Depuis quatre jours, la presse espagnole rivalise de scoops sur le cas Neymar. La tendance est la même chez tous les journaux, de As à Marca en passant par Sport et Mundo Deportivo : Neymar veut quitter le PSG au plus vite pour rejoindre le Real Madrid. Le père du joueur aurait même déjà fait part des envies d’ailleurs de son rejeton à la direction parisienne. Samedi, ABC évoquait même les chiffres de l’opération Neymar.

N’est-ce pas aller un peu vite en besogne ? Neymar était lui présent sur la pelouse du Parc des Princes pour recevoir son premier Hexagoal, récompense du titre de champion de France, remis à l’issue de la première défaite de la saison à domicile, contre Rennes (0-2). Le Brésilien n’a pas saisi l’occasion pour parler de son avenir au micro. Mais c’est son président Nasser Al-Khelaïfi qui est intervenu sur le bouillant sujet, en zone mixte.

Al-Khelaïfi tacle les médias français

« Celui qui dit qu’il ne peut pas rester ici, qui dit ça ? Il a un contrat avec nous, il va rester à 2000 %. Les médias espagnols travaillent toujours pour les clubs espagnols, contre les clubs français. Les médias travaillent pour qui ? Je ne sais pas... », a d’abord lancé le président parisien face aux premières caméras, avant de décliner ce discours à chaque passage devant les micros.

Relancé sur la possibilité d’une prolongation de son onéreux joueur, il a laissé la porte ouverte à une telle issue. « Pourquoi pas mais aujourd’hui, on a un contrat de 4 ans. Les médias espagnols travaillent pour les clubs espagnols, les média français travaillent contre les clubs français. A 2000 % il restera ! On discutera, pourquoi pas (pour une prolongation de contrat, ndlr) mais il reste à 2000 % », a-t-il assuré. Est-ce que cela suffira à calmer les innombrables rumeurs sur l’avenir du Brésilien ? Pas sûr...