Nice réalise un début de saison étonnant. Avant l’arrivée tardive des 5 recrues, le club est tout de même parvenu à empocher neuf points sur douze possibles en championnat et occupe une très encourageante 3e place. De quoi offrir de belles promesses surtout que dans les derniers jours du mercato Hichem Boudaoui, Stanley Nsoki, Adam Ounas, Kasper Dolberg et Alexis Claude-Maurice ont posé leurs valises sur la promenade des Anglais.

Sauf qu’un nuage noir est venu se glisser dans ce ciel bleu azur. Patrick Vieira n’a toujours pas avalé la pilule avec le duo Jean-Pierre Rivère-Julien Fournier. Les deux hommes sont partis en janvier du club pour mieux revenir en août avec de nouveaux actionnaires sous le bras. Le coach a maintenant des moyens plus importants mis à sa disposition mais il a du mal à digérer l’épisode du début d’année. D’après Nice Matin, la tension est encore présente entre l’entraîneur et le président et la dernière entrevue entre les deux ne se serait pas bien déroulée.

Rivère reconnaît ses torts

Invité de France Bleu Azur ce lundi soir, Rivère reconnaît les problèmes du moment et comprend la position de son entraîneur. « C’est normal qu’il ne le prenne pas bien. Le matin, on (avec Fournier) prend la décision de partir. On informe Patrick 2h après et on fait une conférence de presse. C’est normal qu’il ne le prenne pas bien. Soit on restait à la fin de saison comme c’était prévu dans notre pacte de novembre, mais nos actionnaires seraient restés. On part car c’est la seule façon d’arriver à la finalité. À cause du mercato d’hiver oui, c’est la goutte d’eau. Avec Patrick, on s’est expliqué, maintenant c’est l’avenir et on regarde vers l’avant pour faire grandir le club. »

Le président niçois veut maintenant tourner la page pour faire avancer le club mais il sait aussi qu’il faudra du temps à un Vieira pour retrouver une certaine confiance. « Quand il s’est passé des choses, on ne peut pas l’oublier du jour au lendemain, concède Rivère. On est là pour servir une institution et la meilleure manière de le faire, c’est main dans la main. On est ensemble et on va travailler ensemble », veut-il croire. Pour cela, il lui faudra mettre de l’eau dans son vin, assumer ses torts pour permettre à son coach de se sentir à nouveau bien dans cet organigramme.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10