Lorsqu’il est arrivé à l’Olympique de Marseille, en janvier 2017, Morgan Sanson avait deux étiquettes. Celle du jeune espoir français dont le parcours avait été jalonné d’obstacles après sa blessure au genou, mais aussi celle de meilleur passeur du championnat à mi-parcours. Sur les mois restants de compétition, le milieu de terrain relayeur avait réussi, sous Rudi Garcia, a gardé son rythme pour finir meilleur passeur de Ligue 1 avec douze offrandes.

Sauf que la suite a été compliquée. Sous les ordres de l’ancien coach de l’OM, Sanson a alterné les hauts et les bas. Un temps placé sur l’aile gauche, un temps en meneur de jeu dans un 4-2-3-1, un temps dans un double-pivot ou encore au poste de relayeur dans un 4-3-3, le natif de Saint-Doulchard a perdu ce qui faisait sa force. Résultat, ses statistiques ont connu une chute. 25 titularisations, neuf buts et deux passes décisives dans une saison pleine de l’OM en 2017-2018 et cinq réalisations et trois offrandes la saison passée pour 27 titularisations.

Villas-Boas lui a fait du bien

Mais dans son jeu aussi cela se ressent. En effet, si ses contrôles orientés sont souvent de grande qualité, il se projetait vers l’avant et se retrouvait bien trop souvent enfermé par ses courses au poteau de corner. Mais cette année, cela a changé. Toujours aussi brouillon en début de saison, l’arrivée de Valentin Rongier, le 4-3-3 et surtout André Villas-Boas semblent lui avoir fait du bien. Le Portugais semble lui avoir confié un cadre et cela fonctionne.

Positionné dans ce milieu à trois avec Valentin Rongier et Boubacar Kamara ou Kevin Strootman, son volume de jeu fait beaucoup de bien. Le milieu de terrain évoluant plus haut, il se retrouve bien plus fréquemment dans la zone de vérité. 15 titularisations en 16 rencontres, trois buts, dont un contre Bordeaux ce dimanche et le statut d’homme du match, une passe décisive, Morgan Sanson semble être l’un des atouts de l’OM surtout dans les phases de transitions. Ce qu’André Villas-Boas a travaillé visiblement cet été, c’est les phases rapides de transition. Récupération haute, projection vers l’avant en nombre.

C’est ce qui fait de Morgan Sanson un élément important de cet effectif. Ses qualités de récupération, de contrôles orientés, de passes et même de finition sont enfin bien utilisées, ce qui n’était plus le cas depuis quelque temps à l’OM maintenant. Reste à savoir ce que comptent faire de lui ses dirigeants. Au début de l’été, il était annoncé, tout comme Florian Thauvin et Kevin Strootman, comme un partant potentiel. Un joueur capable de rapporter quelques liquidités. Mais avec un Morgan Sanson à ce niveau-là, peut-être qu’AVB réfléchira à deux fois...