L’année 2019 est désormais terminée pour les sélections nationales avec cette dernière trêve internationale qui vient de se terminer. Et pour la reprise de la Ligue 1, le tenant du titre, le Paris Saint-Germain, accueillait son dauphin de la saison 2019-2020, à savoir le LOSC (14e journée du championnat de France). Plusieurs mois après la dernière confrontation entre les deux équipes, et ce large succès des Dogues devant leur public sur le score de 5-1, les Parisiens voulaient bien évidemment prendre leur revanche pour s’envoler encore un peu plus en haut du classement. Les visiteurs, eux, visaient la seconde place. Côté parisien, Thomas Tuchel choisissait un 4-3-3 avec le grand retour de Neymar côté gauche. Mbappé était lui sur le banc au coup d’envoi. En face, Christophe Galtier alignait un 5-3-2 avec un duo Ikoné-Araujo aux avant-postes.

Comme attendu, les Parisiens prenaient possession du ballon tandis que les Dogues attendaient plutôt les contres. Justement, sur l’un d’eux, Ikoné trouvait Celik qui servait Xeka. Le milieu portugais obligeait alors Navas à sortir une parade (2e). Libérés, les visiteurs se procuraient les meilleures occasions en ce début de match, puisqu’André manquait de peu le cadre sur un coup de tête (9e). Balle au pied, les champions de France n’arrivaient donc pas à créer le danger mais la première opportunité était la bonne. Après une combinaison intéressante sur la droite, Di Maria trouvait Gueye qui centrait fort devant le but. Fonte ratait son intervention et Icardi, en véritable renard des surfaces, marquait de la semelle (17e, 1-0). Avec cette ouverture du score, les hommes de Thomas Tuchel tentaient rapidement de faire le break, mais Maignan sauvait les siens sur une frappe dans la surface de Gueye (18e).

65 minutes dans les jambes pour Neymar

Les Dogues ne voyaient plus trop le ballon, et celui-ci se retrouvait une nouvelle fois au fond de leurs filets quelques instants plus tard. Servi par Draxler sur la droite, Di Maria ajustait Maignan d’une frappe de l’intérieur du pied (32e, 2-0). Les occasions n’étaient donc pas si nombreuses mais le PSG menait bel et bien de deux buts à la pause. Au retour des vestiaires, les Dogues tentaient de relancer cette partie avec notamment Luiz Araujo. L’attaquant du LOSC essayait de surprendre Navas mais le gardien du PSG restait vigilant dans son but (52e, 58e). De l’autre côté du terrain, Draxler montrait de belles choses. L’international allemand voulait lui aussi tromper la vigilance de Maignan mais ça ne donnait rien (55e, 61e). Dès lors, les deux entraîneurs procédaient à des changements. Côté parisien, Neymar cédait sa place à Mbappé à la 65e minute de jeu.

Le natif de Bondy voulait rapidement se montrer, mais Maignan intervenait encore une fois au premier poteau pour repousser la tentative du champion du Monde 2018 (67e). La deuxième période était beaucoup moins intéressante que la première, et les Parisiens levaient un peu trop le pied. Dans son camp, Di Maria jouait avec le feu et Luiz Araujo en profitait pour servir Rémy dans la surface. Cependant, l’attaquant lillois butait sur Navas (76e). En fin de match, les joueurs de Thomas Tuchel cherchaient à enfoncer le clou. Après des tirs de Yazici pour le LOSC (81e, 82e), Draxler envoyait lui le cuir sur le poteau (84e). Le 3-0 n’était donc pas très loin mais avant le temps additionnel, Cavani piquait un peu trop son ballon devant Maignan (90e). Le PSG s’imposait donc sur le score de 2-0 pour ce match après la trêve internationale. Un succès qui permettait au club de la capitale de prendre le large en tête de la Ligue 1, avec provisoirement onze points d’avance sur son dauphin, l’OM.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Di Maria (7) l’homme en forme de ce début de saison a encore remis ça ce soir. Très en jambes offensivement, il apporte toujours autant le danger dans les 30 derniers mètres. Parfaitement décalé par Draxler, il fixe Maignan et inscrit son 5e but de la saison en Ligue 1 (2-0, 32e). Un match intéressant dans l’utilisation du ballon mais l’Argentin prend parfois des risques inconsidérés devant sa surface (76e). Sans être brillant, l’Argentin est le monsieur plus du PSG cette saison.

Paris SG

- Navas (6) : une parade d’entrée devant Xeka pour se mettre dans le bain (2e). Peu sollicité dans ce match, sauf, sur certaines interventions (58e, 76e, 85e, 86e), ses coéquipiers se sont surtout appuyés sur lui pour relancer et ainsi étirer le bloc lillois. Le Costaricien a surtout fait parler son jeu au pied, toujours fiable.

- Meunier (4) : des pertes de balles, des duels perdus, un carton jaune (30e), des centres peu dangereux ou imprécis. Le retour de blessure du Belge a été compliqué. S’il a tenté plusieurs incursions dans son couloir, il a du mal à réellement se montrer dangereux. Mieux en seconde mi-temps où il a été plus appliqué mais il a cédé sa place après l’heure de jeu à Dagba (65e).

- Thiago Silva (7) : impérial dans le domaine aérien, le Brésilien n’a rien laissé aux attaquants lillois. Toujours bien placé, il a compensé les errements de son coéquipier de la charnière. Un match sérieux et appliqué pour le capitaine parisien qui a touché 105 ballons ce soir, soit le meilleur total sur l’ensemble des acteurs. On commence à en avoir l’habitude.

- Kimpembe (5) : des erreurs de jugement dans le placement qui lui ont coûté un carton jaune précoce (20e). Pas toujours rassurant dans ses interventions, il a parfois manqué de concentration dans ses relances ce qui a donné des opportunités aux Lillois alors qu’ils ne sont pas montrés particulièrement dangereux. Un match moyen où il n’a pas rayonné.

- Bernat (5) : de l’activité dans son couloir, pas vraiment mis en danger défensivement, l’Espagnol a plutôt été discret dans ce match. Lorsqu’il en a eu l’occasion, il n’a pas hésité à se projeter avec cette volonté de toujours jouer vers l’avant. Il aurait sans doute pu mieux gérer certaines situations offensives, surtout lorsqu’il est passé dans le dos de Celik.

- Gueye (6) : la dernière trêve internationale ne lui avait pas fait que du bien. Il est revenu en meilleure forme cette fois. Une première passe décisive pour Icardi et l’ouverture du score puis une opportunité de doubler la mise dans la foulée (19e). Souvent dans les bons coups défensifs, il a encore bien assuré l’équilibre avec des interventions bien senties.

- Marquinhos (6) : dans son rôle presque ingrat, le Brésilien a fait le sale boulot. Il a bouché les espaces lorsque ses coéquipiers du milieu se projetaient, les a replacé et a eu une surtout une bonne appréciation sur certaines interventions. Toujours solide, il se montre de plus en plus indispensable au milieu.

- Draxler (6,5) : aligné dans un milieu à trois en l’absence de Verratti, l’Allemand a mis du rythme et de l’application. Il sert parfaitement Di Maria pour le deuxième but de la rencontre. Il rate l’immanquable seul face au but (55e) mais son retour dans le onze de départ est appréciable. Sur une dernière tentative, il touche le poteau de Maignan (84e). Il a été à l’aise et il apporte une touche technique différente dans la moitié de terrain adverse.

- Di Maria (7) : voir ci-dessus

- Icardi (7) : sur son troisième ballon touché, l’Argentin est au bon endroit au moment. Il reprend un centre à ras de terre de Gueye au deuxième poteau et place un plat du pied tranquille dans le but vide (1-0, 17e). Comme souvent, il ne participe pas énormément au jeu mais se retrouve toujours dans des situations dangereuses. Il a l’occasion de s’offrir un doublé mais rate son face à face avec Maignan (71e). Remplacé par Cavani (78e).

- Neymar (5) : pour son retour à la compétition, le Brésilien a eu du mal à entrer dans cette rencontre. Moins en vue que ses partenaires de l’attaque, il a raté beaucoup de duels offensifs, n’a pas toujours fait les bons choix sauf sur deux gestes de classe (madjer) et c’est à peu près tout en première période. Repositionné dans un rôle de numéro 10 après la pause, il ne s’est pas éternisé et a laissé sa place à Mbappé (65e) qui s’est rapidement mis en valeur avec ses accélérations fulgurantes.

LOSC

- Maignan (6) : le gardien formé au Paris Saint-Germain avait certainement à cœur de faire une grosse performance face à son ancien club. Malheureusement, sur l’ouverture du score d’Icardi, il n’a rien pu faire (17e) mais il s’est repris en sortant une frappe de Gueye (19e). Par la suite, il a fait preuve de sérénité dans sa surface même s’il a dû s’incliner une seconde fois, cette fois-ci devant Di Maria (32e). On retiendra notamment ses arrêts devant Mbappé (67e) et Icardi (71e), ce qui a permis au LOSC de repartir dans le Nord sans une valise.

- Celik (4) : la mission était difficile pour lui, à savoir retenir Neymar pour son grand retour. Si le Brésilien a eu beaucoup d’espaces, le latéral turc du LOSC a toutefois fait ce qu’il a pu pour repousser le numéro 10. D’ailleurs, c’est souvent Bernat qui lui a causé des problèmes, notamment dans son dos. Sa deuxième période a cependant été meilleure, comme pour la plupart de ses coéquipiers.

- Djalo (4,5) : si l’on regarde le match des cinq défenseurs lillois, le joueur de 19 ans est loin d’être le pire. Avec Celik dans le dur côté droit, l’ancien défenseur de l’AC Milan a eu du boulot puisqu’il a aidé son coéquipier. Plutôt vigilant face à Neymar ou encore Icardi, il est resté concentré pour retenir Mbappé, très actif dès son entrée en jeu.

- J. Fonte (3) : placé au cœur de la charnière centrale, le capitaine du LOSC devait montrer l’exemple, mais il ne l’a pas vraiment fait. Souvent hésitant, le Portugais a eu tout faux sur l’ouverture du score en couvrant Gueye et en manquant son intervention sur le centre du Sénégalais (17e). Même s’il a réalisé quelques interventions importantes, comme celle sur Icardi avant la pause, le joueur de 35 ans a manqué trop de choses.

- Gabriel (3,5) : placé entre Fonte et Reinildo en défense, le joueur de 21 ans a eu beaucoup de déchets, lui qui a perdu par exemple douze ballons sur l’ensemble de la rencontre. Souvent mal positionné, il a eu du mal à intervenir dans de bonnes conditions. Dans le deuxième acte, c’est son coéquipier Reinildo qui s’est réveillé à ses côtés pour multiplier les interventions décisives.

- Reinildo (4) : deux périodes totalement différentes. Durant les 45 premières minutes, le latéral gauche lillois a tout simplement pris l’eau. Surpris par la combinaison parisienne sur l’ouverture du score (17e), il a ensuite laissé Di Maria doubler la mise quelques minutes plus tard (32e). Les deux buts parisiens sont donc venus de son côté. Mais après la pause, le numéro 28 a relevé la tête pour montrer de meilleures choses, même s’il a encore souffert.

- André (5) : comme souvent depuis son arrivée au LOSC cet été, l’ancien Rennais a fait du bien dans l’entrejeu. Toujours disponible, le joueur de 29 ans a organisé le jeu de son équipe en faisant notamment la transition entre les lignes. Présent également aux avant-postes, il a pu tenter sa chance de la tête en début de match (9e). Christophe Galtier l’a ensuite remplacé par Yazici (79e), qui a eu le temps de frapper une fois au but.

- Soumaré (5) : forcément dépassé par les milieux parisiens, le natif de Noisy-le-Sec n’a cependant pas rendu les armes aussi facilement. Un peu esseulée devant sa défense, la sentinelle du soir a tout de même réussi à relancer proprement et à intervenir à certains moments. Il a par exemple réussi 94% de ses passes. Dans ce match compliqué, il a donc rendu une copie correcte.

- Xeka (4) : son début de match était plutôt prometteur, avec beaucoup de volonté et cette frappe cadrée sortie par Navas au bout de deux minutes de jeu. Mais petit à petit, le Portugais a levé le pied pour disparaître de la circulation au retour des vestiaires. Avec seulement 26 ballons touchés (plus faible totale côté lillois dans le XI de départ), il n’a pas vraiment pesé dans cette rencontre. Remplacé par Renato Sanches à l’heure de jeu (61e).

- Ikoné (5) : sans ses compères d’attaque habituels, le numéro 10 lillois a semble plus libéré. Auteur de nombreux dribbles et de quelques percées, l’ancien Parisien s’est vraiment dépensé pour apporter une solution sur les contre-attaques. À chaque fois qu’il y avait danger dans le camp parisien, ça passait par lui. L’international français, qui a donc fait ce qu’il a pu, a ensuite laissé sa place à Rémy (70e). L’ancien joueur de Las Palmas a manqué la réduction du score (76e).

- L. Araujo (4) : titulaire à la pointe de l’attaque avec Ikoné, le Brésilien a vécu un match compliqué. Trop souvent servi dos au but, il s’est contenté d’un rôle de pivot pour trouver ses partenaires. Bien muselé par les défenseurs parisiens, le joueur de 23 ans n’a d’ailleurs tenté sa chance qu’à deux reprises, mais Navas n’a pas été inquiété (52e, 58e). Il aurait pu s’offrir une passe décisive mais Rémy n’a pas marqué sur son bon service (76e)