Deux mois. C’est le temps qu’a dû attendre Edinson Cavani avant de fouler de nouveau les pelouses de Ligue 1. En entrant en jeu face à l’OM dimanche dernier, l’attaquant uruguayen a mis un terme à sa période d’indisponibilité, consécutive à une blessure à la hanche. Et il a pu observer pendant ce temps l’excellente intégration de Mauro Icardi, prêté avec option d’achat par l’Inter Milan en toute fin de mercato. L’Argentin vient ainsi d’inscrire 7 buts sur les 5 dernières rencontres disputées et il affiche une entente prometteuse avec ses coéquipiers offensifs. De quoi faire vaciller le statut de numéro 9 titulaire de Cavani, meilleur buteur de l’histoire du PSG ? C’est la question que tout le monde se pose.

Thomas Tuchel a alimenté le débat en faisant entrer Cavani sur le côté gauche dimanche dernier, pour ainsi laisser l’axe à Icardi, auteur d’un doublé ce soir-là. Très attendu pour sa conférence de presse à la veille de Dijon-PSG vendredi soir, l’entraîneur allemand a été interrogé sur l’état d’esprit actuel de Cavani. Et il a répondu avec franchise. « Il n’est pas complètement heureux. Parce qu’il était blessé de longues semaines, il veut nous aider. C’est nécessaire qu’il soit avec nous, qu’il joue avec nous. Il n’était pas là, il était blessé et c’est pour ça qu’il n’est pas complètement heureux, c’est normal », a d’abord expliqué Tuchel, avant de revenir plus précisément sur le statut actuel de Cavani (32 ans) dans son effectif.

« Il doit combattre, comme chaque joueur, pour avoir le rythme et pour avoir sa place dans l’équipe. On ne doit pas penser à un seul joueur, mais toujours à l’équipe. C’est une chose qui est dans son caractère aussi. C’est un numéro 9, c’est notre buteur et l’un des plus grands buteurs dans ce club. Mais il pense toujours pour l’équipe. Maintenant, c’est une phase un peu difficile pour lui. Il n’était pas là et l’équipe a fait très très bien sans lui. Et peut-être que maintenant son rôle peut changer, mais ce n’est que le moment actuel. Il est super professionnel, il est dans un bon état d’esprit à l’entraînement. Il n’est pas complètement heureux, mais c’est absolument normal. Il sait que c’est une saison très longue. Il faut des entraînements avec beaucoup de qualité, il s’entraîne avec un bon état d’esprit, il est tranquille », a conclu Tuchel. Il y a quand même quelques enseignements à tirer de cette sortie.

« Il peut jour aux trois postes »

Oui, Edinson Cavani a perdu du crédit, principalement en raison des bons résultats de l’équipe en son absence et de la réussite d’Icardi. Son statut de meilleur buteur de l’histoire du club ne suffira pas pour reconquérir son poste, d’autant que le feuilleton au sujet de son contrat (qui s’achève en juin prochain) n’aide pas. Sera-t-il condamné à devenir la doublure de Mauro Icardi si ce dernier continue d’être efficace ? Pas forcément. Dans l’esprit de Thomas Tuchel, Cavani peut être utilisé aux trois postes de l’attaque.

« Pour moi, il peut jouer aux trois postes de l’attaque. S’il joue à gauche ou à droite, avec sa qualité, ses caractéristiques, il va jouer de manière différente que Choupo par exemple, ou que Sarabia. Ce sont des joueurs différents. C’est possible. S’il joue à gauche, il va plus jouer en deuxième attaquant, plus haut, plus à l’intérieur. Choupo, lui, il aime commencer sur la ligne. C’est comme ça. Les joueurs sont libres. On va trouver des solutions pour que le joueur soit confortable. Pour moi, tous les attaquants peuvent jouer à tous les postes. » Cavani devra donc potentiellement repasser par la case aile, comme à l’époque d’Ibrahimovic. Pas sûr que cela le ravisse.