L’année 2019 n’avait pas commencé de la meilleure des manières pour l’Atlético de Madrid. Avec 4 victoires, 3 nuls et surtout 2 défaites d’affilée début février contre le Betis et le Real Madrid, les Colchoneros ne se présentaient pas dans la forme de leur vie pour accueillir la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo. Et pourtant, Diego Simeone a su remobiliser ses troupes pour réaliser un nouveau match à inscrire dans la légende colchonera pour une victoire (2-0, 8e de finale aller de Ligue des Champions). Une partie de guerriers, un combat d’hommes.

La célébration de l’entraîneur argentin sur l’ouverture du score de José Maria Gimenez (78e) en dit long. El Cholo s’est justifié après coup, se félicitant d’avoir eu l’audace - pour ne pas être grossier - d’avoir titularisé Diego Costa et Koke, qui revenaient tout juste de blessure. « Concernant ce geste, j’ai eu envie de le faire parce que pour aligner Koke et Diego Costa après des semaines sans jouer, il fallait en avoir. Et tout s’est bien déroulé. Je demande pardon si ça a heurté certaines personnes, mais c’était juste pour mon équipe et pas contre la Juventus, pas du tout », a-t-il lancé en conférence de presse avant de poursuivre.

Le Cholismo a de beaux jours devant lui !

« Personne au monde ne connaît aussi bien Diego que moi. Je savais qu’il pouvait apporter beaucoup dans la bataille avec les défenseurs de la Juventus et s’il n’était pas en mesure de rester sur le terrain plus d’une heure, j’avais l’option Alvaro Morata », a-t-il ajouté. L’attaquant espagnol, par ses provocations et son harcèlement, a fait souffrir l’arrière-garde de la Vieille Dame. Il a emmené les siens dans son sillage avec un plan clair : dominer le milieu de terrain sans forcément chercher la possession, produire un jeu direct et insister dans le dos de Mattia De Sciglio. Un plan qui s’est déroulé sans accroc.

« Le retour du meilleur Atleti de Simeone », s’enflamme même As, « une exhibition à l’ancienne du meilleur du style Simeone » ose El Pais, quand El Mundo salue lui « un Atlético en éruption ». Symboles de cette grinta, les deux buts signés des deux défenseurs centraux uruguayens, José Maria Gimenez et Diego Godin. Diego Simeone est toujours invaincu à domicile en matches à élimination directe en Ligue des Champions. Le bilan est sans appel : huit victoires, quatre nuls et seulement deux buts encaissés. Le Cholismo a donc encore de beaux jours devant lui, d’autant que les pensionnaires du Wanda Metropolitano ont récemment prolongé le bail du coach argentin jusqu’en juin 2022.