Pour cette affiche du dimanche soir, en guise de dernier match de la septième journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille accueillait Toulouse. Les Marseillais, qui avaient retrouvé la victoire la semaine dernière après trois matchs sans prendre les trois points, sortaient une équipe assez classique. On notait tout de même la titularisation de Njie en pointe de l’attaque, Rudi Garcia ayant encore préféré le Camerounais à Valère Germain. Amavi était logiquement titularisé sur le flanc gauche de la défense phocéenne. En face, une équipe toulousaine avec des résultats assez médiocres, surtout à l’extérieur, avec un nul et deux défaites en trois rencontres disputées loin du Stadium. Et au final, les Marseillais se sont imposés sans difficultés majeures (2-0).

Dès le coup d’envoi, la formation phocéenne affichait des ambitions résolument offensives. Les hommes de Rudi Garcia ne voulaient pas laisser de place au doute, et Njie, après un superbe centre d’Ocampos, était tout proche de faire la différence (4e), mais sa reprise au second poteau était manquée. La défense toulousaine était réellement en difficulté, et allait clairement se replier et resserrer les lignes derrière, ce qui allait poser plus de difficultés aux attaquants marseillais. Les frappes étaient presque toutes contrées et il n’y avait que très peu d’espaces. Durmaz répondait enfin pour les Toulousains, mais sa frappe passait tout proche du poteau gauche de Mandanda (20e). Les Marseillais, menés par un bon Payet, un Thauvin tranchant et un Njie très mobile, mettaient beaucoup de ballons dans la boite, mais il n’y avait souvent personne pour reprendre.

Le meilleur OM de la saison ?

Et quand les locaux se trouvaient dans la surface, Lafont répondait présent, à l’image de cette double parade (28e). Derrière, Rolando voyait sa tête passer juste au-dessus de la barre. C’est finalement Thauvin qui allait faire la différence. En essayant de forcer son passage dans la défense, il profitait d’un contre-favorable et crucifiait Lafont (1-0, 33e). Séduisant ce soir, l’OM repartait donc aux vestiaires avec un avantage mérité et logique, et même un peu court compte tenu de leur prestation. Au retour des vestiaires, les Toulousains montraient certains signes de rébellion.

Mais c’est bien l’OM qui continuait de se procurer les situations les plus chaudes, et Mandanda vivait une soirée assez tranquille. Moubandje sortait une intervention décisive devant Thauvin, et dans la foulée, sur un coup franc botté par Payet, Ocampos doublait la mise, laissé seul dans la surface (2-0, 60e). Toulouse a une nouvelle fois tenté de réagir, mais ce soir, il y avait plus qu’une classe d’écart entre les deux équipes, et l’OM a géré sa fin de match paisiblement. Les trois points en poche, le club du sud de la France remonte à la cinquième marche du classement de la Ligue 1.

Revivez le film du match ici.

L’homme du match : Thauvin (7,5) : rayonnant ce soir. Un début de match dynamique pour l’international français qui a correctement lu les courses des attaquants de l’OM et a bien senti le jeu. Plusieurs passes dangereuses (24e, 26e) qui méritaient un meilleur sort. Ses efforts ont été récompensés par ce but plein de gnaque qui a délivré le Vélodrome (33e). Il n’a pas baissé de niveau en seconde période et s’est même régalé dans la surface toulousaine peu avant le deuxième but de l’OM (60e). Remplacé par Sari (90e+2) en toute fin de match.

Olympique de Marseille

- Mandanda (6) : l’international français aurait pu jouer aux cartes en première période, il n’a absolument rien eu à faire. Guère plus testé en seconde période, il est resté vigilant sur les quelques demi-occasions du TFC avant de sortir le grand jeu sur une frappe à bout portant de Cahuzac (71e). Un match professionnel.

- Sakai (6,5) : l’international japonais a reçu beaucoup de ballons au début de match, mais ses centres n’ont pas trouvé preneur. De plus en plus adroit au fil du match, il a pris des risques et même tenté sa chance dans un angle impossible (27e). Toujours très actif au retour des vestiaires, il a n’a pas hésité à s’aventurer en attaque et n’a presque jamais été débordé défensivement. Une très bonne partition.

- Rami (6) : parfois hésitant, l’ex-Lillois n’a pas commis d’erreur notable en première période. Bien aidé par un bon Rolando, il s’est même permis de remonter la balle assez haut sur le terrain. Il a fait parler son expérience en seconde période, dégageant plusieurs ballons toulousains. Solide ce soir.

- Rolando (6,5) : l’OM va clairement mieux en défense depuis ses deux claques reçues face à Monaco et Rennes, et le Portugais n’y est pas pour rien. Une première période très solide, il n’a pas lâché des yeux les attaquants toulousains. A même failli ouvrir le score sur une tête non cadrée (28e). Il a connu un passage à vide bref en seconde période, mais a vite retrouvé son niveau du premier acte pour finir sereinement le match.

- Amavi (6) : l’ex-Niçois a eu moins de travail à faire que Sakai en première période car le danger est surtout passé du côté du Japonais. Mais il a plutôt bien négocié ses rares ballons et a joué juste tactiquement. Une secondé période très intéressante, il a régné sur son côté et s’est de plus en plus aventuré en attaque. Patrice Evra peut s’inquiéter...

- Anguissa (6,5) : le jeune camerounais n’y est pas allé de main morte au début du match, mettant la pression sur les milieux toulousains et récupérant un bon ballon (4e). Il a maîtrisé le cœur du terrain avec Gustavo et a bien défendu. Un peu plus en difficulté et en retard (49e) au début de la seconde période, mais il peut être content de son match. Il s’est même permis quelques raids en solitaire alors que le sort du match était de toute façon scellé.

- Gustavo (6) : une première période en dents de scie pour le Brésilien. Il a bien dirigé le jeu avec le ballon, mais ne s’est pas montré si serein sans (20e, 24e). Averti au cœur de la première période pour une faute d’anti-jeu alors qu’il était pris de vitesse. Il a passé la vitesse supérieure en seconde période, de plus en plus précieux dans les récupérations.

- Thauvin (7,5) : voir ci-dessus.

- Payet (7) : clairement motivé, l’international français a tenté de faire la différence tout seul (18e). Une action qui a lancé son match. L’ex-Nantais a souvent fait peur à la défense toulousaine, délivrant des passes astucieuses pour les attaquants et bottant dangereusement les corners. Un peu moins percutant au retour des vestiaires, mais toujours aussi efficace en tirant les corners (comme celui qui a amené le but d’Ocampos). Un match très satisfaisant.

- Ocampos (7) : le jeune argentin est vite entré dans son match comme ses partenaires, délivrant un centre presque parfait pour N’jie (4e). C’était ensuite à son tour de frôler l’ouverture du score sur un centre du Camerounais (11e). Après avoir manqué sa bicyclette (18e), il est mêlé à l’action de l’ouverture du score marseillaise (33e). Beaucoup plus réaliste en seconde période, puisqu’il a marqué sur sa seule occasion (61e), se trouvant au bon endroit au bon moment sur un corner de Payet. Un match réussi, il est remplacé par Sarr (76e), qui a joué sans pression et librement.

- N’jie (5,5) : l’homme en forme du club phocéen (5 buts en Ligue 1) s’est tout de suite mis en évidence avec deux actions chaudes (4e)... mal négociées. Très disponible, l’international camerounais a néanmoins pêché dans le dernier geste et s’est montré globalement brouillon dans le premier acte. Toujours aussi en jambes en seconde période, il s’est montré plus individualiste et agressif. A raté une grosse occasion (67e), mais a mérité une bonne douche ce soir. Remplacé par Germain (69e), qui court toujours derrière son premier but en Ligue 1 cette saison et aurait dû vaincre le signe indien en fin de match (90e).

Toulouse

- Lafont (6,5) : il n’a globalement rien à se reprocher sur les buts encaissés par son équipe ce soir au Vélodrome. Il a réalisé quelques bonnes sorties dans les pieds des attaquants marseillais après des erreurs de ses deux défenseurs centraux. On note aussi une double parade décisive peu avant la demi-heure de jeu, ou cet arrêt décisif devant Germain en toute fin de partie. Il a également fait preuve de certaines qualité balle au pied.

- Amian (3,5)  : prestation très discrète du latéral droit du TFC ce soir. Autant il a un peu moins été mis en difficulté que son homologue du flanc gauche, n’ayant pas les mêmes hommes en face, autant il a encore moins apporté devant. Une rencontre à oublier, comme pour le reste de ses coéquipiers.

- Diop (4,5) : du bon, mais aussi du moins bon pour le jeune défenseur toulousain. Il y a eu des interventions décisives à mettre à son actif, comme son tacle in extremis devant Njie (23e), mais aussi beaucoup d’actions où les joueurs offensifs ont pris le dessus sur lui. A sa décharge, il n’était pas aidé par des latéraux complètement largués, tout comme Jullien.

- Jullien (4,5) : un match similaire à celui de son acolyte de la charnière centrale, dans la mesure où Njie se frayait régulièrement des chemins entre les deux. Lui aussi a sorti quelques bonnes interventions, comme ce dégagement alors que le Camerounais s’apprêtait à enchaîner (47e), mais on attendait un peu plus de sérénité de sa part. On notera aussi quelques relances mal assurées.

- Moubandje (3) : le latéral gauche du Tef a vécu une soirée très dure... La plupart des offensives marseillaises venaient de son côté, et il n’avait absolument aucun répondant à offrir. Il est d’ailleurs à la rue sur le but d’Ocampos au marquage de l’Argentin. Son apport offensif a lui été assez inexistant en première période, avant de monter d’un cran au retour des vestiaires. Il aura cependant affiché trop de déchet technique

- Somalia (5) : globalement assez propre dans son jeu, il a bien fait circuler le ballon, sans prendre de risques excessifs. Dans les tâches défensives, il a bien ratissé et fait le ménage devant la surface, pas toujours de façon très académique mais ça avait le mérite d’être efficace. Un des rares joueurs à sauver côté toulousain ce soir : il a fait le boulot qu’on attendait de lui.

- Cahuzac (4) : devant la défense, l’expérimenté milieu de terrain faisait office de chien de garde avec Somalia. Il n’a cependant pas réussi à faire le poids face au duo Gustavo-Zambo, avec un Payet qui descendait beaucoup lui aussi et le mettait souvent en difficulté. Il a beaucoup donné l’impression d’être dépassé physiquement dans un match au rythme assez élevé.

- Imbula (3,5) : de retour sur la pelouse du Vélodrome, le milieu de terrain toulousain était chargé de faire le jeu et de mener les offensives des Violets. On l’a cependant trop peu vu, n’ayant eu aucune influence sur le jeu de son équipe. Il semblait presque perdu sur la pelouse, ne sachant pas réellement où se positionner. Blin a pris sa place (61e) mais n’a pas eu l’opportunité de se montrer réellement.

- Corentin Jean (3) : un match à oublier pour l’ancien de l’AS Monaco. Il n’a pratiquement pas pesé offensivement, même si là aussi il n’a pas été aidé par ses coéquipiers et n’a jamais créé de danger. Qui plus est, il vient gêner ses défenseurs sur le but de Thauvin, puisqu’il contre le ballon qui termine ensuite dans les pieds du Marseillais, qui n’a plus eu qu’à l’expédier au fond.

- Durmaz (6) : le seul joueur qui a donné l’impression de vouloir accélérer ou faire mal à la défense phocéenne, via des incursions balle au pied principalement. Il a été très actif et ce sur les deux côtés, ou même dans l’axe où il a souvent repiqué, avec cet excellent geste puis cette frappe qui a frôlé le poteau (22e) par exemple. On regrette peut-être un certain manque de régularité sur la rencontre. Malheureusement, blessé, il a du sortir sur civière laisser sa place à Delort (51e), volontaire mais peu efficace.

- Toivonen (4) : complètement esseulé en pointe de l’attaque, le Suédois n’a pratiquement eu aucun ballon exploitable à se mettre sous la dent. Probablement frustré par cette situation, il a beaucoup décroché pour toucher quelques ballons et a plutôt bien négocié ces situations. Un coup franc qui partait très bien (52e) et rien d’autre au niveau des occasions. Remplacé par Khalid (61e) qui n’a pas pu se montrer n’ayant lui aussi pas reçu de bons ballons.