S’imposer pour garder le rythme dans la course à l’Europe. Après la victoire de l’Olympique Lyonnais à Bordeaux (3-2), celle du LOSC face à Nîmes (5-0) et enfin le succès de Saint-Etienne contre Toulouse (2-0), l’Olympique de Marseille (5e, 54 points) n’avait pas le choix ce dimanche soir à l’Orange Vélodrome contre le FC Nantes (13e, 40 points) : il fallait à tout prix prendre les trois points pour ne pas lâcher le wagon. De son côté, le FCN, qui restait sur trois victoires de rang, notamment face à l’OL et au PSG, voulait poursuivre sa très belle série en faisant chuter l’OM. Privé de Thauvin, blessé à la cheville, Rudi Garcia optait pour un 4-4-2 avec les retours de Sarr et Balotelli dans le onze de départ. Côté nantais, Vahid Halilhodžić choisissait le même schéma tactique. Traoré et Girotto débutaient d’entrée ce match. L’Olympique de Marseille ne mettait que quelques secondes à rentrer dans la surface nantaise. Sur une ouverture de Kamara, Germain centrait mais les frappes d’Ocampos et Luiz Gustavo étaient repoussées, avec une main involontaire de Girotto au passage (1ère).

La réaction nantaise arrivait juste derrière. Le défenseur central phocéen se manquait et Coulibaly obligeait Mandanda à réaliser une première parade avant de capter un tir de Rongier (2e). Après une nouvelle tentative, non cadrée, du capitaine nantais (5e), les Phocéens reposaient le pied sur le ballon. Mais offensivement, ils manquaient de précision, à l’image de Balotelli qui croisait beaucoup trop sa frappe (6e). Et après une nouvelle tentative de Waris (12e), le FC Nantes ouvrait la marque. Dans l’entrejeu, Sarr manquait sa passe et les Canaris amorçaient un contre. Si Kamara contrait la frappe de Coulibaly, Moutoussamy ajustait Mandanda d’une frappe enroulée (22e, 0-1). Suffisant pour faire douter les Olympiens ? Pas du tout puisque trois minutes plus tard, les locaux égalisaient. Après s’être placé côté droit, Ocampos délivrait un magnifique centre à destination de Balotelli qui devançait Dupé pour marquer de la tête dans le but vide (25e, 1-1). Mais après ce bon début de rencontre, le rythme retombait véritablement.

Nouvelle rechute pour Mario Balotelli ?

Sur la pelouse, on assistait plutôt à de nombreux duels, notamment un entre Balotelli et Diego Carlos. Sur un ballon aérien, l’attaquant italien touchait même le visage du Brésilien d’un coup de poing. M. Hamel ne sortait qu’un carton jaune (41e). Derrière, Dupé réalisait une magnifique parade sur une tentative de déviation de Germain (44e). L’arbitre mettait ensuite un terme à cette première période après une frappe contrée de Coulibaly (45e+3). Après la pause, la tableau d’affichage changeait rapidement. Sur un corner tiré côté droit par Moutoussamy, Diego Carlos sautait entre Ocampos et Sakai pour placer sa tête. Le ballon arrivait sur Girotto qui frappait en force à bout portant. Mandanda réalisait alors un arrêt mais le ballon rentrait tout de même, et M. Hamel validait le but avec l’aide de la goal-line technology (50e, 1-2). Le match se compliquait donc pour l’OM, qui perdait Sarr sur blessure, remplacé par Amavi (57e). Dans le dur, les Phocéens subissaient le jeu nantais et Coulibaly était tout proche du break de la tête (58e).

Après l’heure de jeu, les joueurs de Rudi Garcia retrouvaient cependant de petites couleurs. Trouvé dans la profondeur par Payet, Ocampos s’appliquait pour décocher une frappe croisée, repoussée par Pallois devant son gardien (63e). Dans un léger temps-fort, les Olympiens cherchaient à égaliser. Auteur d’une belle demi-volée la semaine passée en fin de match, Germain retentait le même geste mais ne trouvait pas le cadre cette fois-ci (66e). Et après la blessure de Sarr, Balotelli sortait à son tour à cause d’une douleur à la cuisse. Radonjic pénétrait donc sur la pelouse (69e). Peu en vue dans ce match, Luiz Gustavo tentait sa chance de loin mais n’accrochait pas le cadre (75e). Pour tenter de sonner la révolte, Rudi Garcia remplaçait alors Payet, sifflé par son public, par Lopez (78e). Les Olympiens ne lâchaient rien et voulaient vraiment égaliser mais n’y arrivaient pas. C’est même Diego Carlos, sur une intervention, qui était tout proche du but contre son camp (85e). En fin de match, Vahid Halilhodžić faisait tourner. Devant son public, l’OM s’inclinait donc sur le score de 2-1. Une défaite qui fait quasiment sortir le club phocéen de la course à l’Europe. Des "Garcia démission" et "Direction démission" accompagnaient les joueurs jusque dans le tunnel de l’Orange Vélodrome.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Moutoussamy (7) l’ancien Lyonnais se souviendra longtemps de cette soirée à l’Orange Vélodrome. Auteur de son premier but en Ligue 1, le joueur de 22 ans a également frappé le corner sur le second but. Deux actions qui récompensent son très bon match. L’homme de la soirée a finalement été remplacé par Anthony Limbombe à la 89e.

Olympique de Marseille

- Mandanda (5) : le gardien français a bien débuté son match en réalisant un bel arrêt face à Coulibaly avant de capter un tir de Rongier (2e). Pas très inquiété, le champion du Monde a cependant flanché sur une frappe enroulée de Moutoussamy (22e). En deuxième période, il a rapidement encaissé un deuxième but. Malgré son arrêt sur la tentative de Girotto, le ballon a franchi entièrement la ligne (50e). Devant au tableau d’affichage, les Canaris ne l’ont plus embêté derrière.

- Sarr (2) : pour son retour après une suspension qui l’avait privé de Guingamp, l’ancien Messin n’a pas été dedans. Auteur de plusieurs erreurs, il a notamment perdu le ballon sur l’ouverture du score en réalisant une mauvaise passe au niveau du rond central (22e). Bien gêné par Moutoussamy ou encore Traoré, il n’a pas pu s’illustrer offensivement. Et après la pause, suite à un coup reçu au genou, il n’a pas pu continuer la partie, laissant sa place à Amavi (57e). Le latéral gauche phocéen a rapidement été pris dans son dos et n’a pas réussi à apporter quelque chose devant.

- Kamara (4) : d’habitude très serein derrière, le jeune défenseur phocéen a eu un peu plus de mal ce soir. Rapidement, il a manqué son intervention et a laissé Coulibaly frapper (2e). Pas forcément solide dans les airs, il a cependant réalisé un bon retour devant l’attaquant nantais (33e). Après la pause, il n’a pas suivi Girotto sur le deuxième but nantais (50e). Ensuite, il s’est légèrement repris.

- Caleta-Car (5,5) : le géant Croate a encore une fois réalisé un match correct malgré le résultat. En première période, c’est même lui qui a touché le plus de ballons, les deux équipes confondues (32). Face à Waris principalement, le finaliste de la Coupe du Monde 2018 n’a rien laissé passer et sur les deux buts nantais il n’est pas directement impliqué. Au final, il a même terminé sa rencontre avec 22 ballons récupérés.

- Sakai (4) : avec le retour de Sarr, l’international japonais s’est retrouvé côté gauche. S’il a beaucoup couru pour apporter un soutien offensivement, il a un peu souffert derrière, avec 15 ballons perdus sur 27 touchés dans le premier acte. Sur le deuxième but du FC Nantes, il a laissé, avec Ocampos également fautif, Diego Carlos seul avec (50e). Il a terminé sa rencontre côté droit où il a un peu mieux joué.

- Luiz Gustavo (3,5) : auteur de bonnes performances lors des dernières sorties phocéennes, le milieu brésilien n’a pas vraiment réussi à enchaîner. Face aux milieux nantais, l’ancien joueur de Wolfsbourg a eu du mal à s’imposer et à ressortir le ballon. Buteur la semaine dernière, il n’a pas marqué ce soir malgré une frappe tendue finalement au-dessus (75e).

- Sanson (2) : comme Payet ou encore Sarr, le milieu phocéen n’a absolument pas marqué de points ce soir. Encore titulaire dans l’entrejeu, l’ancien Montpelliérain n’a rien montré de positif du début à la fin du match. Une performance qui pourrait lui coûter sa place dans le onze de départ pour les prochains matches.

- Germain (3,5) : annoncé aux côtés de Balotelli en attaque, l’ancien joueur de l’OGC Nice et de l’AS Monaco a cependant évolué côté droit. Pas très en vue sauf sur la première opportunité, le Marseillais a été un peu plus intéressant après la pause avec une tête au-dessus sur centre d’Ocampos (59e) et une demi-volée non cadrée (66e). Une deuxième période bien meilleure que la première pour lui.

- Payet (2) : positionné en numéro 10, le capitaine phocéen n’a absolument rien montré dans cette partie. Dans l’entrejeu, il n’a pas eu beaucoup le ballon et lorsqu’il l’avait dans les pieds, il l’a très mal exploité. Offensivement, on ne l’a quasiment pas vu. Et défensivement, il n’a pas aidé sa formation. Après cette prestation insipide, il a cédé sa place à Lopez (78e).

- Ocampos (6) : l’ailier argentin est réputé pour sa combativité et sa grinta. Et ce soir, il s’est encore battu du début à la fin. Offensivement, il a beaucoup tenté mais n’a pas trouvé le chemin des filets (1ère, 9e, 38e, 63e, 83e). Auteur de plusieurs tentatives ; il a surtout délivré un caviar à Balotelli qui a pu égaliser de la tête (25e). S’il a bien aidé Sakai défensivement, il a cependant oublié de sauter devant Diego Carlos (50e). Un match correct de sa part donc.

- Balotelli (4,5) : suspendu contre Guingamp mais également blessé, « Super Mario » a donc retrouvé sa place dans le onze de départ, et il a encore marqué. Après une frappe trop croisée (6e), il a égalisé d’une tête parfaite sur un magnifique centre d’Ocampos (25e). Mais globalement, l’attaquant italien n’a pas été très intéressant. S’il a retenté sa chance (38e), il a cependant frôlé l’expulsion en assénant un coup à Diego Carlos (41e). En deuxième période, où il n’a rien fait, il a laissé sa place à Radonjic (68e). L’ailier serbe n’a pas été très précieux derrière.

FC Nantes

- Dupé (6) : titulaire dans la cage nantaise en l’absence de Ciprian Tătăruşanu, le gardien de but de 26 ans semble capable du meilleur comme du pire. Sa mauvaise prise de balle sur un ballon presque anodin (37e) contraste avec son sublime arrêt sur le "presque CSC" de Nicolas Pallois (43e). Un arrêt qui compte forcément énormément au coup de sifflet final.

- Edgar Ié (5.5) : prêté par Lille depuis l’hiver, le latéral droit a été sérieux à l’image de l’intégralité de la défense nantaise. S’il s’est fait une petite frayeur au duel avec Nemanja Radonjić, il s’est ensuite parfaitement rattrapé (72e). Après cette soirée relativement tranquille, le Portugais peut tout de même remercier son coéquipier Majeed Waris, qui lui a facilité la tâche. Remplacé par Fabio à la 90e.

- Pallois (6) : Diego Carlos et lui sont fautifs sur le but de Mario Balotelli, où leur attentisme punit le FCN. Proche de marquer contre son camp juste avant la mi-temps, l’ancien Bordelais a réalisé une bonne seconde période, à l’image de son intervention devant Lucas Ocampos (61e). Une chose est sûre, son association avec Diego Carlos fonctionne définitivement bien.

- Diego Carlos (6.5) : il a fait gronder le Vélodrome en étant régulièrement au sol, mais on ne peut pas l’accuser d’avoir joué la comédie sur la pelouse marseillaise. Quelques minutes avant d’être au cœur du litige ”Balotelli”, il a sauvé le FC Nantes en se jetant dans les pieds de l’attaquant de l’OM. Leader de la défense nantaise, il a pleinement tenu son rôle, s’imposant presque systématiquement dans les airs. Du grand Diego Carlos, comme souvent.

- Traoré (5) : préféré à Lucas Lima sur la gauche de la défense, il a parfois défendu grossièrement, concédant des coups de pied arrêtés dangereux. Trop loin de Lucas Ocampos, il lui a laissé un boulevard sur l’égalisation de Balotelli (25e). Il aurait également pu concéder un penalty, la faute à une activité débordante qui a parfois découlé sur de la maladresse.

- Girotto (6) : très décrié par ses supporters depuis plusieurs semaines, le Brésilien a retrouvé le sourire ce soir. Absent depuis trois journées et son expulsion face à Toulouse, il a livré un match complet. En soulageant régulièrement l’axe central de la défense nantaise et en trouvant le chemin des filets à la 50e, le milieu de terrain de 27 ans s’est racheté auprès des suiveurs du FC Nantes.

- Rongier (6.5) : il est le monsieur plus du FC Nantes. S’il a manqué de précision devant la cage, le milieu de terrain, d’ailleurs annoncé du côté de l’OM ces derniers mois, a été d‘une immense précision, étant d‘ailleurs l’un des joueurs les plus propres ce soir (76% de passes réussies). Il sera définitivement dur de le conserver du côté de la Loire-Atlantique cet été.

- Moutoussamy (7) : voir ci-dessus

- Touré (5,5) : si son impact physique a soulagé l’entrejeu des Canaris, il a parfois ralenti le jeu nantais, oubliant notamment de servir Valentin Rongier en début de rencontre. Son match reste mitigé, mais il faut reconnaître que la comparaison avec son capitaine lui cause forcément du tort.

- Waris (6) : le premier but est pour lui. Attentif, il a profité de la mauvaise inspiration de Bouna Sarr pour délivrer une excellente passe à Kalifa Coulibaly (22e). Son implication ce soir est la plus belle illustration du gros coup réalisé par Vahid Halilhodžić… Car s’il n’a pas toujours été en vue offensivement parlant, ses efforts défensifs ont permis à Edgar Ié de passer une soirée plutôt tranquille. Remplacé par Boschilia (90e+1).

- Coulibaly (6) : l’immense attaquant est un bon joueur de football, malgré un physique atypique. S’il perd son duel avec Steve Mandanda après quelques secondes de jeu, son match est cohérent. Auteur de trois buts sur ces trois derniers matchs, l’ancien de la Gantoise est en confiance et ça se voit. Et il n’est désormais plus le seul du côté de Nantes.