré trop imprécis pour peser sur le jeu.

- Castelletto (5) : il a tenté d’imposer un duel pas seulement physique à Benedetto. Il a plutôt été intelligent dans ses courses et a su répondre aux déplacements de l’Argentin. Il s’est aussi servi de son placement pour couper quelques trajectoires de balle dans le dos de son latéral. Il a tout de même beaucoup subi même s’il ne peut pas grand-chose sur les buts marseillais. Sa relance dans l’axe amène le but de son équipe (88e).

- Bain (4,5) : il a eu plus de mal que son coéquipier en défense centrale mais son style parfois à l’arrache a aussi rendu des services. Plus brut de décoffrage et plus dur sur l’homme aussi, il a sorti quelques ballons chauds de la tête et a mis son corps en opposition sur plusieurs frappes (39e, 60e). Il s’est efforcé de relancer proprement ce qui a mis en danger son équipe. Un excellent ballon dégagé sur ce centre en retrait de Payet (38e).

- Perraud (4) : ce fut dur pour lui et notamment parce que l’OM a souvent tenté de passer d’un côté à l’autre. Ces changements de direction lui ont fait perdre ses repères et causé des soucis dans son placement et ses prises de décisions. Le joueur prêté au Paris FC la saison passée juge mal le déplacement de Benedetto parti dans son dos (12e) et il n’a pas réussi à mettre en valeur ses qualités offensives. Il termine tout de même un peu mieux en remportant quelques duels.

- Belkebla (3,5) : trop discret. Dans ce Vélodrome qu’il affectionne, l’international algérien s’est efforcé de conserver le ballon pour faire avancer son équipe mais sans résultat. Il a même été parfois trop joueur, à l’image de ces deux ballons perdus dans son camp plein axe qui auraient pu coûter très chers (35e, 41e). On ne l’a presque plus vu par la suite, noyé par le pressing marseillais. Remplacé par Battocchio (64e), qui a su mettre un peu plus le pied sur le ballon. Il a contribué à la meilleure fin de match brestoise.

- Diallo (5,5) : le petit frère du Parisien Abdou a aussi connu une soirée difficile. Averti tôt pour un tacle non maîtrisé sur Payet (20e), le milieu de terrain a passé beaucoup de temps à courir après ses adversaires. Ça a tout de même fait du bien pour dépanner et rééquilibrer le collectif. Inégal dans le jeu, il a récupéré pas mal de ballons mais en a aussi perdu beaucoup et a donc contribué aux nombreuses séquences de possession avortées. Lui aussi n’a pas réussi à se sortir du pressing olympien sauf sur cette percée lors de l’égalisation brestoise (88e).

- Lasne (3,5) : dans un registre plus défensif que Belkebla, l’ancien d’Ajaccio a eu du mal face au rythme imposé par l’OM. Auteur de quelques fautes dans sa moitié de terrain pas toujours utile et des très nombreux ballons égarés sous le pressing adverse, il a déçu et n’a pas su apporter son expérience dans ce contexte compliqué. Remplacé par Alexandre Mendy (73e) dont l’entrée n’aura pas apporté grand-chose. Averti (90e+3), il avait vu rouge dans un premier temps mais l’arbitre s’est contenté d’un jaune après un passage par la VAR.

- Autret (4) : le capitaine brestois n’en a pas fait assez ce soir. Coupable de quelques ballons perdus trop facilement (43e) et de passes mal assurées (19e, 53e), il est passé à côté de son match, comme la plupart de ses coéquipiers. Il avait pourtant donné quelques signes positifs en début de rencontre en envoyant ce centre parfait pour Cardona (13e). Une débauche d’énergie insuffisante, il a dû être remplacé par Grandsir (69e) que l’on a très peu vu.

- Charbonnier (5,5) : plutôt efficace pour lancer le mouvement du bloc-équipe en début de rencontre, il s’est surtout efforcé à revenir défendre et à épauler son milieu de terrain lors de rares ballons récupérés. Résultat, on ne l’a jamais vu devant sauf pour servir Cardona sur l’égalisation (88e). Il faut dire que son équipe a énormément souffert. Le joueur formé au PSG, meilleur buteur de L2 la saison dernière, n’a rien eu à se mettre sous la dent.

- Cardona (6) : l’ancien Monégasque a touché tellement peu de ballons... Difficile de juger son match aux simples efforts fournis. Une déviation sur les poteaux après ce centre parfait d’Autret qui aurait mérité meilleur sort (13e) et puis c’est tout jusqu’à la fin de la rencontre. Inefficace entre Kamara et Caleta-Car sur les ballons aériens, il a passé son match à regarder en l’air ou à défendre sur le côté gauche. Pourtant, sur cette dernière offrande, il vient égaliser en devançant le tacle de Kamara et la sortie de Mandanda (88e).